Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

19 novembre 2017

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

1 February 2009

Élections en Corée du nord : une «démocratie» critiquée


Philippe Cadieux
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

July
2017
Lancement d’un missile nord-coréen qui serait capable d’atteindre les États-Unis

December
2011
Décès du leader nord-coréen Kim Jong-il

February
2007
Entente sur un éventuel démantèlement du programme nucléaire nord-coréen

October
2006
Premier essai nucléaire en Corée du Nord

June
2000
Tenue d'une rencontre historique entre les chefs d'État des deux Corées

July
1994
Décès du président nord-coréen Kim Il-sung

June
1950
Déclenchement de la guerre de Corée

L'agence officielle de la République populaire démocratique de Corée (KCNA) a annoncé le 7 janvier 2009 que les prochaines élections législatives à l'Assemblée populaire suprême, les premières en six ans, auront lieu le 8 mars 2009 (1). L'élection des députés devait théoriquement avoir lieu en 2008, à l'expiration de leur mandat de cinq ans, mais elle fut reportée par le Parti du travail de Corée qui est au pouvoir depuis sa fondation, en 1948 (2). Kim Il-sung, fondateur de ce parti, est mort en 1994 et son fils, Kim Jong-il, prit le pouvoir jusqu'à aujourd'hui (3).

Les dernières élections législatives ont eu lieu le 3 août 2003. Selon le People's Korea, journal officiel du gouvernement nord-coréen, le taux de participation en 2003 fut alors de 99.9%. Du nombre, 100% des électeurs ont voté pour les candidats sélectionnés par le Parti du travail. Selon le même journal, dans la circonscription de Kim Jong-il, le taux de participation fut de 100% et l'ensemble des électeurs votèrent en sa faveur (4). Les spéculations, tant sur la santé de Kim Jong-il que sur l'identité de celui qui va lui succéder, sont au coeur de l'élection de 2009.

L'ascension au pouvoir de Kim Jong-il

Kim Jong-il est né le 16 février 1942 à Vyatskoye, en Sibérie (5). Déjà en 1964, il sort diplômé de l'université. Il intègre et gravit rapidement les échelons du Parti du travail coréen (6). D'ailleurs, en 1973, il est nommé secrétaire du Parti de la propagande. Puis, en 1974, il signe sa désignation officielle à la succession de son père. Durant les années suivantes, Kim Jong-il occupe successivement des postes au sein du Parti dont celui de ministre de la Culture, en plus d'oeuvrer au sein des services secrets nord-coréens (7).

En 1991, il est nommé commandant suprême des forces armées nord-coréennes. Ce poste est l'un des plus prestigieux dans ce pays où il y a 1,2 million de soldats pour une population de 23 millions d'habitants (8). Kim Jong-il prend le pouvoir en 1997, trois ans après la mort de son père, dans un contexte de crise nucléaire et d'aggravation des difficultés agricoles ayant conduit à une sévère pénurie alimentaire (9).

Un processus électoral centralisé et peu démocratique

L'Assemblée populaire suprême est le Parlement de la République populaire démocratique de Corée. Cette instance monocamérale regroupe 687 députés qui sont élus dans une circonscription pour un mandat de cinq ans. Les élections se font dans le cadre d'un suffrage universel direct, au scrutin secret, par les citoyens âgés de dix-sept ans et plus. Le mode de scrutin est de type direct à la majorité. C'est donc dire que le candidat ayant obtenu la majorité absolue des suffrages dans une circonscription donnée est déclaré élu. Le scrutin n'est valide que si plus de la moitié de l'électorat y a pris part (10).

La démocratie nord-coréenne est souvent critiquée, car elle ne répond pas aux critères internationaux d'une démocratie libérale dans la mesure où le nombre de candidats dans chacune des élections est égal au nombre de postes à pourvoir. Un autre litige provient du fait que tous les candidats sont sélectionnés par le Parti du travail de Corée, au pouvoir depuis la fondation de la Corée du Nord, en 1948 (11). À l'intérieur du Parlement coréen, il existe deux autres partis politiques officiels qui sont subordonnés au Parti du travail, c'est-à-dire le Parti social-démocrate de Corée et le Parti Chondogyo-Chong-u (12). Ces deux partis ont toutefois une représentation minime en effectifs au Parlement et leurs candidats sont approuvés par le Parti du travail (13). Enfin, en théorie, la Corée du nord est une république, mais depuis 1948, le présidence est passée de père en fils (14).

Les successeurs possibles

Kim Jong-il est-il toujours en vie ? Voilà une question qui revient souvent dans l'actualité depuis quelques mois. Un site français avance à ce sujet : «Selon des responsables sud-coréens et américains, le numéro un nord-coréen a été victime d'une attaque en août, mais a depuis récupéré et détient toujours le pouvoir à Pyongyang» (15). Kim Jong-nam, 37 ans, est le fils aîné du dirigeant nord-coréen et celui qui est depuis plusieurs années pressenti pour remplacer son père au sein du parti au pouvoir. Ce dernier a assumé quelques postes clés au sein du Parti du travail. Mais à la suite de problèmes avec les autorités japonaises pour des questions de passeport, il aurait, selon certains analystes, perdu ses chances de remplacer son père au pouvoir (16).

Le 8 janvier 2009, Kim Jong-il a désigné son troisième fils comme son successeur à la tête du Parti du travail. Kim Jong-un, 24 ans, a passé une partie de sa jeunesse en Suisse, où il a étudié dans une école internationale. Cette nomination a été une surprise pour la tête du Parti du travail, puisque le troisième fils du dirigeant n'a jamais été cité auparavant comme étant un successeur possible et il n'a jamais occupé de poste politique important (17). Ce dilemme quant à ces deux éventuels successeurs démontre une volonté de continuité de la part de Kim Jong-il, car comme son père l'a fait auparavant, celui-ci désigne l'un de ses fils pour diriger le Parti au pouvoir.

L'état de santé de Kim Jong-il est un facteur important en ce qui concerne les prochaines élections en Corée du Nord. Le peuple nord-coréen pourrait bientôt avoir un nouveau dirigeant, c'est-à-dire l'un des fils de Kim Jong-il. Pour le moment, il est difficile de connaître l'impact réel que cette succession pourrait avoir dans le futur. Continuité ou changement ? Selon l'Assemblée générale des Nations unies, il y a encore en 2008 de nombreuses violations des droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels en Corée du Nord (18). Le dossier continuera donc de susciter de l'intérêt sur l'échiquier politique international.




Références:

(1) VIETNAM NEWS AGENCY, DPRK to elect new top legislature in March, http://www.vnanet. vn/Home/EN/tabid/119/itemid/280725/Default.aspx, page consultée le 29 janvier 2009

(2) ROMANDI NEWS, La Corée du nord renouvellera son Parlement en mars, http://www.romandie.com/infos/news2/090107055720.y... page consultée le 29 janvier 2009

(3) AFP, Corée du nord : Kim Jong-il est «en bonne santé», selon son fils aîné, http://fr.news. yahoo.com/2/20090128/twl-coree-du-nord-kim-jong-il... page consultée le 29 janvier 2009

(4) THE PEOPLE'S KOREA, DPRK holds election of local and National Assemblies, http:// www1.korea-np.co.jp/pk/195th_issue/2003081602.htm, page consultée le 29 janvier 2009

(5) DEMOCRATIC PEOPLE'S REPUBLIC OF KOREA, Kim Jong-il : Brief History, http://www.korea-dpr.com/library/103.pdf, page consultée le 29 janvier 2009

(6) BLOC, Kim Jong-il, http://www.bloc.com/article/personnalites-et-celebrites/ personnalites/kim-jong-il-2008-10-15.html, page consultée le 29 janvier 2009

(7) DEMOCRATIC PEOPLE'S REPUBLIC OF KOREA, op. cit.

(8) LE PROGRÈS ÉGYPCIEN, International, «PYONGYANG / Les faucons de l'armée nord-coréenne derrière l'essai nucléaire», http://www.gom.com.eg/prog/2006/10/17/06.pdf, page consultée le 29 janvier 2009

(9) DICTATEUR, Kim Jong-il, http://www.dictateurs.com/kim_jong-il.php, page consultée le 29 janvier 2009

(10) UNION INTERPARLEMENTAIRE, Choe Go In Min Hoe Ui (Assemblée populaire suprême), http://www.ipu.org/parline-f/reports/1085.htm, page consultée le 31 janvier 2009

(11) UNION INTERPARLEMENTAIRE, op. cit.

(12) KCCKP, Partis & Organisations sociales, http://www.kcckp.net/fr/great/political.php/, page consultée le 31 janvier 2009

(13) UNION INTERPARLEMENTAIRE, op. cit.

(14) CYBERPRESSE, Kim Jong-il a désigné son 3e fils pour lui succéder, http://www.cyberpresse.ca/international/asie-ocean... page consultée le 31 janvier 2009

(15) LA LIBRE, Kim Jong-il a désigné son 3e fils pour lui succéder, http://www.lalibre.be /actu/monde/article/474733/kim-jong-il-a-designe-s... page consultée le 31 janvier 2009

(16) RFI, Kim Jong-il désigne son 3e fils comme successeur, http://www.rfi.fr/actufr/articles/109/article_77408.asp, page consultée 2 février 2009

(17) CYBERPRESSE, op. cit.

(18) AMNESTY INTERNATIONAL, République populaire démocratique de Corée, http://thereport.amnesty.org/fra/regions/asia-paci... page consultée le 4 février 2009

Dernière modification: 2009-02-06 08:40:21

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016