Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

11 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

 de Gasperi, Alcide | 1881-1954

Alcide de Gasperi

  • Né le 3 avril 1881 à Pieve Tesino, alors en Autriche
  • Député au Parlement autrichien (1911-1918)
  • Député italien du Parti populaire italien (1921-1926)
  • Un des fondateurs, puis secrétaire du Parti de la démocratie chrétienne (1943)
  • Ministre des Affaires étrangères (12 décembre 1944-19 juin 1945 / 21 juin 1945-8 décembre 1945, 26 juillet 1951-2 août 1953)
  • Ministre de l'Intérieur (13 juillet 1946-28 janvier 1947)
  • Président du Conseil des ministres (10 décembre 1945-28 juillet 1953)
  • Chef de l'État par interim (18 juin 1946-1 juillet 1946)
  • Président du Parlement européen (1 janvier 1954-19 août 1954)
  • Décédé le 19 août 1954 à Sella di Valsugana, en Italie


  • Jean Mistler, «Alcide De Gasperi qui, durant neuf années orienta la politique italienne, a succombé à une crise cardiaque», L'Aurore (France), 2 août 1954, p. 3.

    «...Il avait voulu extirper de la conscience italienne des germes affreux laissés par le fascisme, remplacer l'orgueil absurde, le chauvinisme étroit par la charité chrétienne et l'humanité. Et de fait, il avait en huit ans, obtenu des résultats remarquables et il était arrivé, sur le plan international, à faire presque oublier les fautes de Mussolini. Depuis sa retraite du pouvoir, l'instabilité ministérielle a reparu et beaucoup d'observateurs estimaient proche le moment où Alcide de Gasperi, qui s'était confiné depuis un an dans le secrétariat du parti démocrate-chrétien, reprendrait des responsabilités plus hautes (...) Souhaitons que l'idéal européen auquel il s'était passionnément dévoué ne soit pas perdu de vue en Italie, maintenant qu'il ne sera plus là pour inspirer son parti et qu'en tout cas, les relations entre Paris et Rome restent sur le plan d'amitié où il avait su les placer.»


    Maurice Montabré, «Alcide De Gaperi est mort hier dans son Trentin natal», Le Figaro (France), 20 aout 1954, p. 3.

    «...Par son infatigable activité, ses voyages (...) par son labeur quotidien écrasant, ses interventions au Parlement, ses campagnes électorales, son triomphe aux élections législatives de mars 1948, ses duels avec l'extrême-gauche, M. De Gasperi, soutenu par sa foi chrétienne, ses qualités de sagesse, d'équilibre et de ténacité, a réussi à relever l'Italie de sa chute terrible. Ses initiatives sociales en particulier la réforme agraire qu'il fut le premier ici à oser entreprendre et qu'on ne lui laissa pas la chance d'achever, suffiraient à témoigner d'un courage et d'une générosité d'âme exceptionnels.»


    Sans auteur, «Un grand homme d'État a été enlevé à l'Italie», La Presse (Québec, Canada), 20 août 1954, p. 6.

    «...La vie politique italienne a été tout entière orientée par la pensée et les directives de M. Alcide de Gasperi, pendant les années de l'après-guerre (...) À l'intérieur il a assumé le triomphe des institutions démocratiques et écarté le danger que présentaient les communistes, influents et désireux de préparer le terrain à leur révolution. Au dehors, il s'est fait l'avocat d'une politique sympathique aux grandes puissances occidentales. Il a jeté l'Italie dans l'Alliance atlantique, l'a dirigée vers cette Communauté européenne dont le sort se joue actuellement à Bruxelles.»


    Sans auteur, «Signor Alcide de Gasperi», London Times (Royaume-Uni), 20 août 1954.

    «...De Gasperi never relinquished the idea that as broadly based a Government as possible was best in the interests of national unity. He disliked always the notion of a one-party Christian Democrat Government, just as he rejected the efforts of those who tried to link the Christian Democrats more loosely with the Church His conception of the great, strawling often unruly party of which he was the leader was that of a central grouping serving as the keystone of a parliamentary coalition. As for the Church, De Gasperi was a devout Catholic but almost an "anti-clerical" in the historical and political sense of the term. The years that followed made him more and more of an international figure. Together with Count Sforza, his Foreign Minister, he set to work patiently to reinstate the new democratic Italy in the framework of international relations. Against the fiercest opposition from the Communists and in face of doubts even from some of his own party, De Gasperi skillfully helped to pilot Italy into the North Atlantic Treaty Organization. From the very first he was an ardent supporter of the idea of a united Europe.»

    Liens internes

    Les objectifs de Perspective monde
    Son équipe au fil des ans
    Les sources et les mises à jour
    Récupérer des éléments de Perspective monde

    Pour en savoir plus

    Pour nous écrire un commentaire
    Pour visionner la vidéo d'introduction
    Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
    Dimension, sur le langage statistique R

    Liens externes

    Observatoire des politiques publiques
    Observatoire des Amériques
    Politique appliquée.tv
    Cahiers de recherche

    Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016