18 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

21 septembre 2009

La démission énigmatique du Procureur général du Mexique


Samuel Labrecque
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juillet
2018
Élection d’Andrés Manuel Lopez Obrador à la présidence du Mexique

septembre
2017
Tremblement de terre dévastateur au Mexique

juillet
2012
Élection d'Enrique Pena Nieto à la présidence du Mexique

juin
2009
Confirmation d'une pandémie de grippe A (H1N1) par l'OMS

juillet
2006
Élection de Felipe Calderon à la présidence du Mexique

juillet
2000
Élection de Vicente Fox à la présidence du Mexique

janvier
1994
Début du soulèvement des Indiens du Chiapas, au Mexique

décembre
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

juillet
1988
Élection de Carlos Salinas de Gortari à la présidence du Mexique

septembre
1985
Tremblement de terre meurtrier au Mexique

juillet
1982
Élection de Miguel de la Madrid Hurtado à la présidence du Mexique

août
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

juin
1975
Ouverture d'une conférence internationale sur les femmes à Mexico

octobre
1968
Répression d'une manifestation étudiante sur la Place des trois cultures à Mexico

février
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

décembre
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

mars
1948
Création de l'Organisation des États américains

septembre
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Le Président du Mexique, Felipe Calderon, a présenté un remaniement de son cabinet le 7 septembre 2009 alors qu'il se trouvait à la moitié de son mandat finissant en 2012. L'un de ces changements est entraîné par la démission de son homme de confiance en matière de lutte contre le trafic de drogue, Eduardo Medina Mora. Ce dernier a quitté son poste à titre de Procureur général de la République du Mexique sans laisser d'explications claires justifiant son départ. Quel a été le rôle de cet homme dans l'agenda politique du Mexique? Pourquoi a-t-il quitté? Quelques hypothèses ont été avancées après le départ nébuleux d'Eduardo Medina Mora, dans le but d'éclaircir la raison de sa démission.

Une justice violente

On évalue à 13 000 le nombre de morts liés au trafic de drogue depuis l'arrivée au pouvoir de Calderon (1). Eduardo Medina Mora avait été nommé Procureur général dans le cabinet de Calderon, pour ses compétences particulières en matière légale et pour sa loyauté envers le pays (2). C'est ainsi qu'il avait reçu la tâche de mener une guerre au trafic de drogue. Celle-ci était supportée par les États-Unis qui lui ont promis 1.4 milliards de dollars en aide technique et tactique (3). La stratégie offensive a consisté à déployer près de 45 000 soldats et officiers de police aux endroits cruciaux des activités criminelles depuis le début du mandat de Felipe Calderon(4).

Les méthodes appuyées par Eduardo Medina Mora auraient plutôt engendré plus d'animosité de la part des cartels connus tels que les rivaux Sinaloa et Gulf (5). Non seulement ces groupes criminels éliminent près de 20 personnes par jour, souvent après les avoir torturées, mais ils ont aussi infiltré plusieurs forces de police mexicaine à travers l'État (6). Le désormais ex-Procureur général soutenait, lors de son mandat, qu'il fallait limiter tous les pouvoirs des organisations criminelles par tous les moyens disponibles de l'État (7).

Une démission sans explication

Aucune raison officielle n'a été prononcée pour justifier le départ d'Eduardo Medina Mora, mais le président mexicain l'a remercié pour son courageux travail (8). Alors que le président Calderon souligne la justesse des actions prônées jusqu'à présent, Eduardo Medina Mora affirme que l'histoire prouvera que sa stratégie était la bonne et que les progrès actuels le démontrent (9). Seulement, les faits exprimés par les opposants de Calderon illustrent plutôt une hausse de la violence et peu de percées quant au démantèlement des organisations criminelles. D'ailleurs, Jose Luis Pineyro, un expert sur la question de la drogue à la Mexico's National Autonomous University, croit que ce changement au cabinet suggère une nouvelle approche quant à la lutte anti-drogue. Toujours selon Pineyro, plusieurs de ses collègues et lui constataient l'échec de l'emploi de la force dans la stratégie employée depuis 2006 et proposent plutôt de s'attaquer aux nerfs financiers des groupes criminels (10).

De plus, l'image d'Eduardo Medina Mora avait été ternie par des allégations de corruption contre son subordonné, Noe Ramirez, qui avait accepté 450 000 dollars d'un membre de cartel en échange d'informations sur des opérations policières (11). Cependant, rien n'indique que Medina Mora ait été lui-même impliqué dans une affaire de corruption, même que des enquêteurs importants de la police des États-Unis confirment la netteté de son travail (12).

Néanmoins, plusieurs faits semblent appuyer l'hypothèse de l'expert Jose Luis Pineyro quant à la volonté du gouvernement de changer sa stratégie en matière de lutte anti-drogue. Finalement, Eduardo Medina Mora aurait quitté à un moment où les progrès n'étaient pas suffisants, alors que le gouvernement mexicain essuyait de nombreuses critiques.




Références:

1) THE ASSOCIATED PRESS, « Mexico Eyes Cutting 3 Cabinet Posts for Austerity », publié le 08.09.09, http://www.nytimes.com/aponline/2009/09/08/world/A... (Page consultée le 18 septembre 2009)

2) RODRIGUEZ, Olga R., « With 3 top Mexican officials leaving, what's next in drug fight? », The Associated Press, publié le 08.09.09, http://www.statesman.com/news/content/news/stories... (Page consultée le 18 septembre 2009)

3) REUTERS, « Mexico Removes Attorney General Who Spearheaded Drug War », The New York Times, publié le 07.09.09, http://www.nytimes.com/reuters/2009/09/07/world/in... (Page consultée le 18 septembre 2009)

4) RODRIGUEZ, Olga R., « Point man in Mexico's offensive against drug gangs announces resignation in Cabinet shakeup », The Associated Press, publié le 08.09.09, http://www.canadaeast.com/rss/article/784464, (Page consultée le 18 septembre 2009)

5) REUTERS, « Mexico Removes Attorney General Who Spearheaded Drug War », The New York Times, publié le 07.09.09, http://www.nytimes.com/reuters/2009/09/07/world/in... (Page consultée le 18 septembre 2009)

6) Loc.cit.

7) Loc.cit... NEWS, « Mexican attorney general resigns », publié le 08.09.09, http://news.bbc.co.uk/2/hi/americas/8243157.stm, (Page consultée le 18 septembre 2009)

9) CBS NEWS, « Mexican Pres. Calderon Shakes Up Cabinet », publié le 07.09.09, http://www.cbsnews.com/stories/2009/09/07/world/ma... (Page consultée le 18 septembre 2009)

10) Loc.cit

11) Loc.ci...

Dernière modification: 2009-09-29 08:05:15

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'effet AMLO se fait attendre au Mexique
>septembre 2019


Mexique : le PRI en chute libre
>janvier 2019


Mexique et États-Unis : gagnant-gagnant?
>octobre 2018


Mexique : des débats révélateurs des préoccupations citoyennes
>septembre 2018


Retour en force au Mexique : à la conquête d'une présidence autrefois « volée »
>mars 2018


Réouverture de l'ALENA : match nul pour le Mexique
>octobre 2017


La « révolution en herbe » des Amériques : vers une libéralisation du cannabis au Mexique
>novembre 2016


Le pétrole mexicain : une réforme énergétique nécessaire ?
>novembre 2015


La justice mexicaine impuissante face à l'affaire des étudiants disparus
>octobre 2015


Un James Bond pour redorer l'image du Mexique
>mars 2015


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019