Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

13 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

 Churchill, Winston | 1874-1965

Winston Churchill
Domaine public/Public domain

  • Né le 30 novembre 1874 à Woodstock, au Royaume-Uni
  • Élu député conservateur d'Oldham à la Chambre des communes (octobre 1900)
  • Quitte les rangs des conservateurs pour joindre les libéraux (mai 1904)
  • Sous-secrétaire d'État aux colonies (décembre 1905-avril 1908)
  • Président du Board of Trade (avril 1908-février 1910)
  • Home Secretary (février 1910-octobre 1911)
  • Premier Lord de l'amirauté (octobre 1911-mai 1915)
  • Ministre des Munitions (juillet 1917-janvier 1919)
  • Secrétaire d'État à la guerre (janvier 1919-février 1921)
  • Secrétaire d'État de l'Air (janvier 1919-avril 1921)
  • Secrétaire d'État aux colonies (février 1921-octobre 1922)
  • Quitte les rangs des libéraux pour joindre les conservateurs (novembre 1924)
  • Chancelier de l'Échiquier (novembre 1924-mai 1929)
  • Premier Lord de l'amirauté (septembre 1939-mai 1940)
  • Premier ministre (10 mai 1940-27 juillet 1945)
  • Premier Lord au Trésor (mai 1940-juillet 1945)
  • Ministre de la Défense (mai 1940-juillet 1945)
  • Chef de l'Opposition (juillet 1945-1951)
  • Premier ministre (26 octobre 1951-7 avril 1955)
  • Premier Lord au Trésor (octobre 1951-avril 1955)
  • Ministre de la Défense (octobre 1951-janvier 1952)
  • Quitte son poste de député de Woodford (1964)
  • Décédé le 24 janvier 1965 à Londres, au Royaume-Uni


  • Pierre Mendès-France, «L'homme et sa nation», Le Monde (France), 26 janvier 1965, p. 1.

    «...Durant cet avant-guerre où Hitler cheminait pas à pas dans la préparation du conflit, en marquant chaque fois un avantage à l'encontre de notre irrésolution, Churchill se comportait souvent comme un fâcheux qui soulève des problèmes lointains, tracasse ses propres amis politiques, refuse de s'incliner devant les prétendues nécessités de la politique intérieure et le souci de ménager une opinion publique dont d'autres tiraient prétexte pour justifier leur faiblesse. Or c'est lui qui avait raison contre la sagesse opportuniste qui vivait au jour le jour.»


    Jean-Marc Léger, «Un homme d'État à la dimension du monde», Le Devoir (Québec, Canada), 25 janvier 1965, p. 4.

    «...Churchill aurait pris sa retraite ou serait disparu avant 1940 qu'il aurait pu compter parmi les grands parlementaires du 20e siècle. Il lui fallait apparemment, pour donner toute sa mesure et se hausser à sa taille véritable, un événement extraordinaire. Par là aussi il appelle la comparaison avec Charles De Gaulle. Ils appartiennent, l'un et l'autre, à ce type d'hommes d'État qui ne font pas que marquer leur époque mais contribuent à la modeler et à infléchir l'histoire du monde. Il s'en trouve quelques-uns par siècle et on constate qu'ils sont internationaux dans la mesure même où ils furent nationaux.»


    Lord Clement Attlee, Britannica Book of the Year (Royaume-Uni), 1966, p. 583.

    «...I think that he had a strong belief in his destiny and that he believed that he was marked out to have a great place in history. This brings me to another trait in his character. No man ever had a more lively appreciation of history. He saw himself always as playing a great part on the world stage. Hence his desire not merely to record events but to act in them himself.»


    Jacques Chastenet, «Winston Churchill et l'Angleterre du XXe siècle», Paris, Fayard, 1965, p. 493.

    «...Faut-il voir, entre la magnificence de la cérémonie londonienne et l'austère simplicité de la demeure dernière un contraste évoquant la différence séparant l'Angleterre d'il y a soixante ans de celle d'aujourd'hui ? Plutôt sans doute y doit-on distinguer une manifestation posthume du grand artiste que fut Winston Churchill. Merveilleux artiste, comme aussi patriote intransigeant, indomptable animal de combat et fascinant meneur d'hommes. Peut-être se demandera-t-on un jour si son oeuvre fut uniquement positive. Assez vaine question. Certes, il a laissé l'Angleterre, son Angleterre chérie, moins puissante et moins «majestueuse» qu'elle n'était lorsqu'il entra dans la vie publique. La faute pourtant n'en fut ni à lui, ni à ses compatriotes, mais à la loi qui veut que nations comme civilisations aient leur matin, leur midi et leur crépuscule. Dure loi dont il n'est pas exclu que, sauf salutaire sursaut, l'Europe entière éprouve quelque jour la rigueur. En tout cas, on ne pourra jamais oublier qu'en des heures tragiques Winston Churchill sut, au nom de la liberté, galvaniser son peuple, et on ne lui marchandera pas le linceul de pourpre où dorment, non seulement les dieux morts, mais les géants disparus.»

    Liens internes

    Les objectifs de Perspective monde
    Son équipe au fil des ans
    Les sources et les mises à jour
    Récupérer des éléments de Perspective monde

    Pour en savoir plus

    Pour nous écrire un commentaire
    Pour visionner la vidéo d'introduction
    Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
    Dimension, sur le langage statistique R

    Liens externes

    Observatoire des politiques publiques
    Observatoire des Amériques
    Politique appliquée.tv
    Cahiers de recherche

    Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016