20 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

27 novembre 2005

Gabon : un scrutin sans suspense


Laetitia Mfamobani
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

janvier
2019
Tentative de coup d’État au Gabon

août
2016
Réélection d'Ali Bongo Ondimba à la présidence du Gabon

juin
2009
Décès du président gabonais Omar Bongo

mai
1990
Adoption du multipartisme au Gabon

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

décembre
1967
Accession d'Albert-Bernard Bongo à la présidence du Gabon

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

septembre
1961
Création de l'Union africaine et malgache

La journée du 27 novembre 2005 fait désormais partie de l'histoire politique du Gabon. En effet, les habitants de ce petit pays d'Afrique centrale étaient appelés à se rendre aux urnes afin de choisir leur futur président. Plusieurs candidats étaient en lice, parmi lesquels l'actuel président Omar Bongo Ondimba. Âgé de 70 ans et au pouvoir depuis 38 ans, M. Bongo sollicitait un nouveau mandat à la tête du Gabon. Rappelons que les modifications constitutionnelles adoptées en 2003 ont éliminé la restriction sur le nombre maximal de mandats présidentiels.

Durant les deux semaines de campagne électorale, entachée par des actes de violence, les trois principaux aspirants à la magistrature suprême se sont livrés à un exercice de rhétorique sans précédent. Omar Bongo Ondimba, candidat officiel du Parti démocratique gabonais (PDG), a courtisé les électeurs sous les thèmes de l'unité nationale et de la stabilité politique du pays. Le candidat Pierre Mamboundou, président de l'Union du peuple gabonais (UPG), a par contre attiré l'attention des Gabonais sur l'importance de l'alternance dans une démocratie. Pour lui, il était temps de tourner la page sur l'ère Bongo. L'indépendant Zacharie Myboto, un ancien baron du PDG, a pour sa part prôné le changement et la stabilité économique des Gabonais. Il a tenu à leur dire que son retrait du PDG était la conséquence logique d'une volonté de changement.

Pour cette élection, 569 000 Gabonais étaient inscrits sur les listes électorales. Les Forces de l'Ordre, chargés d'assurer la sécurité des citoyens et le bon déroulement des élections, ont accompli leur devoir de citoyen le 25 novembre. Quant aux autres, ils devaient se prononcer ce 27 novembre.

Soulignons qu'il s'agissait d'une élection à tour unique. Au terme de ce scrutin, rares sont les individus qui croient à une possible défaite de M. Bongo. En effet ,tous les facteurs étaient réunis pour que l'actuel président soit réélu.

Tout d'abord, sur les cinquante partis politiques officiellement reconnus, quarante lui sont acquis, ce qui représente une majorité de l'électorat gabonais. De plus, la campagne électorale a donné lieu à une lutte inégale sur le plan financier. Ainsi, pendant que le camp Bongo disposait de plusieurs millions d'euros, les candidats de l'opposition comme M. Mamboundou peinaient à obtenir le financement nécessaire pour mener à bien leur campagne. Pour la plupart, ils se contentaient de distribuer des dépliants dans les marchés et autres quartiers défavorisés de la capitale, Libreville.

Aussi, l'opposition gabonaise qui au début des années 90 était très active, n'est plus que l'ombre d'elle-même. De l'avis de plusieurs experts, l'opposition a considérablement faibli depuis les ralliements, ces dernières années, au camp présidentiel de plusieurs de ses figures tel l'ancien leader de l'opposition, le père Paul Abessole. Le chef de l'État leur a habilement tendu la main et récompensé par des places au gouvernement ou à des hautes fonctions .De fait , l'opposition semble avoir peu de chances d'empêcher une nouvelle victoire de l' « inamovible » Omar Bongo (1).

Si la réélection d'Omar Bongo ne fait l'ombre d'aucun doute, en revanche le taux de participation demeure le véritable inconnu de ce scrutin. En effet, l'espoir d'un avenir meilleur qu'avait suscité l'avènement de la démocratie s'est éteint au fil des années. Depuis quinze ans, le fossé entre les riches et les pauvres s'est d'avantage creusé. Le non-respect des promesses électorales, l'exode rural, le chômage, le sida et biens d'autres maux qui minent le quotidien des Gabonais, font que les populations ne croient plus à la politique. Plusieurs Gabonais se sentent frustrés, exclus du débat politique à un point tel qu'ils ne croient plus au pouvoir que leur procure le vote.

Le Gabon, jadis considéré comme l'Émirat du golfe de Guinée en raison de ses importantes ressources pétrolières, minières et autres, est aujourd'hui classé à la 123e position dans le rapport sur le développement humain du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Malgré des budgets annuels avoisinant 1,5 milliards d'euros pour une population estimée à 1,3 millions de personnes, 60% des Gabonais vivent dans l'extrême pauvreté selon le FMI (2). Depuis les indépendances, le Gabon constitue un havre de paix entretenu par le Président actuel. Dans un contexte interafricain marqué entre autres par les crises congolaise et ivoirienne, la question qui hante les esprits des Gabonais est : que réserve l'après Bongo?




Références:

(1) JEUNEAFRIQUE.COM. « Omar Bongo, sans surprise, candidat à un nouveau mandat », jeuneafrique.com, [En ligne], 1 octobre 2005,
(2) DE SAINT-EXUPERY, Patrick. « Nouvelle présidentielle tronquée au Gabon », Le Figaro, 23 novembre 2005, no. 19068, 23 novembre 2005, p. 4

BERNARD, Philippe. « M. Bongo veut faire taire l'opposition gabonaise à Paris », Le Monde, 22 septembre 2005, p. 3

BERNARD, Philippe. « Zacharie Myboto, candidat à la présidentielle au Gabon, accuse Omar Bongo de préparer « la fraude » et la répression du mécontentement qui s'ensuivrait », Le Monde, 7 novembre 2005, p. 4

SARR NIANG, Doudou. « Tous contre le président-candidat Omar Bongo Ondimba », Le Soleil (Dakar), [En ligne], 18 novembre 2005, (Page consultée le 24 novembre 2005)

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Gabon : des élections reportées et une démocratie critiquée
>octobre 2017


La langue française en Afrique : un avenir incertain
>avril 2017


Gabon : la conjoncture internationale freine le projet Maboumine
>février 2016


Dure période pour l'or noir gabonais
>février 2015


Élections législatives gabonaises : farce ou démocratie?
>janvier 2012


Gabon : Omar Bongo perd son pari, son fils prend la relève
>octobre 2009


Gabon : La disparition du «Parrain»
>septembre 2009


Après Fidel c'est le tour d'Omar Bongo
>mars 2008


Gabon : un scrutin sans suspense
>novembre 2005


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019