Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

13 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

 Khrouchtchev, Nikita | 1894-1971

Nikita Khrouchtchev

  • Né le 17 avril 1894 à Kalinovka, en Russie
  • Premier secrétaire du Parti communiste de l'Union soviétique (PCUS) de la région de Moscou (1935-1937)
  • Premier secrétaire du PCUS de l'Ukraine (1938-1939 / 1945-1949)
  • Premier secrétaire du PCUS de l'Union soviétique (7 septembre 1953-14 octobre 1964)
  • Président du Conseil des ministres de l'Union soviétique (27 mars 1958-14 octobre 1964)
  • Décédé le 11 septembre 1971 à Moscou, en Russie


  • Sans auteur, «La fin de Khrouchtchev», Le Nouvel Observateur (France), 20 septembre 1971, p. 30.

    «...Nikita Khrouchtchev restera, pour les uns, l'homme de la déstalinisation et de la coexistence pacifique. Pour d'autres, il fut un dangereux joueur de poker qui faillit déclencher une guerre nucléaire, à l'automne de 1962, en essayant d'installer secrètement des fusées atomiques à Cuba. D'autres encore voient en lui le principal responsable de la désagrégation du bloc communiste (...) Peut-être «l'homme au soulier sur la table» (O.N.U. 1960) a-t-il en effet joué tous ces rôles. Un autre aussi, cependant, sans doute le plus lourd de conséquences : c'est lui qui a montré à la classe dirigeante soviétique, après avoir soulevé le couvercle du stalinisme au XXe Congrès, quelles étaient les limites à ne pas dépasser en matière de «libéralisation».»


    André Fontaine, «Le dernier des optimistes», Le Monde (France), 14 septembre 1971, p. 1 et 5.

    «...Si l'on cherche cependant à définir ce qui fut le trait principal de Nikita Khrouchtchev, c'est sans doute l'optimisme qu'il faut retenir. N'est-ce pas cette caractéristique, vertu pour les uns, défaut pour les autres, qui lui conféra l'audace nécessaire pour se lancer dans des entreprises dont les risques eussent découragé d'autres ? Venant après Staline, qui était la méfiance et le scepticisme mêmes, et qui professait envers les hommes, y compris ses propres lieutenants, le mépris le plus cynique, «Mr.K» renouait avec le parti pris de confiance en l'homme qui animait les premiers communistes.»


    Sans auteur, «Des traces ineffaçables», The Guardian (Royaume-Uni), cité et traduit dans Le Monde du 14 septembre 1971, p. 3.

    «...Ce sera longtemps un sujet de discussion, d'évaluer cet impact qui fut le sien. Sa personnalité ne facilite pas la tâche. Pour les Occidentaux, il était infiniment plus attrayant que l'hiératique Staline ou les bureaucrates au visage de papier mâché avec lesquels il était en rivalité pour s'emparer du pouvoir. Au moins, lui était humain (...) La rareté extrême -et, partant, la valeur immense- d'un rire émis par le chef du Kremlin le rendait presque attachant. Néanmoins, l'histoire n'oubliera pas qu'il a été l'homme de paille de Staline à Moscou et en Ukraine, et qu'il a été profondément impliqué dans les purges qu'il devait dénoncer plus tard.»


    Sans auteur, «The Man Between Two Eras», Time Magazine (États-Unis), 20 septembre 1971, p. 25-27.

    «He was a man of stupefying contrasts, an earthy and unschooled Ukrainian peasant who came to wield power undreamt of by the czars. He was a custodian of the nuclear peace, yet he frequently rattled the Soviet saber, once bellowing that Communism would «bury» America. He served the party and the government with an iron hand, and in the 1930's helped send thousands to slave labor camps. Despite that, he is remembered as the crucial transitional figure who let the Soviet Union from an evil era of Stalinist tyranny toward a more moderate form of Communism.»

    Liens internes

    Les objectifs de Perspective monde
    Son équipe au fil des ans
    Les sources et les mises à jour
    Récupérer des éléments de Perspective monde

    Pour en savoir plus

    Pour nous écrire un commentaire
    Pour visionner la vidéo d'introduction
    Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
    Dimension, sur le langage statistique R

    Liens externes

    Observatoire des politiques publiques
    Observatoire des Amériques
    Politique appliquée.tv
    Cahiers de recherche

    Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016