Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

13 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

 Tchang, Kaï-Chek | 1887-1975

Tchang Kaï-chek

  • Né le 31 octobre 1887 à Fenghua, en Chine
  • Leader du Guomindang (1925-1975)
  • Président de la République de Chine (20 mars 1948-21 janvier 1949 / 1 mars 1950-5 avril 1975 à Taiwan)
  • Décédé le 5 avril 1975 à Taipei, en République de Chine (Taiwan)


  • S.A., «Bulletin de l'étranger : La mort de Tchiang Kaï-chek», Le Monde (France), 8 avril 1975, p. 1.

    «...Depuis vingt-cinq ans, le président Tchiang Kaï-chek incarnait un régime dont chacun -la quasi-totalité des grands pays du monde en tout cas- savait qu'il était une fiction, une sorte d'anachronisme. Qu'un régime théoriquement indépendant et prétendant à la souveraineté sur la Chine entière ait subsisté à Taipeh, cela résultat d'une sorte de tolérance internationale, elle même fruit des intérêts complexes des grandes puissances. En bonne logique, la mort du généralissime ne devrait pas fondamentalement changer une situation dont la prolongation dépendait moins de son obstination personnelle que de la volonté de Washington, de la patience de Pékin et de l'attentisme plus ou moins embarrassé de quelques autres capitales, Moscou et Tokyo entre autres.»


    Jean Pellerin, «Tchang : la fin d'une époque», La Presse (Québec, Canada), 7 avril 1975, p. A4.

    «...Fils d'un modeste marchand de sel, Tchang aura été, pour ainsi dire, le témoin aveugle de son époque. Prisonnier de l'idée sentimentale qu'il se faisait de la Chine, il n'en sut voir ni les grandeurs ni les misères. Sans s'en rendre compte, il servit d'instrument permanent au colonialisme économique des États-Unis en Asie -colonialisme bénéfique mais anachronique dont les tentacules happèrent Taiwan en 1949, la Corée en 1953 et l'Indochine en 1954.»


    S.A., St.Louis Post-Dispatch (États-Unis), 7 avril 1975.

    «...Chiang's tragedy was not so much that he was ill-suited for his mission as that the task itself was hopeless. The China he undertook to lead into the twentieth century after the death of Sun Yat-sen was weak and both industrially and spiritually unprepared for the journey. By concentrating his energy on political unification, Chiang neglected essential social and economic reforms, especially in agriculture. Worse, he all but ignored the Japanese invasion. When World War II ended, Chiang was still obsessed with defeating Communism. But by then, corrupt and out of touch with the people, his forces collapsed.»

    Liens internes

    Les objectifs de Perspective monde
    Son équipe au fil des ans
    Les sources et les mises à jour
    Récupérer des éléments de Perspective monde

    Pour en savoir plus

    Pour nous écrire un commentaire
    Pour visionner la vidéo d'introduction
    Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
    Dimension, sur le langage statistique R

    Liens externes

    Observatoire des politiques publiques
    Observatoire des Amériques
    Politique appliquée.tv
    Cahiers de recherche

    Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016