21 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

17 septembre 2013

Éthiopie : l'opposition est en marche


Roxane Hasseni
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juin
2000
Acceptation d'une trêve mettant fin à la guerre entre l'Éthiopie et l'Érythrée

mai
1993
Proclamation de l'indépendance de l'Érythrée

avril
1988
Signature d'un accord de paix mettant fin à la guerre de l'Ogaden

octobre
1984
Diffusion d'un reportage troublant à la BBC sur la famine en Éthiopie

mai
1984
Annonce du boycott des Jeux olympiques de Los Angeles par l'Union soviétique

juin
1977
Début de la guerre entre la Somalie et l'Éthiopie

septembre
1974
Déposition de l'empereur éthiopien Haïlé Sélassié

mars
1964
Conclusion d'un cessez-le-feu mettant fin à un conflit entre la Somalie et l'Éthiopie

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

Le 2 juin 2013, l'opposition éthiopienne rassemblait des milliers de personnes dans les rues d'Addis-Abeba, la capitale. Selon Reuters, cette manifestation est la « première d'ampleur depuis 2005 (1)». Tandis que M. Bereket, le porte-parole du gouvernement, estimait à 4 000 le nombre des manifestants, les journalistes locaux en dénombrèrent 10 000 (2).

Une manifestation autorisée et pacifique

C'est le jeune parti d'opposition « Semayawi », ou parti bleu en langue amharique, qui est à l'origine de la manifestation. Celle-ci fut autorisée par le gouvernement et se déroula de façon pacifique selon M. Bereket. Ces deux éléments ont une importance notable compte tenu du passé politique éthiopien. En effet, en 2005 l'élection présidentielle a été suivie par une vague de contestations virulentes qui se sont soldées par un bilan de 200 morts et de centaines d'arrestations (3).

Dans un article pour Voice of America, Marthe Van Der Wolf identifie clairement les revendications des manifestants, à savoir la garantie des droits humains ainsi que la libération des prisonniers politiques, religieux et celle des journalistes. La télévision y est aussi montrée du doigt comme instrument de propagande (4).

Toutefois, le coeur des revendications semble être l'abolition de la loi antiterroriste. L'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS) explique que cette loi antiterroriste, en vigueur depuis 2009, a été proclamée en réaction aux « attentats perpétrés par des groupes séparatistes (5)». Cette loi a permis aux forces de l'ordre de procéder à une vingtaine d'arrestations en novembre 2011, dont celles de journalistes et d'opposants politiques.

La démocratie en berne

Les organisations non gouvernementales Amnistie Internationale et Human Rights Watch ont condamné la loi antiterroriste, jugeant trop large la définition de terrorisme. Ces organisations dénoncent une atteinte aux libertés d'expression et de manifestation pacifique (6).

Navy Pillay, la Haut-Commissaire aux droits de l'homme, exhorte le gouvernement à réviser sa législation. Selon elle, cette loi précarise « la situation des journalistes, des défenseurs des droits de l'homme et des critiques du gouvernement (7)».

Human Rights Watch rappelle que, depuis 2011, onze journalistes ont été arrêtés sous le couvert de la loi antiterroriste. Cet organisme dénonce la menace qui pèse sur la presse indépendante. Celui-ci est également inquiet quant aux lois qui répriment le travail des défenseurs des droits de l'homme (8).

Cette loi antiterroriste, qualifiée de « liberticide » par la Haut-Commissaire aux droits de l'homme, constituerait un frein à la démocratie (9). Les libertés d'opinion, d'expression et de presse sont réprimées et le système judiciaire est carencé. De plus, elle émerge dans un contexte où la législation encadre et restreint l'établissement d'organismes de défense des droits humains sur le territoire éthiopien (10).

En associant ces éléments aux données chiffrées, on peut conclure à une diminution de la démocratie en Éthiopie. En effet, l'indice global de démocratie mis au point par la revue britannique The Economist a diminué de 21 % entre 2006 et 2012. Il représente de façon quantitative (de 1 à 10) le niveau de démocratie d'un pays (1 représentant le plus bas niveau de démocratie et 10 le plus haut). En 2012, celui de l'Éthiopie est de 3.72 (11).

Les indices de culture démocratique (12), d'efficacité et responsabilités gouvernementales (13) ont aussi chuté d'une dizaine de pour cent au cours de la même période. Plus frappant encore, celui de pluralité et qualité du processus électoral enregistre une diminution de 100 % (de 4.0 en 2006 à 0.0 en 2012) (14).




Références:

(1) REUTERS France. « Première manifestation d'ampleur en Éthiopie depuis 2005 », 2 juin 2013, [En ligne], http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL5N0EE... (page consultée le 11 septembre 2013)

(2) AFRIQUE EXPANSION. « Éthiopie : l'opposition veut continuer de manifester », 3 juin 2013, [En ligne], http://www.afriqueexpansion.com/depeches-afp/9740-... (page consultée le 11 septembre 2013)

(3) Ibid.

(4) VON DER WOLF, Marthe. « Thousand of Ethiopians demonstrate against government », Voice of America, 2 juin 2013, [En ligne], http://m.voanews.com/a/1673680.html, (page consultée le 12 septembre 2013)

(5) IRIS. « Le gouvernement éthiopien étouffe l'opposition », 25 novembre 2011, [En ligne], http://www.affaires-strategiques.info/spip.php?article5886, (page consultée le 19 septembre 2013)

(6) AMNISTIE INTERNATIONALE. «L'Éthiopie doit cesser de se servir de la législation antiterroriste pour étouffer la contestation pacifique », 21 novembre 2012, [En ligne] http://www.amnistie.ca/sinformer/communiques/inter... (page consultée le 15 septembre 2013)

(7) CENTRE D'ACTUALITÉS DE L'ONU. « Pillay exhorte l'Éthiopie à revoir sa législation antiterroriste liberticide », [En ligne], http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=28... (page consultée le 19 septembre 2013)

(8) HUMAN RIGHTS WATCH. « Afrique : La visite du président Obama devrait mettre l'accent sur la liberté des médias », [En ligne], http://www.hrw.org/fr/news/2013/06/26/afrique-la-v... (page consultée le 11 septembre 2013)

(9) CENTRE D'ACTUALITÉS DE L'ONU, Op. cit.

10) IRIS, Op. cit.

(11) PERSPECTIVE MONDE. Démocratie : indice global, [En ligne], http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (page consultée le 15 septembre 2013)

(12) PERSPECTIVE MONDE. Démocratie : culture démocratique, [En ligne], http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (page consultée le 15 septembre 2013)

(13) PERSPECTIVE MONDE. Démocratie : efficacité et responsabilité gouvernementale, [En ligne], http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (page consultée le 15 septembre 2013)

(14) PERSPECTIVE MONDE. Démocratie : pluralité et qualité du processus électoral, [En ligne], http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (page consultée le 15 septembre 2013)

Dernière modification: 2013-09-30 09:58:29

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Abiy Ahmed sonne le glas des conflits en Éthiopie
>octobre 2018


Opinions mitigées sur la nomination du directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé
>octobre 2017


Éthiopie : La répression au service de la stabilité
>janvier 2017


Sommet économique éthiopien : audace et ambition au rendez-vous
>janvier 2016


2015 : année décisive pour l'atteinte des objectifs mondiaux de développement durable
>octobre 2015


Copier-coller de 2010 aux législatives éthiopiennes
>septembre 2015


L'ethnie oromo en Éthiopie : d'épicentre historique à groupe rebelle réprimé
>novembre 2014


Éthiopie : l'opposition est en marche
>septembre 2013


L'Union africaine : d'un chef à l'autre
>février 2010


Échec total des troupes éthiopiennes en Somalie
>janvier 2009


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019