Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

25 septembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

8 February 2009

L'Islande à l'Union européenne : les Islandais ne sont pas convaincus


Carl Charest
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

April
2016
Dévoilement des « Panama Papers »

August
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

September
1961
Début des travaux de l'Organisation de coopération et de développement économiques

July
1960
Élection d'une femme au poste de premier ministre du Ceylan (Sri Lanka)

April
1949
Création de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord

L'Islande, une petite ile située au nord-ouest du Royaume-Uni, est considérée comme le pays le plus frappé par la crise économique mondiale. Une suggestion mise de l'avant pour tenter de résorber ce problème est l'entrée à l'Union européenne (UE). Par contre, il n'est pas si facile d'y avoir accès. De nombreuses conditions doivent êtres remplies, beaucoup de temps est nécessaire et les citoyens de l'Islande ne semblent pas unanimes sur cette possible adhésion.

Une possible adhésion sur fond de crise

Le climat politique en Islande est des plus instables présentement. Le gouvernement est tombé à la suite de la « révolution des casseroles », et la crise financière fait de plus en plus mal, alors que les grandes banques sont sur le point de faire faillite [1]. Des élections législatives sont prévues pour la fin avril. D'ici là, un nouveau gouvernement de coalition prend place [2]. Selon les suppositions, c'est après ces élections que le nouveau gouvernement devrait demander à faire part de l'UE [3].

Pour expliquer l'ampleur de la crise économique à l'intérieur de l'Islande, rappelons que le pays était au premier rang du classement de l'Organisation des Nations unies (ONU) des « pays ou l'on vit le mieux » en 2007. Or, il est maintenant sous perfusion du Fonds monétaire international [4]. Comme quoi tout est possible dans une telle période d'incertitude.

Des opinions divergeantes sur la question

Les opinions divergent quand à l'entrée de l'Islande dans l'UE. Du côté des opposants, le « Farmers Association of Iceland » a peur de vivre une modification sans précédent dans le monde agricole, avec la baisse des tarifs douaniers [5]. Le monde des pêcheries est lui-aussi préoccupé, car il représente environ 40% des exportations du pays [6]. Entrer dans l'UE, c'est aussi accepter les politiques liées aux océans [7]. Sans compter l'opinion populaire : un sondage datant de la mi-janvier 2009 montre que seulement 38% de la population est pro-Europe [8]. Si l'opinion populaire ne change pas, elle pourrait compromettre les chances de l'adhésion.

En revanche, d'autres personnes appuient le projet de se joindre à l'UE. Les deux partis formant l'ancienne coalition gouvernementale, l'Independence Party ainsi que le Social Democrat Party, sont en faveur de l'adhésion [9]. Par contre, cette coalition fut renversée et n'est donc plus au pouvoir. Mais la nouvelle première ministre, Johanna Sigurdardottir, croit aussi que l'adhésion à l'UE est l'une des meilleures options pour son pays [10]. Il est donc possible de voir que la volonté politique est présente, reste maintenant à voir s'il sera possible de convaincre les Islandais.

Les conditions de l'UE et de la zone euro peu menaçantes

Vouloir adhérer à l'UE est un bon départ, mais il ne faut pas oublier que de nombreuses conditions sont à remplir pour réaliser cette ambition. Pour faire partie de l'UE, quatre préalables sont nécessaires. La primauté du droit doit faire partie du système juridique du pays et le respect des droits de l'homme de ses lois. Sans oublier l'existence d'une économie de marché viable et la capacité d'assumer les obligations de l'adhésion [11].

Pour la zone euro, d'autres critères entrent en ligne de compte. Il faut avoir un taux d'inflation stable et un déficit annuel qui ne soit pas supérieur à 3% du PIB. La dette publique ne doit pas être plus grande que 60% du PIB, il ne faut pas dévaluer sa monnaie et le taux d'intérêt ne doit pas excéder de 2% celui des trois pays membres les plus stables en matière de prix [12]. Avec la croissance sans pareil qu'a connue l'Islande au cours des dernières années, la plupart des conditions ne doivent donc pas être infranchissables. Le pays est après tout une vieille démocratie.

Les étapes à venir

L'entrée dans l'UE n'est évidemment pas pour demain. Il faut normalement plusieurs années avant d'atteindre ce but, et le prochain pays pressenti à joindre l'union sera la Croatie, en 2010. La première étape en vue de l'adhésion est bien sûr l'application officielle, qui devrait se faire au mois de mai 2009, tout dépendant de la position du gouvernement élu sur la question. Si les choses vont rapidement et que les négociations se font sans trop d'embûches, il serait même possible que l'Islande devienne membre en même temps que la Croatie, car l'UE préfère que deux pays à la fois joignent ses rangs, comme le dit le commissaire à l'élargissement, Mr. Olli Rehn [13].

En somme, en cette période de crise économique, l'adhésion à l'UE semble plaire plus à la classe politique qu'aux citoyens. Mais il ne sera possible de savoir que dans quelques mois si une demande officielle sera déposée à l'UE. Il est donc difficile de prédire l'avenir de l'Islande. Une chose est certaine, c'est que l'Europe est prête à l'accueillir et même à accélérer le processus habituel d'application pour lui faire une place [14].




Références:

1- KOVASC, Stephane, « L'Islande ébranlée par la « révolution des casseroles » », Le Figaro, 2 février 2009, p.2

2- « Iceland's New PM : Our Actions Will Speak for Us », Iceland Review [En ligne], http://www.icelandreview.com/icelandreview/search/... (page consultée le 8 fécrier 2009)

3- CHARTER, David, « Iceland could join European Union by 2011 », The Times, 30 janvier 2009, http://www.timesonline.co.uk/tol/news/world/europe... (page consultée le 8 février 2009)

4- KOVASC, Stephane, op.cit.

5- « EU Membership Would Affect Farming in Iceland », Iceland Review [En ligne], http://www.icelandreview.com/icelandreview/search/... (page consultée le 8 février 2009)

6- Statistics Iceland, Exports by branches of processing January-December 2007-2008 by Products, Year and Unit, dernière mise à jour le 30 janvier 2009, http://www.statice.is (page consultée le 8 février 2009)

7- « Iceland Invited to Review EU Fisheries Policy », Iceland Review [En ligne], http://www.icelandreview.com/icelandreview/search/... (page consultée le 8 février 2009)

8- KOVASC, Stephane, op.cit.

9- « Independence Party More Positive towards EU », Iceland Review [En ligne], http://www.icelandreview.com/icelandreview/search/... (page consultée le 8 février 2009)

10- BRAN, Mirel, « Partage des réserves de gaz », Le Monde, 5 février 2009, p.10

11- Commission européenne, Les critères d'adhésion, http://ec.europa.eu/enlargement/enlargement_proces... (26 janvier 2009)

12- Institut national de la statistique et des études économiques, Critères de convergence (traité de Maastricht), http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=d... (26 janvier 2009)

13- CHARTER, David, op.cit.

14- loc.cit.

Dernière modification: 2009-02-13 09:35:35

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016