13 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

4 avril 2009

La criminalité au Mexique : une menace à la sécurité de l'État


Simon Besner
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juillet
2018
Élection d’Andrés Manuel Lopez Obrador à la présidence du Mexique

septembre
2017
Tremblement de terre dévastateur au Mexique

juillet
2012
Élection d'Enrique Pena Nieto à la présidence du Mexique

juin
2009
Confirmation d'une pandémie de grippe A (H1N1) par l'OMS

juillet
2006
Élection de Felipe Calderon à la présidence du Mexique

juillet
2000
Élection de Vicente Fox à la présidence du Mexique

janvier
1994
Début du soulèvement des Indiens du Chiapas, au Mexique

décembre
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

juillet
1988
Élection de Carlos Salinas de Gortari à la présidence du Mexique

septembre
1985
Tremblement de terre meurtrier au Mexique

juillet
1982
Élection de Miguel de la Madrid Hurtado à la présidence du Mexique

août
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

juin
1975
Ouverture d'une conférence internationale sur les femmes à Mexico

octobre
1968
Répression d'une manifestation étudiante sur la Place des trois cultures à Mexico

février
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

décembre
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

mars
1948
Création de l'Organisation des États américains

septembre
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Les origines de la criminalité au Mexique remontent au début du 20e siècle. En fait, dès les années 1910, certains groupes mexicains, en collaboration avec les autorités politiques, ont fait le commerce du cannabis et de l'opium(1). Avec la création d'un parti d'État, le Parti révolutionnaire institutionnel, en 1929, cette collusion entre crime et politique ne fait que se renforcer : cela permet aux organisations criminelles de développer leur commerce sans crainte d'être poursuivies en justice. Les cartels mexicains peuvent donc s'adonner, dès les années 1970, au trafic de cocaine.

À l'époque, ce sont les cartels colombiens de Medellin et de Cali qui contrôlent le marché de la cocaine vers les États-Unis. Avec leur démantèlement, au milieu des anneés 1990, les cartels mexicains ont pris la relève et sont devenus beaucoup plus puissants qu'auparavant (2). Cette situation a amené les organisations mexicaines à lutter entre elles pour le contrôle du trafic de drogue vers le voisin américain: ces violences, déclenchées en 2005, sont considérées par le président mexicain Felipe Calderon comme une menace pour l'État mexicain (3).

Un portrait inquiétant

Le gouvernement mexicain affirme qu'il y aurait sept cartels présents dans l'ensemble du pays. Quatre organisations sont néanmoins dominantes : le cartel de Tijuana, situé à la frontière de la Californie; le cartel de Sinaloa, sur la côte ouest du Mexique; le cartel de Juarez, à la frontière du Texas; et le cartel du Golfe, sur la côte est du pays, le long du golfe du Mexique (4).

Deux blocs d'alliances se seraient créés : d'un côté, les cartels de Tijuana et du Golfe feraient front commun, alors que de l'autre ceux de Sinaloa et de Juarez se seraient unis. Leur but ultime est de contrôler l'ensemble des zones de production et de transit de drogues vers les États-Unis. Le marché serait d'ailleurs très lucratif : à titre d'exemple, l'ensemble des cartels produirait 10 000 tonnes de marijuana par année pour une valeur de 25 milliards de dollars (5). De plus, 90% de la cocaine présente en sol américain proviendrait du Mexique (6). Les organisations mexicaines exportent également de l'héroine et des métamphétamines.

Cette lutte pour le contrôle du trafic de drogue a amené son lot de morts. En 2008, il y aurait eu environ 5300 meurtres reliés aux activités des cartels (7), dont 1600 dans la seule ville de Juarez, fief du cartel du même nom. De plus, depuis 2000, l'organisme Reporters sans frontières rapporte 40 assassinats de journalistes, dont plus de la moitié auraient enquêté sur le narcotrafic (8). Les enlèvements sont aussi fréquents au pays, estimés entre 700 et 1000 par année. Des personnalités connues ou des membres de leur famille sont enlevés par des narcotraficants moyennant rançon. À titre d'exemple, en 2008, le fils d'un homme d'affaires, Fernando Marti, 14 ans, a été enlevé; malgré le paiement d'une rançon, ses kidnappeurs l'ont tout de même exécuté. Des policiers auraient même été impliqués dans l'enlèvement (9).

Grâce à leurs revenus, les cartels mexicains sont en mesure de corrompre les autorités. Ainsi, en 2001, quatre chefs militaires, dont un général, ont été arrêtés pour avoir reçu de l'argent du cartel du Golfe (10). De même, en 2003, le chef de l'anti-drogue de la ville de Tijuana a été arrêté : il était prêt à libérer un membre de cartel et cinq tonnes de marijuana saisies par la police contre deux millions de dollars. À cette époque, le procureur général du Mexique considérait que 15% du personnel du ministère de la Justice faisait affaire avec les cartels (11). Encore aujourd'hui, certains membres de l'Agence fédérale d'investigation (AFI), le FBI mexicain, sont soupçonnés de faire affaire avec ces groupes criminels.

Les organisations criminelles mexicaines utilisent aussi leurs revenus pour acheter des armes. Ainsi, les cartels possèdent de l'armement militaire tel des mitrailleuses lourdes, des lance-grenades, des fusils d'assaut, même des hélicoptères. En fait, 90% de leur armement provient des États-Unis (12). La capacité des cartels à s'armer de la sorte ne fait que renforcer leur capacité à mener la guerre contre leurs rivaux.

Riposte gouvernementale

Pour tenter de freiner la violence reliée au trafic de drogue, le gouvernement mexicain a décidé de mettre la main à la pâte. Ainsi, le président Calderon a mobilisé, depuis 2006, 36 000 militaires et policiers dans l'ensemble du pays (13). Il a aussi augmenté le salaire des troupes luttant contre les cartels de 50% afin d'éviter leur éventuelle corruption. Le gouvernement mexicain a également mis en place le plan Mexico Seguro, qui vise la coordination des autorités fédérales, régionales et locales afin de lutter plus efficacement contre les activités criminelles reliées au trafic de drogue (14). La menace d'extradition vers les États-Unis est aussi invoquée afin de dissuader la propagation d'actes criminels.

Par ailleurs, le gouvernement américain finance l'effort mexicain. En effet, les États-Unis ont lancé l'Initiative de Merida, une aide financière de 1,4 milliards de dollars au Mexique afin de vaincre la violence des cartels. Washington a également versé 136 millions de dollars au gouvernement mexicain en coopération militaire (15), tout en facilitant l'achat de matériel par l'administration mexicaine.

Progrès insuffisants

Malgré sa bonne volonté, le gouvernement mexicain semble incapable, pour l'instant, de mettre fin à la violence due aux activités des cartels. De janvier 2000 à septembre 2006, 79 000 personnes ont été arrêtées par rapport au trafic de drogue; de ce nombre, 78 831 n'étaient pas des membres importants des organisations criminelles (16).

Pourtant, la lutte aux cartels de la drogue a récemment été couronnée de succès. Ainsi, la DEA américaine a arrêté, en 2006, le chef du cartel de Tijuana, Francisco Javier Arellano Felix. Les autorités mexicaines ont également mis la main, en mars et avril 2009, sur Vicente Zambada Niebla, membre influent du cartel de Sinaloa, et sur Vicente Caville Leyva, chef du cartel de Juarez.

Malgré tout, les cartels mexicains semblent toujours en mesure de mener à terme leurs opérations. En fait, avec l'arrestation de hauts dirigeants des cartels, les organisations se sont décentralisées et la violence autour du contrôle du trafic s'est accrue. De plus, la corruption qui frappe l'État mexicain permet aux criminels de poursuivre leurs activités sans crainte d'être arrêtés. Certaines agences américaines considèrent d'ailleurs le Mexique comme étant un «État en échec» (17), c'est-à-dire un État où la règle de droit n'est plus respectée. Le gouvernement mexicain a donc encore du pain sur la planche s'il veut éliminer les cartels de la drogue du paysage politique.




Références:

(1) ASTROGA, Luis. «Les limites de la politique antidrogue au Mexique», Revue internationale de sciences sociales, no.169, avril 2001, p.470

(2) COOK, Coleen K. «Mexico's Drug Cartels», Service de recherche du Congrès américain, 16 octobre 2007, p.1

(3) Loc.cit

(4) LE MONDE. «Drogues : les cartels mexicains», http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/ill/2008/01/21/... , mise à jour le 25 mars 2009 (page consultée le 4 avril 2009)

(5) BUISSON, Bertrand. «Un problème vital pour les États-Unis : le Mexique sous le joug des cartels», Solidarité et progrès, http://www.solidariteetprogres.org/article5045.htm... , créée le 20 janvier 2009 (page consultée le 4 avril 2009)

(6) COOK, Coleen K. Op.cit p.6

(7) AGENCE FRANCE PRESSE. «Mexique: le traffic de drogue, une appendicite devenue cancer», http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-l... , mise à jour le 27 février 2009 (page consultée le 4 avril 2009)

(8) REPORTERS SANS FRONTIÈRES. «Cartels de la drogue : prédateurs de la liberté de presse», http://www.rsf.org/article.php3?id_article=21970 (page consultée le 4 avril 2009)

(9) TRIBUNE DES DROITS HUMAINS. «Tollé contre les enlèvements au Mexique», http://www.humanrights-geneva.info/Tolle-contre-le... , créée le 14 aout 2008 (page consultée le 4 avril 2009)

(10) LATIN REPORTERS. «Mexique : le président Fox frappe les narcotrafiquants», http://www.latinreporters.com/mexiquesoc070401.html , créée le 7 avril 2001 (page consultée le 4 avril 2009)

(11) RADIO FRANCE INTERNATIONALE. «Chasse aux ripoux de la lutte anti-drogue», http://www.rfi.fr/actufr/articles/037/article_19640.asp (page consultée le 4 avril 2009)

(12) AGENCE FRANCE PRESSE. «Hillary Clinton au Mexique : responsabilité partagée dans la lutte anti-drogue», http://fr.news.yahoo.com/2/20090325/twl-hillary-cl... créée le 25 mars 2009 (page consultée le 4 avril 2009)

(13) AGENCE FRANCE PRESSE. «Lutte sans merci entre les cartels de la drogue et la police», http://fr.truveo.com/MEXIQUE-CRIMINALIT%C3%89-Lutt... , créée le 23 aout 2008 (page consultée le 4 avril 2009)

(14) COOK, Coleen K. Op.cit p.15

(15) AGENCE FRANCE PRESSE. «Lutte anti-drogue: Washington dégage 197 millions de dollars pour le Mexique», http://www.aufaitmaroc.com/fr/actualite/monde/arti... , créée le 4 décembre 2008 (page consultée le 4 avril 2009)

(16) COOK, Coleen K. Op.cit p.5

(17) FAUX, Frédéric. «Le narcotrafic menace l'État de droit au Mexique», Le Figaro, http://www.lefigaro.fr/international/2009/03/09/01... , mise à jour le 9 mars 2009 (page consultée le 4 avril 2009)

Dernière modification: 2009-04-10 08:03:43

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'effet AMLO se fait attendre au Mexique
>septembre 2019


Mexique : le PRI en chute libre
>janvier 2019


Mexique et États-Unis : gagnant-gagnant?
>octobre 2018


Mexique : des débats révélateurs des préoccupations citoyennes
>septembre 2018


Retour en force au Mexique : à la conquête d'une présidence autrefois « volée »
>mars 2018


Réouverture de l'ALENA : match nul pour le Mexique
>octobre 2017


La « révolution en herbe » des Amériques : vers une libéralisation du cannabis au Mexique
>novembre 2016


Le pétrole mexicain : une réforme énergétique nécessaire ?
>novembre 2015


La justice mexicaine impuissante face à l'affaire des étudiants disparus
>octobre 2015


Un James Bond pour redorer l'image du Mexique
>mars 2015


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019