24 avril 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

14 septembre 2009

Gabon : La disparition du «Parrain»


Elizabeth Nadeau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Balado: Le monde en perspective




Nouveauté. Écoutez en baladodiffusion les rencontres qu'animent les professeures Isabelle Lacroix et Karine Prémont sur des questions qui touchent les enjeux démocratiques, les relations internationales ou les modes de scrutin. Des rencontres de 20 minutes dans un style simple et ouvert avec des spécialistes, des personnes présentes sur le terrain et aussi des étudiantes et étudiants de second cycle.

Au fil du temps

janvier
2019
Tentative de coup d’État au Gabon

août
2016
Réélection d'Ali Bongo Ondimba à la présidence du Gabon

juin
2009
Décès du président gabonais Omar Bongo

mai
1990
Adoption du multipartisme au Gabon

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

décembre
1967
Accession d'Albert-Bernard Bongo à la présidence du Gabon

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

septembre
1961
Création de l'Union africaine et malgache

À l'âge de 73 ans, le «papa», le «parrain» de l'Afrique décède le 7 juin 2009. Élu pour la première fois à l'âge de 32 ans en 1967, Omar Bongo, deuxième président de la République gabonaise, était en effet le chef d'État ayant le plus long règne sur le continent noir.

Un leader controversé

Un an après son arrivée au pouvoir, Albert-Bernard Bongo fonde en 1968 le Parti démocratique gabonais (PDG). Jusqu'en 1990, le Gabon est marqué par le monopartisme politique: le sigle du parti, «P.D.G.», laisse croire que Bongo avait un faible pour le contrôle. Il a gouverné en véritable empereur : on lui reproche notamment d'avoir dicté les normes de la société, les règles de la politique gabonaise, d'avoir eu un faible pour les pots-de-vin envers les médias, d'occuper avec son parti tous les espaces politiques, en plus d'avoir appuyé plusieurs promotions individuelles au sein de son administration(1). Toutefois, alors que l'Afrique est déchirée par des conflits ethniques, notamment au Rwanda et au Congo, l'administration Bongo a permis une certaine stabilité à la nation gabonaise durant ces années de crise.

Durant les 42 années de son règne, Omar Bongo a été le symbole de la «Françafrique», ce marché stratégique conclu entre la France et plusieurs États africains. Cette dernière tenait à conserver ses liens avec ses anciennes colonies qui, rappelons-le, ont pour la plupart accédé à l'indépendance dans les années 1960. Le Congo et le Gabon, pour le pétrole, et le Niger, pour l'uranium, sont les principaux États avec lesquels Paris voulait poursuivre les échanges.(2)

L'objectif des deux pays est donc atteint: le Gabon reçoit le soutien de la France à plusieurs niveaux (économique, militaire, etc.), en échange d'une mise à disposition de ses richesses naturelles : pétrole, uranium et bois d'essences rares. Déterminé à tirer son épingle du jeu, Omar Bongo comprend rapidement comment tirer les ficelles de la politique française pour se donner un avantage économique avec chaque président qui a eu entre ses mains le pouvoir, de Charles de Gaulle à Nicolas Sarkozy. L'apport de M. Bongo à son pays est ici sans équivoque. Vers la fin des années 70, les Gabonais avaient un des niveaux de vie les plus élevés du continent africain, grâce à l'exportation d'uranium et de pétrole par la société pétrolière Elf (3), un autre symbole de la Francafrique.

Cependant, ce «paradis» ne dure que quelques années. La construction d'immenses palais, les dépenses exorbitantes de la famille Bongo elle-même, en plus d'assassinats inexpliqués et d'arrestations chez les opposants au régime du président gabonais, poussent les organisations internationales à intervenir : la Banque mondiale imposera un régime financier à l'État, qui se trouve au bord de la faillite.

Néanmoins, il est juste de mentionner qu'Omar Gabon a aussi fait des choses positives pour son pays : c'est sous son règne que le Gabon a été mis sur la carte des réserves naturelles mondiales. Ce faisant, il a pu accéder à un schéma de développement économique enviable. Le Gabon doit maintenant trouver une voie qui lui permettra d'acquérir le contrôle de ses propres ressources pour enfin atteindre une autonomie complète.




Références:

(1) AUGÉ, Axel, « Les solidarités des élites politiques au Gabon : entre logique ethno-communautaire et réseaux sociaux », Cahiers internationaux de sociologie, Presses Universitaire de France, 2007, no 123, p. 251.

(2) BERNARD, Philippe, «Disparition : Omar Bongo», Le Monde, Carnet, mercredi 10 juin 2009, p.24.

(3) L'intégration du Gabon à l'OPEP date de 1975, et son retrait s'effectue en 1996. L'ancienne société pétrolière Elf est considérée comme un autre symbole de la Francafrique.

Autres références

ROBERT, Anne-Cécile, «Omar Bongo, mort d'un parrain», Le Monde Diplomatique, 9 juin 2009, [En ligne], http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2009-06-09... (page consultée le 10 septembre 2009).

REPORTERS SANS FRONTIÈRES, Gabon – Rapport annuel 2004, Reporters sans frontières : Pour la liberté de la presse, [En ligne], http://www.rsf.org/fr-rapport17-id_rubrique408-- Gabon.html, (page consultée le 10 septembre 2009).

TEIGA, Teiga N'Piénikoua, «En finir pour de bon avec la Françafrique», Courrier International, 2009, [En ligne], http://www.courrierinternational.com/article/2009/... (page consultée le 10 septembre 2009).

BERNARD, Philippe, «Disparition : Omar Bongo», Le Monde, Carnet, mercredi 10 juin 2009, p.24.

FICATIER, Julia, La question du jour : La « Françafrique » subsistera-t-elle après la mort d'Omar Bongo ?, La Croix, no 38379, mercredi 10 juin 2009, p. 11.

Dernière modification: 2009-09-21 11:09:49

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Gabon : des élections reportées et une démocratie critiquée
>octobre 2017


La langue française en Afrique : un avenir incertain
>avril 2017


Gabon : la conjoncture internationale freine le projet Maboumine
>février 2016


Dure période pour l'or noir gabonais
>février 2015


Élections législatives gabonaises : farce ou démocratie?
>janvier 2012


Gabon : Omar Bongo perd son pari, son fils prend la relève
>octobre 2009


Gabon : La disparition du «Parrain»
>septembre 2009


Après Fidel c'est le tour d'Omar Bongo
>mars 2008


Gabon : un scrutin sans suspense
>novembre 2005


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016