21 septembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

 Mugabe, Robert | 1924-2019

Robert Mugabe

  • Né le 21 février 1924 à Kutama, en Rhodésie du Sud
  • Premier ministre du Zimbabwe (18 avril 1980 – 31 décembre 1987)
  • Président du Zimbabwe (31 décembre 1987 – 21 novembre 2017)
  • Secrétaire général du mouvement des non-alignés (6 septembre 1986 – 7 septembre 1989)
  • Président de l’Union africaine (30 janvier 2015 – 30 janvier 2016)
  • Décédé le 6 septembre 2019 à Singapour


  • Pierre Prier, Tanguy Berthemet, « Robert Mugabe : Le libérateur devenu tyran », Le Figaro (Québec), 7 septembre 2019, p. 10.

    «...Sa personnalité était de fait plus complexe que celle des tyrans africains classiques. Le personnage éructant à petite moustache, couvrant d'insultes ses adversaires politiques comme les dirigeants occidentaux, avait joui, à l'indépendance, d'une aura comparable à celle de Nelson Mandela. Comme le président sud-africain, il avait privilégié la réconciliation. Il avait demandé aux fermiers blancs, qui monopolisaient les bonnes terres, de rester pour faire tourner l'économie. Robert Mugabe avait même pardonné à Ian Smith, le dernier chef de la Rhodésie - l'ancien nom du pays - père d'une version locale de l'apartheid. Smith l'avait pourtant jeté en prison pendant onze ans, et lui avait refusé une permission de sortie pour assister aux obsèques de son fils de 3 ans. [...] Et puis Mugabe avait basculé. Il était devenu l'exact opposé de Mandela, plongeant dans un populisme violent au moment où son homologue engageait l'Afrique du Sud dans la modernité. Le premier ministre zimbabwéen détestait d'ailleurs qu'on le compare au saint laïque du pays d'à côté. Comme en Afrique du Sud, la psychologie d'un seul homme a pesé autant que l'Histoire sur le destin du Zimbabwe. Robert Gabriel Mugabe était un personnage secret, qui fut un enfant solitaire, sans amis, abandonné par un père volage et couvé par une mère dépressive. »


    Maria Malagardis, « Zimbabwe : la dernière mort de Robert Mugabe », Libération (France), 7 septembre 2019, p. 6.

    «...Au cours de sa longue existence, successivement adulé, craint puis détesté, Mugabe «aura montré plusieurs visages parfois simultanément» , rappelle encore [l’historien] Achille Mbembe. Il y a sept ans, lors de son 88e anniversaire, Mugabe lui-même déclarait : «Je suis mort plusieurs fois, et c'est pour ça que je suis plus fort que Jésus : lui n'est mort qu'une seule fois et n'a ressuscité qu'une seule fois.» Mais cette fois-ci, il n'y aura plus de résurrection. [...] Voilà bien longtemps que l'homme qui a dirigé pendant trente-sept ans ce petit pays d'Afrique australe a perdu son auréole. Ni dieu ni diable en réalité, plutôt un héros maudit devenu despote, ruinant le pays qu'il avait émancipé de la tutelle coloniale. Tant de promesses pour un tel gâchis : c'est finalement ce que retiendra l'histoire. Elle confirme combien c'est en écrivant les dernières pages qu'on donne finalement le sens d'une vie. »


    Didier Péclard (propos rapportés par Virginie Lenk), « Le despote « Robert Mugabe était paradoxalement un homme charismatique », Tribune de Genève (Suisse), 7 septembre 2019, p. 13.

    «...Il a beaucoup souffert de la comparaison avec le Sud-Africain Nelson Mandela. Il a certes eu d'abord un discours de réconciliation vis-à-vis de la minorité blanche. Mais au lieu d'une réforme agraire réfléchie, il a laissé envahir les fermes des Blancs, qui ont fui massivement le pays. Certains disent qu'il s'agissait là d'une stratégie orchestrée, d'autres qu'il a été débordé par les associations de vétérans de la guerre d'indépendance. Quoi qu'il en soit, la redistribution des terres a surtout servi à redorer son image auprès de la population et à nourrir ses réseaux de clientèle au sein du pouvoir. Il meurt seul, loin de son pays. A-t-il été au fond aimé par sa population? Paradoxalement, c'était un homme charismatique, qui plaisait à la population lorsqu'il envoyait des piques cinglantes contre l'Europe. Son aura de leader révolutionnaire a aussi pesé, ainsi que son art de trouver le compromis. C'était un travailleur infatigable, jusque dans son grand âge. Mais son népotisme, ses dépenses indécentes (ndlr: les agapes de ses 82 ans auraient atteint la somme faramineuse de 800 000 dollars) l'ont passablement isolé au pouvoir. Il a d'ailleurs clamé de son vivant qu'il ne serait pas enterré au cimetière d'Harare. Mugabe mort, quel pays laisse-t-il derrière lui? Un pays en convalescence, je dirai. »


    Brian Raftopoulos, « Loner who became a dictator; Robert Mugabe, whor ruled Zimbabwe as prime minister and president from 1980 to 2017, when he was overthrown in a coup, will remain a contested figure for many Zimbabweans », The Independent on Saturday (Afrique du Sud), 7 septembre 2019, p. 8.

    «...As Zimbabwean politics polarised increasingly during the neo-liberal period of the 1990s and the opposition movement grew in size and influence, both Mugabe's ideological assertions and his political trajectory became clearer. Faced, from without, with the real possibility of political defeat from an emerging urban-based opposition, and within his ranks from dissent from the war veterans, Mugabe drew on the long-standing grievances around the land question and reconfigured the politics of the state and Zanu-PF. For many Zimbabweans, Mugabe will remain a contested figure. For those who lived through the humiliations of settler colonialism, his strident critique of its legacies will continue to resonate. However, his often essentialist and exclusivist assertions of national belonging and authoritarian intolerance of dissent will be a reminder that an anti-imperialist critique that negates a democratic political project remains unacceptable. After all, both the land question and democratic accountability were fundamental demands of the liberation struggle. »

    Liens internes

    Les objectifs de Perspective monde
    Son équipe au fil des ans
    Les sources et les mises à jour
    Récupérer des éléments de Perspective monde

    Pour en savoir plus

    Pour nous écrire un commentaire
    Pour nous suivre sur Facebook
    Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
    Dimension, sur le langage statistique R

    Liens externes

    Observatoire des politiques publiques
    Observatoire des Amériques
    Politique appliquée.tv
    Cahiers de recherche

    Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019