19 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

24 décembre 2009

La fermeture houleuse de la prison de Guantanamo


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Le 22 janvier 2009, le président Obama signait, deux jours après avoir prêté serment, un ordre exécutif abolissant les commissions militaires chargées de juger les prisonniers détenus à la base navale de Guantanamo et ordonnant la fermeture de ce centre de détention à l'intérieur d'un an. Il tenait ainsi un engagement ferme qu'il avait pris durant les présidentielles de 2008. Toutefois, comme dans plusieurs autres dossiers, l'administration Obama va découvrir qu'il y a une grande différence entre promouvoir une politique et la réaliser. Si l'objectif était louable et clair, le dossier de la fermeture de la prison de Guantanamo a néanmoins rencontré plusieurs embûches et pris du retard.

En janvier 2002, l'administration Bush créait le centre de détention de Guantanamo pour y confiner les prisonniers capturés en Afghanistan et ailleurs dans le monde qui étaient soupçonnés de terrorisme. En les emprisonnant hors des États-Unis, ces derniers ne bénéficiaient pas de la protection des lois américaines et voyaient ainsi réduits la possibilité de contester leur détention. Toutefois, les méthodes brutales d'interrogation pratiquées par les agences de sécurité de ce centre, dont le simulacre de noyade, ont représenté des abus allant à l'encontre des lois américaines et des conventions internationales concernant la torture.

La prison de Guantanamo devint ainsi au centre d'une controverse politique et juridique tant aux États-Unis que dans le monde qui entraîna une série de contestations judiciaires. D'ailleurs, en juin 2008, la Cour suprême américaine statuait que les détenus de Guantanamo avaient le droit constitutionnel de contester leur détention. Le maintien d'un centre de détention à Guantanamo perdait ainsi sa raison d'être. L'ordre exécutif du président Obama ne visait en ce sens qu'à appliquer la décision de la Cour suprême.

Depuis sa création, quelque 800 prisonniers originaires d'une trentaine de pays ont séjourné dans ce centre de détention. La majorité de ces prisonniers avaient entre-temps été transférés vers des pays tiers pour leur maintien en détention ou leur libération éventuelle. En janvier 2009, 245 y étaient encore détenus. Pour réaliser de façon ordonnée sa fermeture, le président Obama avait spécifié dans son ordre exécutif une série de normes pour traiter chacun des dossiers. Une commission spéciale fut établie à cet effet pour décider du sort des détenus: soit les libérer et les transférer à un pays tiers, soit les traduire en justice devant un tribunal fédéral américain.

La décision du président Obama fut alors applaudie tant aux États-Unis que dans le monde. Non seulement elle réaffirmait la primauté du droit et contribuait à rétablir la réputation des États-Unis à travers le monde, mais elle restaurait aussi la confiance des américains en eux-mêmes et dans leur gouvernement. Toutefois, l'application de cette décision s'avéra rapidement plus compliquée que prévu.

Une série de problématiques juridiques et politiques se posa immédiatement concernant le sort d'une centaine de détenus considérés comme des terroristes dangereux. Les preuves pour les mettre en accusation ayant souvent été obtenues de façon illégale, il devenait difficile de traduire ces derniers devant des tribunaux. De plus, dans le cadre de ces procès, l'administration serait forcée de compromettre la nature et les sources de certains secrets militaires. Par ailleurs, pour des raisons de sécurité, il était inconcevable de les libérer. Entre-temps, un rapport du Pentagone dévoilait que, sur 534 prisonniers de la prison de Guantanamo qui avaient été libérés et transférés à l'étranger, au moins 76 étaient retournés à des activités liées au terrorisme. Dans ce contexte, le Sénat refusait en mai 2009 par un vote de 90 à 6 d'accorder les 80 millions $ nécessaires à la fermeture du centre de Guantanamo tant que l'administration n'aurait pas présenté un plan clair concernant le sort réservé aux détenus représentant un danger sérieux à la sécurité des États-Unis.

Après avoir jonglé avec cette question pendant des mois, l'administration Obama annonçait finalement sa décision le 15 décembre dernier de transférer la centaine de détenus restant au centre carcéral de haute sécurité de Thomson en Illinois. Construit en 2001, ce centre dispose de huit blocs de 200 cellules permettant un contrôle strict des détenus avec ses tours de surveillance, une clôture électrifiée de 7000 volts et 312 caméras de surveillance. Par ailleurs, ce centre est largement sous-utilisé. Les détenus de Guantanamo pourraient donc facilement y être confinés tout en étant complètement séparés des autres détenus. Finalement, le transfert des prisonniers de Guantanamo à la prison Thomson permettrait de créer quelque 3000 emplois et réduire ainsi de moitié le chômage dans cette région de l'Illinois.

L'annonce du 15 décembre ne met pas fin au dossier. Encore faut-il que le Congrès vote les crédits nécessaires à ce transfert. La décision est fortement contestée par la minorité républicaine qui affirme que la présence d'autant de « terroristes » dangereux près de Chicago représente une invitation directe à Al-Qaeda de frapper cette ville. Par ailleurs, cette décision est aussi fortement critiquée par les groupes de défense des droits de l'homme qui considèrent que ce faisant le président Obama n'a pas tenu sa promesse et qu'il ne fait que changer le code postal du centre de détention de Guantanamo.

En somme, dans ce dossier, comme dans plusieurs autres, le président Obama découvre la distance qui sépare l'idéalisme du réalisme politique.



Dernière modification: 2013-03-25 10:17:28

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Harris se démarque lors du premier débat à l'investiture démocrate
>septembre 2019


L'extrême gauche aux États-Unis à l'ère Trump? Plutôt marginale
>avril 2019


Les élections de mi-mandat, ou la ruée vers l'or au pays des droits et libertés
>mars 2019


Joe Biden comme antidote au syndrome McGovern
>mars 2019


Présidentielle américaine de 2020 : une nouvelle stratégie démocrate, la clé face à Trump ?
>mars 2019


La Californie brûle à petit feu, ou plutôt à grands feux!
>février 2019


Qui a tué le Weekly Standard?
>février 2019


Le président Trump frappe encore sur Twitter
>février 2019


La persistance du racisme aux États-Unis
>février 2019


For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?
>février 2019


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019