Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

11 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

 Tubman, William | 1895-1971



Philippe Decraerne, « L’énigmatique « oncle Shad »», Le Monde (France), 25-26 juillet 1971, p. 2.

«...C’est de l’accession de « Shad » à la magistrature suprême que date le commencement de la mise en valeur économique du Libéria. Longtemps considéré comme une « chasse-gardée » de la Firestone, le pays est aujourd’hui le premier exportateur africain de minerai de fer, et possède, grâce au système du « pavillon de complaisance », une des plus importantes flottes marchandes du monde. En diversifiant ainsi les ressources économiques nationales, William Tubman est parvenu à soustraire plus efficacement le Libéria à l’emprise étrangère. Pour avoir su mettre en concurrence les entreprises capitalistes du monde entier, pour être parvenu à convaincre Washington que l’intérêt bien compris des États-Unis d’Amérique consistait à laisser une plus large autonomie d’action aux Libériens, pour avoir contraint ses compatriotes à mettre un terme à la ségrégation raciale et sociale qui élevait une barrière apparemment infranchissable entre « freeman » et « natives », William Tubman s’est révélé comme le premier et le plus grand des hommes d’État libériens.»


Pierre Roche, « Liberia : la mort de l’oncle Shad », Jeune Afrique (France), 3 août 1971, p. 30-31.

«...En matière commerciale, il avait rompu avec l’isolationnisme et la xénophobie ancienne du Libéria pour proclamer la politique de la « porte ouvert » [...] Sur le plan de la politique africaine, le président Tubman se classait parmi les « sages » (lire : les « modérés »). Il s’est toujours efforcé de faire prévaloir dans les conflits inter-africains des solutions de conciliation. Il a pratiqué une politique de bon voisinage à l’égard de tous les pays d’Afrique de l’Ouest, même à l’égard de la Libye, dont il était loin de partager l’idéologie. Il aurait souhaité la formation d’un groupement économique des pays de l’Ouest africain. Modéré, il ne transigeait cependant pas en matière de nationalisme africain, et il a été constamment hostile, en particulier, au Portugal, à la Rhodésie et à l’Afrique du Sud. Récemment, il fut l’un des plus fermes adversaires du « dialogue » avec le régime de Prétoria. Sur le plan des grandes puissances, il ne cachait pas ses préférences pour l’Occident. Il n’a jamais voulu en particulier entretenir de relations diplomatiques avec l’URSS ou avec la Chine populaire. »


S.A., « A Patriarch Yields the Reins », Time (édition canadienne), 2 août 1971, p. 32-33.

«...he was the oldest, established, permanent, doting, elected patriarch on the continent. Indeed, so popular was Old Daddy with his subjects that the only thing that could oust him from office was death [...] To Westerners, Tubman was a faintly improbable figure in a top hat and cutaway, a stickler for formality who lived in a $6 million, neon-lit palace. To his people, he was a father figure, accessible and gregarious, always ready to hoof a lively quadrille, Liberia’s national dance. He sought to present an air of omniscience, insisting on approving all government expenditures of more than $200 and even extending his jurisdiction down to settling his staff’s marital problems. Despite the comic-opera façade, however, Tubman made some substantial contributions to Africa’s oldest independent black state. His rule was characterized by both stability and a modicum of physical progress. By means of education and arm-twisting, Tubman did all he could to wipe the differences between native tribesmen and the elitist Americo-Liberians (descendants of Liberia’s freed slave founders). »

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016