16 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

 Hawking, Stephen | 1942-2018

  • Né le 8 janvier 1942 à Oxford, au Royaume-Uni
  • Récipiendaire de la médaille d’or de la Royal Astronomical Society (1985)
  • Prix Wolf de physique (1988)
  • Publie Une brève histoire du temps : Du big bang aux trous noirs (1988)
  • Médaille Copley de la Royal Society (2006)
  • Décédé le 14 mars 2018 à Cambridge, au Royaume-Uni


  • Camille Gévaudan, « Stephen Hawking, un peu plus près des étoiles », Libération (France), 15 mars 2018, p. 2.

    «...«Aucun scientifique depuis Albert Einstein n'avait ainsi saisi l'imagination publique et été chéri par des millions de personnes à travers le monde.» Les mots de Michio Kaku, physicien de l'université de la ville de New York, résument parfaitement la place qu'occupera Stephen Hawking dans l'histoire des sciences. S'il a apporté une contribution inestimable à l'astrophysique par son étude des trous noirs, sa spécialité, il était surtout le scientifique le plus célèbre de son temps. Celui qui a fait comprendre à plus de 12 millions de lecteurs à travers le monde, avec simplicité et humour, l'histoire de l'univers dans Une brève histoire du temps, paru en 1988 . Le seul physicien capable de placer un livre de vulgarisation dans la liste des best-sellers internationaux, entre la Peste de Camus et le régime Dukan... [...] Stephen Hawking a rapidement perdu la capacité de marcher, de parler de manière intelligible, puis de parler tout court. Il ne lui est plus resté qu'une légère capacité de flexion d'un doigt, et le mouvement de ses yeux pour communiquer. Les premières années de sa paralysie, il jouait des sourcils pour former des mots lettre par lettre devant un alphabet imprimé, avant qu'on lui offre un programme informatique transformant ses mouvements de pouce en mots (15 par minute) puis en phrases, lues par une voix synthétique. «Je communique mieux depuis que j'ai perdu ma voix», se réjouissait alors le physicien avec un humour qui ne l'a jamais quitté. »


    Guy Duplat, « Stephen Hawking a rejoint Galilée », La Libre Belgique (Belgique), 15 mars 2018, p. 24.

    «...Stephen Hawking devait bien entendu posséder un extraordinaire pouvoir d'abstraction pour tout composer à l'intérieur de sa tête sans l'aide d'un stylo ou d'un bout de papier ! Malgré ce terrible handicap, Stephen Hawking a eu une vie presque normale, disait-il. Il est passé au début par une phase de désespoir tragique puis il a découvert "qu'il goûtait beaucoup plus à la vie que précédemment". Non seulement il a survécu bien plus longtemps que les prévisions des médecins, mais de plus, il s'est marié et a eu trois enfants. Surtout, il a continué à produire nombre d'articles scientifiques, de livres, à suivre des étudiants faisant leur thèse et, du haut de la chaire qu'il a hérité à Cambridge, celle même qu'occupèrent avant lui Newton et Dirac, à rester à la pointe la plus aiguë de sa discipline. Quel est le secret de votre incroyable énergie, lui avions -nous demandé : "Il y a tant de choses pour l'instant à chercher, tant de choses à découvrir, le monde offre tant de possibilités, que je ne me pose même pas la question de mon handicap. C'est une perte de temps d'être furieux contre ma maladie. Il faut aller avec la vie et je ne l'ai pas trop mal fait." »


    Jean-Paul Fritz, « Ce que l’on doit à Stephen Hawking », L’Obs (France), 14 mars 2018.

    «...Aujourd'hui, il ne reste pratiquement plus de chercheurs solitaires qui révolutionnent notre compréhension de l'univers comme a pu le faire Albert Einstein. Les grandes découvertes se font de plus en plus en équipe, celle des ondes gravitationnelles l'a bien montré : la liste des contributeurs tenait sur plusieurs pages, et on imagine le casse-tête du jury Nobel pour arriver à en tirer trois noms. Stephen Hawking, lui, était l'un de ces derniers dinosaures de la science. [...] L'un de ses collègues a dit un jour que ses publications scientifiques avaient "causé plus de nuits sans sommeil chez les physiciens théoristes qu'aucun autre article dans l'histoire." Malgré cela, les sujets qu'il a explorés sont de ceux qui fascinent : l'expansion de l'univers, les trous noirs, ou encore le domaine flou où tentent de se rejoindre le monde relativiste et la physique quantique. [...] Le rêve de Hawking, c'était la "théorie du tout" qui réconcilierait la relativité et la physique quantique, le Graal des physiciens, il voulait "comprendre pourquoi l'univers existe". Il n'y est pas parvenu. Mais au travers de son oeuvre, il aura repoussé les frontières de la physique théorique. »


    Philippe Mercure, « Scientifique visionnaire et homme inspirant », La Presse + (Québec, Canada), 15 mars 2018.

    «...Stephen Hawking n'a jamais été le genre de scientifique à s'isoler dans une tour d'ivoire. Malgré une maladie qui l'a cloué à son fauteuil roulant et a fini par le priver de l'usage de la parole, il a multiplié les apparitions publiques. Son premier livre de vulgarisation, Une brève histoire du temps, a connu un gigantesque succès, s'écoulant à plus de 10 millions d'exemplaires. Il a écrit une demi-douzaine d'autres ouvrages pour les adultes, en plus d'en écrire pour les enfants avec sa fille Lucy. Il a aussi figuré dans de nombreux films et documentaires de vulgarisation scientifique. Mais ce sont peut-être ses apparitions dans des émissions populaires comme The Big Bang Theory, Star Trek et même Les Simpson, où il a prêté sa voix générée par ordinateur à son propre personnage animé, qui ont conquis le public. On entend aussi cette voix synthétisée sur la chanson Keep Talking de Pink Floyd. « Il était doté d'un sens de l'humour et de l'autodérision absolument exquis, commente Robert Lamontagne [astrophysicien de l’Université de Montréal]. Il riait de lui-même, de ses collègues, de la science qu'il faisait. Dans sa tête, il semblait dire : la science, c'est sérieux, mais on n'est pas obligé de se prendre au sérieux quand on en fait. » »


    Dennis Overbye, avec Matthew Haag, Matt Stephens, Gerald Jonas, « Stephen Hawking, Explorer of the Universe, Dies at 76 », The New York Times (États-Unis), 15 mars 2018, p. A1.

    «...He was a man who pushed the limits -- in his intellectual life, to be sure, but also in his professional and personal lives. He traveled the globe to scientific meetings, visiting every continent, including Antarctica; wrote best-selling books about his work; married twice; fathered three children; and was not above appearing on "The Simpsons," "Star Trek: The Next Generation" or "The Big Bang Theory." He celebrated his 60th birthday by going up in a hot-air balloon. The same week, he also crashed his electric-powered wheelchair while speeding around a corner in Cambridge, breaking his leg. In April 2007, a few months after his 65th birthday, he took part in a zero-gravity flight aboard a specially equipped Boeing 727, a padded aircraft that flies a roller-coaster trajectory to produce fleeting periods of weightlessness. It was a prelude to a hoped-for trip to space with Richard Branson's Virgin Galactic company aboard SpaceShipTwo. Asked why he took such risks, Dr. Hawking said, "I want to show that people need not be limited by physical handicaps as long as they are not disabled in spirit." His own spirit left many in awe. "What a triumph his life has been," said Martin Rees, a Cambridge University cosmologist, the astronomer royal of England and Dr. Hawking's longtime colleague. »

    Liens internes

    Les objectifs de Perspective monde
    Son équipe au fil des ans
    Les sources et les mises à jour
    Récupérer des éléments de Perspective monde

    Pour en savoir plus

    Pour nous écrire un commentaire
    Pour nous suivre sur Facebook
    Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
    Dimension, sur le langage statistique R

    Liens externes

    Observatoire des politiques publiques
    Observatoire des Amériques
    Politique appliquée.tv
    Cahiers de recherche

    Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019