Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

16 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

15 February 2009

Un virage dans la relation franco-québécoise ?


Benoit Bisson
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

October
2018
Légalisation du cannabis au Canada

October
2015
Élection au Canada du Parti libéral de Justin Trudeau

May
2011
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

October
2008
Ouverture du douzième Sommet de la Francophonie

October
2008
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

June
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

January
2006
Élection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

June
2004
Élection au Canada du Parti libéral de Paul Martin

November
2000
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

September
1999
Ouverture du huitième Sommet de la Francophonie

June
1997
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

October
1995
Tenue d'un référendum sur la souveraineté du Québec

October
1993
Élection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

December
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

October
1992
Tenue d'un référendum au Canada sur l'entente de Charlottetown

June
1990
Échec de l'accord constitutionnel du lac Meech au Canada

November
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

November
1988
Réélection au Canada du Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney

September
1987
Ouverture du deuxième Sommet de la Francophonie

Le 2 février 2009, le premier ministre du Québec, Jean Charest, a reçu le grade de Commandeur de la Légion d'honneur des mains du président français, Nicolas Sarkozy. Ce que l'Histoire retiendra de cette journée, ce ne sera pas tant la reconnaissance qu'a obtenue M. Charest, que l'intervention du chef d'État français concernant le Québec. En effet, lors de la cérémonie, M. Sarkozy y est allé d'un discours qui a suscité la controverse au sein de la population québécoise. Pour une deuxième fois en moins de six mois, le président de la République française a fait allusion à un « refondement » des liens politiques du triangle Canada, Québec et France (1).

Non-ingérence et non-indifférence

À partir de 1967, la relation entre le Québec et la France prend une tournure particulière. Pendant l'Exposition universelle de Montréal en 1967, le président français de l'époque, Charles de Gaulle, avait terminé un discours en s'écriant «Vive le Québec libre !»(2). À cette époque, il ne faisait aucun doute que le général voulait aider l'ancienne colonie française à devenir souveraine. À ce moment, même certains souverainistes comme René Lévesque, alors député du Parti libéral du Québec, trouvaient que M. de Gaulle était allé trop loin (3).

Depuis 1977, la relation France-Québec suit la politique nommée « Non-ingérence et non-indifférence ». Le président de la République, Valery Giscard d'Estaing, avait alors déclaré que la France, sans s'ingérer dans les affaires internes du Québec, allait lui offrir son appui et sa confiance dans le chemin qu'il désirait suivre(4). Selon cette logique, certains présidents français comme François Mitterrand, ont notamment aidé le Québec à devenir membre de certaines organisations internationales, comme la Francophonie, et ce, malgré le fait qu'il n'est pas un pays(5).

Cette politique de non-ingérence et non-indifférence a été communément acceptée par tous les présidents français depuis son énoncé par l'ex-ministre Alain Peyrefitte (6). D'ailleurs, en 1999, l'ancien président de la France, Jacques Chirac, avait réitéré la position française selon laquelle elle appuierait inconditionnellement le Québec dans les choix qu'il ferait quant à son avenir (7).

Le ni-ni, « ce n'est pas trop mon truc »

Changement de cap en ce qui concerne la France avec l'élection de Nicolas Sarkozy à titre de président. Dès le mois d'avril 2008, Louise Beaudoin, députée du Parti québécois, avait déclaré que le chef de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) allait reformuler la position française à l'égard du Québec lors de son passage dans la Belle Province prévu en octobre 2008 dans le cadre du Sommet de la francophonie et d'un Sommet Canada-Union européenne (8). Tel que prévu, M. Sarkozy a déclaré à Ottawa qu'il prônait l'unité canadienne : « Le Canada a toujours été un allié de la France, il est membre du G8. Et franchement, s'il y a quelqu'un qui vient me dire que le monde d'aujourd'hui a besoin d'une division supplémentaire, c'est qu'on n'a pas la même lecture du monde (9).»

Le même jour, le président de la République s'est rendu à l'Assemblée nationale québécoise et a fait un discours « fort élogieux » sur le Québec, insistant sur l'amitié franco-québécoise : « L'histoire a fait de nous, Français et Québécois, des frères. Vous occupez une place privilégiée dans le coeur des Français. (10)» Comme l'a souligné l'ancien premier ministre du Québec, Bernard Landry, les deux discours faits en ce jour étaient profondément divergents, ce qui l'amène à se questionner quant à la version à retenir (11). La réponse, il l'obtiendra le 2 février 2009.

Au moment de donner la Légion d'honneur à M. Charest, Nicolas Sarkozy clarifie en effet la position française : « Et c'est vrai que « ni indifférence, ni ingérence », qui a été la règle pendant des années, honnêtement ce n'est pas trop mon truc (12).» Lançant un message d'unité et d'ouverture, il déplore le fait qu'on doive détester l'autre pour prouver son amitié. Selon lui, les valeurs propagées par la francophonie devraient être celles de la tolérance, du rassemblement, de l'ouverture, de l'union et de l'entente, en opposition au sectarisme, à la division et à l'affirmation de son identité par une opposition féroce à l'autre (13). Il s'agit d'une allusion directe au projet des souverainistes québécois.

Réactions vives des souverainistes

Deux jours après le discours de Nicolas Sarkozy, Pauline Marois, leader de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale du Québec et chef du Parti québécois, ainsi que Gilles Duceppe, chef du Bloc québécois, ont conjointement écrit une lettre adressée au président français (14). Ces derniers estiment que les propos de M. Sarkozy concernant les souverainistes étaient les plus irrespectueux provenant d'un chef d'État étranger. Dans leur lettre, les deux chefs souverainistes ont tenu à préciser qu'ils ne s'attendaient pas à ce que la France déteste le Canada, et que contrairement à ce que le président français pouvait penser, les adeptes de l'indépendance du Québec ne sont pas fermés sur eux-mêmes, et qu'ils ont fait preuve d'ouverture par le passé. Bref, ils ont tenté de contredire les propos qu'ils jugent déplacés de M. Sarkozy en amenant des faits historiques.

Dans sa réponse à cette lettre cinq jours plus tard, le président de la République n'a pas retiré ses propos sur les souverainistes, mais ne les a pas réitérés non plus. Il a plutôt mis l'accent sur les actions qu'il a réalisées par le passé, et celles qu'il a l'intention de faire, tout en souhaitant une plus grande coopération franco-québécoise qui s'épanouit harmonieusement dans la relation qu'entretient la France avec le Canada (15).

Est-ce qu'un prochain président français reviendra à la non-ingérence et non-indifférence? L'avenir nous le dira, mais pour l'instant, comme l'a dit l'ancien premier ministre français Jean-Pierre Raffarin, la France souhaite « [...], une relation privilégiée avec le Québec pour que la relation avec le Canada soit privilégiée(16).» De son côté, l'analyste Jean-François Lisée croit que les souverainistes ont plutôt goûté «[...], à la méthode Sarkozy en affaires internationales. Un mélange d'impulsivité et d'opinions nourries par ses amis des milieux d'affaires. Une propension à sacrifier les équilibres stratégiques à long terme au profit du gain tactique immédiat.(17)»




Références:

(1) Radio-Canada, « Quand indépendance rime avec sectarisme », 2 février 2009, [En ligne], http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/200... page consultée le 14 février 2009

(2) Perspective Monde, « Discours controversé du président français Charles de Gaulle à Montréal », [En ligne], http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... page consultée le 14 février 2009

(3) Jean-François Lisée. Dans l'oeil de l'aigle : Washington face au Québec, Éditions Boréal, Montréal, 1990, p.86

(4) Kim Richard Nossal, et al., Politique internationale et défense au Canada et au Québec, Les Presses de l'Université de Montréal, Montréal, 2007 p. 585

(5) Louise Beaudoin. « Quelle mouche aurait piqué Nicolas Sarkozy ? », Le Devoir, 1er avril 2008, p.A7

(6) Loc. cit.

(7) Assemblée nationale du Québec, « Conférence de presse de M. Lucien Bouchard, premier ministre du Québec, et de M. Jacques Chirac, président de la France », 2 septembre 1999, [En ligne], http://www.assnat.qc.ca/fra/conf-presse/1999/990902LB.HTM, page consultée le 14 février 2009

(8) Louise Beaudoin., Op. Cit.

(9) Antoine Robitaille. « Sarkozy choisit l'unité canadienne », Le Devoir, 18 octobre 2008, p.A1

(10) Radio-Canada, « Des accents de fraternité », 17 octobre 2008, [En ligne], http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/200... page consultée le 14 février 2009

(11) Bernard Landry, « Lettre à M. Nicolas Sarkozy, président de la République », Le Devoir, 23 octobre 2008, p. A7

(12) Consulat général de France à Québec, « Discours de M. Nicolas Sarkozy », 2 février 2009, [En ligne], http://www.consulfrance-quebec.org/spip.php?article14567, page consultée le 14 février 2009

(13) Loc. Cit.

(14) Parti Québécois, « Lettre à Nicolas Sarkozy », 4 février 2009, [En ligne], http://www.pq.org/nouvelles/lettre-nicolas-sarkozy/, page consultée le 14 février 2009

(15) Parti Québécois, « La réponse du président Nicolas Sarkozy à la lettre de Pauline Marois et Gilles Duceppe », 9 février 2009, [En ligne], http://www.pq.org/nouvelles/reponse-president-nico... page consultée le 14 février 2009

(16) Michel Vastel, « Le Québec dort-il au gaz ? », 28 mars 2008, [En ligne], http://blogues.lactualite.com/vastel/?p=144, page consultée le 14 février 2009

(17) Jean-François Lisée, « Québec : Sarkozy enterre de Gaulle », 24 octobre 2008, [En ligne], http://www.cerium.ca/Quand-Sarkozy-enterre-De-Gaulle, page consultée le 14 février 2009

Dernière modification: 2009-02-20 08:07:34

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016