14 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

2 novembre 2008

Tchad : quand le soutien français vacille


Yanis Bousmaha
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mai
2016
Condamnation de l'ex-président tchadien Hissène Habré à la prison à vie

décembre
1990
Renversement du président tchadien Hissène Habré

septembre
1987
Signature d'un accord de cessez-le-feu entre le Tchad et la Libye

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

février
1979
Début de la guerre civile au Tchad

avril
1975
Renversement du président tchadien Ngarta Tombalbaye


1974
Famine au Sahel

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

septembre
1961
Création de l'Union africaine et malgache

L'année 2008 a été extrêmement mouvementée au Tchad. L'intense activité des groupes rebelles a plongé le pays dans une insécurité et une instabilité politique sans précédent depuis le début de la guerre civile en 2005. Or ce conflit aurait bien pu aboutir à la fin du régime d'Idriss Déby si le soutien de la France n'avait pas fait pencher la balance en sa faveur.

Le soutien français

La France, qui est traditionnellement l'arbitre des prises de pouvoir au Tchad, est doublement présente dans son ancienne colonie. Elle perpétue une présence militaire quasi permanente depuis l'indépendance du Tchad en 1960, à travers notamment les 1 200 hommes et les moyens aériens dont elle dispose dans le cadre de l'opération Épervier. De plus, elle fournit le gros des troupes de la Force européenne de protection des réfugiés du Darfour (Eufor) dont les soldats français constituent l'ossature. En effet, celle-ci déploie actuellement 1 500 soldats français sur 2 700 dans l'est du Tchad (1).

Au nom de l'accord de coopération militaire datant de 1976, la France reconnaît un soutien actif au gouvernement tchadien. Le porte-parole du ministère de la Défense français, Laurent Teisseire, concède que la France a fait « jouer son accord de coopération technique » en « acheminant des munitions destinées aux forces tchadiennes » (2). En effet, « le Tchad qui détient des matériaux d'origine soviétique, a eu besoin de faire appel [...] à des recomplétements de munitions », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, l'armée française sécurise l'aéroport d'où décollent les hélicoptères tchadiens et où arrivent des munitions de la Libye. Et les vols de reconnaissance qui sont faits par les Mirages F1 français ont une grande importance stratégique, car ils permettent de fournir des renseignements primordiaux à l'armée tchadienne, notamment sur les positions et déplacements des forces rebelles (3).

La France est également présente au centre opérationnel tchadien qui se trouve au coeur même du palais présidentiel. Le chef de l'État est conseillé par des militaires français pour organiser la résistance. On trouve même parmi eux un officier de la DGSE (service secret français) chargé d'encadrer la garde présidentielle (4).

Les opérations militaires des rebelles

C'est donc le soutien français qui a permis au président tchadien de repousser miraculeusement, à la fin du mois de janvier 2008, les groupes armés de l'opposition. L'Alliance nationale (AN), une organisation formée par plusieurs groupes rebelles, traversait alors le pays en direction de la capitale (5). C'est à ce moment critique que le soutien discret, mais très efficace, de l'ancienne puissance coloniale a pris toute son importance.

Acculée par la rébellion autour du palais présidentiel de N'Djamena le 2 et 3 février, l'armée nationale tchadienne (ANT) a pu prendre le dessus grâce à ses T55, des vieux chars de fabrication soviétique d'une efficacité redoutable face à des rebelles équipés de lance-roquettes. C'est également grâce à ses hélicoptères, pilotés par des mercenaires, que le gouvernement put disperser les rebelles (6). Contre toute attente, Idriss Déby, qu'on a d'ailleurs vu lui-même défendre le palais présidentiel durant les événements, a réussi à mettre en déroute les 2000 rebelles qui ont assiégé la capitale.

Cependant, les rebelles n'en restèrent pas là. Après qu'ils se soient réunis pour s'entendre sur un nouveau dirigeant, les activités ont été relancées en juin 2008 par le général Mahamat Nouri. Une nouvelle irruption de rebelles tchadiens en provenance de leurs bases arrières du Darfour, à l'ouest du Soudan, a de nouveau inquiété les dirigeants tchadien et français. Leur entrée en territoire tchadien, après de brefs combats, ressemblait à une démonstration de force militaire (7). Cette fois, ils semblent jouer au chat et à la souris avec les troupes gouvernementales, entrant dans une localité pour la quitter quelques heures plus tard.

D'après des sources militaires, les rebelles n'ont pas l'intention de cibler la capitale, mais de marquer leur territoire avant le début imminent de la saison des pluies, laquelle rend les mouvements plus compliqués. Après avoir pris la ville de Biltine, à une centaine de kilomètres au nord d'Abéché, la capitale régionale de l'est du pays, plusieurs autres villes auraient été conquises plus au sud. Selon Jérôme Tubiana, auteur d'un rapport récent sur le conflit au Tchad, les forces rebelles « testent aussi les réactions de l'Eufor et de la France » (8).

La France sous pression

La France s'est trouvée dans une position délicate lorsque les rebelles tchadiens ont lancé leur offensive sur N'Djamena, le 28 janvier, et elle continue d'être embarrassée par la menace que les rebelles laissent planer sur la scène politique tchadienne. Car à plusieurs reprises, la rébellion tchadienne a accusé Paris d'avoir « participé directement aux combats », ce qui remettrait en cause la neutralité de l'Eufor (9). De plus, plusieurs capitales européennes soupçonnent Paris de chercher à faire de cette force un parapluie de protection pour son allié, le président Déby (10). Mais M. Hervé Morin, le ministre de la Défense français, insiste sur le fait que l'armée française n'avait jamais mené « une action offensive » contre la rébellion. Et de son côté, le général Ganascia, commandant de l'Eufor sur le terrain, affirme : « en cas d'attaque rebelle, nous regarderons passer les obus » (11).

Lorsque Javier Solana, le représentant de la politique étrangère de l'Union européenne, déclare que l'Eufor accomplissait son mandat « de manière stricte », Idriss Déby s'empresse de critiquer cette « attitude passive » (12). Puis en septembre, il franchit un cap dangereux lorsqu'il rompt avec la Banque mondiale, troisième pourvoyeur d'aide au développement de son pays, pour ne plus se voir imposer une gestion rigoureuse de la manne pétrolière. Maintenant qu'il peut disposer de l'argent de « son » pétrole comme bon lui semble, l'achat de nouveaux armements pour sécuriser son gouvernement sera sans doute sa principale préoccupation. Ce qui a pour effet de contrarier les intérêts de ses alliés tout en privant les Tchadiens les plus démunis des avantages liés à cette richesse (13).

Face aux réserves de la France, il semblerait que la seule chose sur laquelle Idriss Déby puisse bientôt compter se résume à l'arrivée de la saison des pluies qui empêchera la rébellion d'atteindre N'Djamena, et a fortiori de prendre la ville.




Références:

(1) Laurent d' ERSU, « Un nouveau groupe rebelle traverse le Tchad », La Croix, no. 38081 Monde, mardi, 17 juin 2008.

(2) AFP, « Tchad : la France reconnaît avoir acheminé des munitions libyennes » http://afp.google.com/article/ALeqM5iddKM41_PX_dck... 14 février 2008, page consultée le 1-11-08.

(3) loc.cit.

(4) Thomas HOFNUNG, « La guerre de mouvements des rebelles tchadiens » Libération, no. 8434 Monde, mercredi, 18 juin 2008, p. QUO8.

(5) loc.cit.

(6) loc.cit.

(7) Jean-Philippe RÉMY, « Tchad: épreuve du feu pour l'Eufor », Le Temps, no. 3197 International, mardi, 17 juin 2008.

(8) Thomas HOFNUNG, « La guerre de mouvements des rebelles tchadiens » Libération, no. 8434 Monde, mercredi, 18 juin 2008, p. QUO8.

(9) AFP, op.cit.

(10) Thomas HOFNUNG, op.cit.

(11) Thomas HOFNUNG, op.cit.

(12) Jean-Baptiste PLACCA, « Au Tchad, le pétrole rend fou », La Croix, no. 38167 Forum et débats, vendredi, 26 septembre 2008, p. 14

(13) loc.cit.

Dernière modification: 2008-11-07 08:16:00

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

La ruée vers l'or tchadien
>septembre 2019


Idriss Déby : un règne incessant pour le Tchad
>février 2016


Le G5 Sahel : une offensive antiterroriste amorcée
>janvier 2016


Tchad : justice sera-t-elle rendue aux victimes d'Hissène Habré?
>octobre 2015


Tchad : l'ancien président Hissène Habré devant la justice
>septembre 2013


Les Nations unies remplaceront l'Union européenne au Tchad
>février 2009


Tchad : quand le soutien français vacille
>novembre 2008


La crise au Soudan s'étend : état d'urgence au Tchad
>novembre 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019