Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Dimanche 21 septembre 2014      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Organisations | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     

2 novembre 2008

Les diamants furent la cause de la guerre civile en Sierra Leone


Agata Turbanska
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke


Partager l'information

Chronologie depuis 1945

avril 1961Proclamation de l'indépendance de la Sierra Leone
mai 1963Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine
mars 1967Renversement du gouvernement en Sierra Leone
mars 1996Élection de Ahmad Tejan Kabbah à la présidence du Sierra Leone
août 2014Annoce de l'Organisation mondiale de la santé sur le virus Ebola
Le diamant, un minéral qu'on trouve au sommet de la hiérarchie des pierres précieuses, est un symbole d'amour éternel, de perfection et d'incorruptibilité absolue. C'est également un talisman qui protége des poisons et des maladies (1). « Le meilleur ami de la femme », comme disait Howard Hawks, a aussi une facette moins brillante car son commerce alimente financièrement certains des conflits les plus violents de la planète (2).

En effet, les « diamants de conflits » ou « diamants de sang » sont des diamants originaires de l'Afrique, surtout d'Angola, de Sierra Leone, du Liberia et de la République démocratique du Congo, vendus dans l'illégalité et la clandestinité dans le but de fournir en armes et en munitions les groupes armés qui les exploitent. Ce trafic illégal du diamant brut finance également le terrorisme international (3). Entre octobre 1999 et janvier 2002, la Sierra Leone est le théâtre de sanglants affrontements, qui ont pour but le contrôle des zones diamantifères. Ce thème sera l'objet de notre étude.

Un petit historique

Avec sa capitale Freetown, la Sierra Leone est un Etat de l'Afrique de l'Ouest qui est situé entre la Guinée et le Liberia. Ce territoire découvert par les Portugais s'est trouvé entre les mains des Britanniques entre 1808 et 1961, l'année de son indépendance. En 1971, la Sierra Leone s'est proclamée République.

Mais en 1991, elle plonge dans une guerre civile. La situation politique était instable car les départs et retours des différents présidents étaient très rapides. Une des personnalités les plus importantes est Ahmed Tejan Kabbah, élu président en 1996. Un an plus tard, il a été renversé par Johnny Paul Koroma, qui s'est proclamé chef du Conseil révolutionnaire des Forces armées (AFRC).

En 1998, grâce à l'appui des forces du Nigeria, le président Kabbah revient au pouvoir, mais pas pour longtemps car en 1999 la situation se dégrade à nouveau. Malgré la protection des forces de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), les rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF) et des mercenaires libériens se forcent un passage vers la capitale. En juillet, les négociations ont abouti à la signature de l'Accord de paix de Lomé qui prévoit d'arrêter les hostilités, de désarmer tous les combattants et de partager le pouvoir entre le gouvernement en place, le RUF et l'AFRC (4).

L'apport de l'ONU à la résolution du conflit et le bilan de la guerre civile

Les Nations unies (ONU) ont voté un grand nombre de résolutions pour contribuer aux négociations et mettre fin au conflit. Le 13 juillet 1998, la Mission d'observation des Nations unies en Sierra Leone (MONUSIL) est mise en place dans le but de veiller au bon respect des Droits de l'homme et à la bonne exécution de l'action humanitaire. Ensuite, par la résolution 1270 du 22 octobre 1999, le Conseil de sécurité a créé la Mission des Nations unies en Sierra Leone (MINUSIL) qui était chargée de contribuer à l'établissement de conditions propices à la mise en oeuvre de l'Accord de paix de Lomé par les parties concernées. Les résolutions 1289 du 7 février 2000 et 1299 du 19 mai 2000 ont renforcé les effectifs de la MINSUL et lui ont confié plus de tâches. Cela a créé la force de maintien de la paix la plus importante de l'ONU.

Le 5 juillet 2000, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 1306 qui interdit l'importation directe ou indirecte de diamants bruts en provenance de la Sierra Leone n'ayant pas fait l'objet d'un certificat d'origine délivré par le gouvernement de la Sierra Leone. A la suite de cette résolution, le 2 août 2000, un groupe d'experts était établi. Son objectif était de rassembler des informations sur les violations éventuelles de l'embargo sur les armes et sur les liens entre le commerce de diamants et le commerce des armements. Le 31 octobre, cette commission a rendu son rapport qui contenait les observations et les recommandations visant à renforcer l'embargo sur les armes et les diamants. Par la résolution 1343 du 7 mars 2001, le Conseil de sécurité a décrété un embargo sur les armes à destination du Liberia et exigé la mise en place de mesures concrètes pour arrêter le trafic et la vente de diamants provenant de la Sierra Leone. Enfin, la résolution de 30 mars 2001 a autorisé l'accroissement des Casques bleus de la MINSUL qui passent de 6000 à 17 500 soldats. Apres l'année 2005, la MINUSIL fut remplacée par le Bureau intégré des Nations unies en Sierra Leone (BINUSIL) (5).

Cette stratégie a donné des résultats. A la fin de l'année 2001, plus de 3000 enfants soldats furent relâchés et, au début de l'année 2002, plus de 47 000 combattants étaient désarmés et démobilisés. La guerre civile a pris fin le 18 janvier 2002. Le 14 mai, M. Kabbah a été réélu président. Le conflit en Sierra Leone a causé la mort d'environ 75 000 personnes. Un demi-million de personnes étaient réfugiées, et plus de 2 millions déplacées, ce qui représente environ 44% de la population. Un million de personnes continuait à vivre dans les zones tenues par le RUF. Pour empêcher les habitants de travailler et de voter, les rebelles amputaient délibérément les mains de plusieurs milliers de personnes. De plus, les forces armées obligeaient les garçons à s'engager en tant qu'enfants soldats. Quand aux filles et aux femmes, elles sont devenues les esclaves sexuelles. Selon les défenseurs des droits de l'homme, la situation dans le pays s'est nettement améliorée depuis la fin de la guerre civile.




Références:

(1) « LA SPLENDEUR DU DIAMANT », le 27 avril 2008 http://svpbonnehumeur.centerblog.net/rub-LES-PIERR... (date de consultation: 30 octobre 2008)

(2) Chariman GOOCH « La guerre des diamants », l'Observateur OCDE http://www.observateurocde.org/news/fullstory.php/... de consultation: 30 octobre 2008)

(3) « LES DIAMANTS DE LA GUERRE » publié par le Département de l'information de l'Organisation des Nations Unies en collaboration avec le Service du secrétariat des organes subsidiaires du Conseil de sécurité, Division des affaires du Conseil de sécurité, Département des affaires politiques, le 21 mars 2001 http://www.un.org/french/peace/africa/diamant.htm (date de consultation: 30 octobre 2008)

(4) Yannick MONDY et Dany DESCHENES « LE CONFLIT EN SIERRA LEONE : LES DIAMANTS DU SANG », Université Laval, mars 2001 http://www.hei.ulaval.ca/fileadmin/hei/documents/d... (date de consultation: 30 octobre 2008)

(5) « LES DIAMANTS DE LA GUERRE » publié par le Département de l'information de l'Organisation des Nations unies en collaboration avec le Service du secrétariat des organes subsidiaires du Conseil de sécurité, Division des affaires du Conseil de sécurité, Département des affaires politiques, le 21 mars 2001 http://www.un.org/french/peace/africa/diamant.htm (date de consultation: 30 octobre 2008)

(6) « Sierra Leone : pour les femmes, la guerre est finie mais la violence continue » AFRIK.COM, le 27 novembre 2007 http://www.afrik.com/article13028.html (date de consultation: 30 octobre 2008)

Dernière modification: 2008-11-07 08:06:57.0

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Sierra Leone : le vrai défi
>février 2013


La malaria : des effets dévastateurs
>novembre 2009


La Sierra Leone noyée
>octobre 2009


Les diamants furent la cause de la guerre civile en Sierra Leone
>novembre 2008


La Sierra Leone : D'une dictature à une éventuelle démocratie
>septembre 2007


Les défis de la Sierra Leone : insurmontables?
>novembre 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 9.6 2014    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension