Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

13 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

 Kuan Yew, Lee | 1923-2015

Lee Kuan Yew

  • Né le 16 septembre 1923 à Singapour
  • Secrétaire général du Parti d'action populaire (21 novembre 1954 – 1er novembre 1992)
  • Premier ministre de Singapour (5 juin 1959 - 28 novembre 1990)
  • Ministre senior de Singapour (28 novembre 1990 - 12 août 2004)
  • Ministre mentor de Singapour (12 août 2004 - 21 mai 2011)
  • Décédé le 23 mars 2015 à Singapour


  • Jean-Marc Vittori, « Valeurs asiatiques et tentations européennes », Les Échos (France), 24 mars 2015, p. 10.

    «...Un tout petit pays peut-il engendrer un « véritable géant de l'Histoire » ? À en croire Barack Obama, c'est tout à fait possible puisque le président des États-Unis a choisi cette expression pour saluer la mémoire du fondateur de Singapour, Lee Kuan Yew, disparu à l'âge de quatre-vingt-onze ans. Alors que l'île-État est assurément un tout petit pays, avec à peine plus de 5 millions d'habitants, une superficie de 800 kilomètres carrés inférieure à celle de Paris et des trois départements qui l'entourent, une position éloignée de toute grande puissance économique. Cet hommage, loin d'être isolé, est d'autant plus frappant que Lee Kuan Yew n'était pas précisément un grand démocrate. Rien à voir par exemple avec un autre géant comme Nelson Mandela, qui avait incarné la fin de l'apartheid dans l'Afrique du Sud qu'il a ensuite dirigée. LKY censurait la presse, soutenait les châtiments corporels, emprisonnait ses opposants. Malheur à celui qui parlait de népotisme... alors que c'est son fils qui est aujourd'hui Premier ministre! Les éloges ont donc d'autres explications (sauf peut-être du côté de Vladimir Poutine) : le succès économique de Singapour, la vision de long terme, l'invocation des « valeurs asiatiques ».»


    Gabriel Grésillon, Yann Rousseau, « Lee Kuan Yew, ou les paradoxes de l'Asie triomphante », Le Temps (Suisse), 23 mars 2015.

    «...Favoriser l'épargne et l'investissement, maintenir l'inflation sous contrôle, se positionner sur des secteurs industriels ciblés: la méthode est dirigiste, et ne s'encombre pas de considérations sur la liberté d'expression. Le parti politique qu'il fonde exercera sur la vie locale un véritable monopole, cooptant dans l'opposition les éléments les plus prometteurs - et en neutralisant les plus dangereux. C'est d'ailleurs là que réside la véritable marque de fabrique de Lee Kuan Yew, celle qui va marquer l'Histoire et remettre en cause les certitudes occidentales: en se faisant le chantre de « valeurs asiatiques », Lee Kuan Yew est l'un des plus farouches opposants à la prétention des pays développés à imposer leurs normes. La liberté politique, pour Lee Kuan Yew, n'était, au mieux, qu'une perspective de long terme. Une société asiatique, à ses yeux, aspirait d'abord à un pilotage paternaliste, à l'ordre, et au développement. D'où une poigne de fer qui le poussera à prendre des mesures parfois déroutantes (la célèbre interdiction du chewing-gum, amendée en 2004) mais aussi à écrouer ses opposants. En ce sens, Lee Kuan Yew est une incarnation du machiavélisme politique, un homme pour qui la fin - le développement de son pays - justifie les moyens. Il avouera d'ailleurs avoir « toujours pensé que Machiavel avait raison. Si personne n'a peur de moi, je ne sers à rien ». »


    S.A., « Lee Kuan Yew, fondateur visionnaire et pragmatique », Le Figaro (France), 23 mars 2015, p. 39.

    «...Personne n'aurait imaginé que ce grand gaillard élancé, élève studieux et déterminé à Cambridge, deviendrait le symbole du renouveau de l'Asie, bien avant que la Chine ne s'éveille. Et rejoindrait le club historique des visionnaires ayant fondé un État-puissance en l'espace d'une vie. Avec la mort de Lee Kuan Yew à l'âge de 91 ans, l'un des derniers géants du XXe siècle s'efface, dans le sillage d'Hô Chi Minh, autre leader postcolonial lui aussi éduqué en Europe, ou Deng Xiaoping qui vint chercher auprès de son jeune homologue des recettes d'ouverture. L'homme était de la trempe de Churchill, affirmait Richard Nixon. « L'un des plus grands hommes de notre temps » avance Henry Kissinger, qui présente le phénomène Lee comme une « asymétrie de l'histoire » .Comment un leader d'une telle influence a pu émerger d'un territoire d'à peine 716 km2 ? En transformant la mangrove en gratte-ciel, pour établir le deuxième port du monde, et la quatrième plaque tournante financière planétaire. En établissant la société la plus « sûre » du globe, grâce à un contrôle social aux accents orwelliens, interdisant chewing-gum et articles critiques, au nom de « l'harmonie ». »


    S.A., « Lee Kuan Yew : The wise men of the East », The Economist (Royaume-Uni), 28 mars 2015.

    «...Admirers look to Singapore as a model, and Mr Lee as a sage. Part of his influence stemmed from his role as a clear-eyed, blunt-speaking geostrategist. He was an astute observer of the defining contest of the times--China's emergence and how America reacts to it. More than that, though, the admirers look to Singapore's combination of prosperity and one-party rule. They see flaws in "Western-style democracy": its short-termism; its disregard for non-voters such as children and foreigners; and its habit of throwing up unqualified leaders. Mr Lee's "meritocracy" promises a solution. China's leaders, especially, are fascinated by Mr Lee's firm grip on power: it is no accident that the second-most-powerful man in the Chinese hierarchy is not running the economy or the interior ministry, but is President Xi Jinping's enforcer, Wang Qishan. Others, including Rwanda's authoritarian president, Paul Kagame, who is seeking to rewrite the constitution to allow himself a third term, enthusiastically compare themselves to Singapore's founding father. Mr Lee does indeed have much to teach the world; but when his admirers conclude that Singapore proves authoritarianism works, they are drawing the wrong lesson. »

    Liens internes

    Les objectifs de Perspective monde
    Son équipe au fil des ans
    Les sources et les mises à jour
    Récupérer des éléments de Perspective monde

    Pour en savoir plus

    Pour nous écrire un commentaire
    Pour visionner la vidéo d'introduction
    Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
    Dimension, sur le langage statistique R

    Liens externes

    Observatoire des politiques publiques
    Observatoire des Amériques
    Politique appliquée.tv
    Cahiers de recherche

    Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016