Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

13 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

 Jean XXIII, (Angelo Giuseppe Roncalli) | 1881-1963

Jean XXIII

  • Né le 25 novembre 1881 à Sotto il Monte, en Italie
  • Patriarche de Venise (15 janvier 1953 - 28 octobre 1958)
  • Pape de l'Église catholique (28 octobre 1958 - 3 juin 1963)
  • Décédé le 3 juin 1963 à la Cité du Vatican


  • Robert Roquette, « Le mystère Roncalli », Études (France), juillet-août-septembre 1963, p. 4.

    «...c'est cet accueil fait à l'encyclique (Pacem in Terris) par les maîtres de la pensée collective qui est le phénomène capital; mais il ne suffit pas à expliquer l'espèce d'amour que l'homme de la rue a ressenti pour Jean XXIII. Il semble bien que le pape est apparu comme un mythe de la paix dans ce monde livré à la peur atroce de la guerre totale, de la paix gratuite, je veux dire d'une paix poursuivie non au bénéfice d'une politique, d'un bloc d'intérêts, d'une idéologie révolutionnaire, mais comme un bien en soi, une exigence de la nature humaine. Cette apothéose spontanée est révélatrice surtout d'une aspiration éperdue et impuissante de l'humanité d'aujourd'hui, et le mérite, peut-être faudrait-il dire le génie du pape, a été de percevoir cette angoisse majeure des hommes d'aujourd'hui, de l'exprimer dans une absolue pureté et d'y répondre avec un entier altruisme, aussi avec la limpidité unique du message évangélique : la voix de l'agneau parmi les loups. »


    J.-M. Domenach, « L'espérance », Esprit (France), juillet-août 1963, p. 91.

    «...Le nonce affable qui aimait faire goûter son vin de Bergame, typique apparemment d'une Église habituée aux honneurs, qu'il soit devenu ce Pape dont la mort a bouleversé le monde, voilà qui devrait remettre en question bien des sagesses. Nous nous habituons à une histoire sans surprises; quand ce ne sont pas les hommes, ce sont les machines cybernétiques qui calculent les besoins et les risques : nous savons exactement ce qu'on peut faire, nous ne cessons pas un instant d'avoir conscience de nos limites. Mais, lui, à quatre-vingts ans, il a fait bouger la plus vieille et la plus lourde administration du monde, l'Église catholique. Lui, dont on attendait tout le contraire : l'ami des Présidents de la République, le diplomate éclairé, le pasteur tranquille, choisi pour assurer, après la fin pénible du règne de Pie XII, une transition sans secousse, comment a-t-il pu devenir ce Pape évangélique ? »


    Roger Aubert, « Jean XXIII », Le Revue nouvelle (Belgique), juillet 1963, p. 31.

    «...Ce paysan lombard à la piété solide, qui se méfiait des intellectuels purs, n'était pas un esprit hardi et n'avait rien d'un novateur. Il ne voulait rien bousculer. Il a introduit beaucoup moins de réformes dans l'Église que ne l'ont fait Pie X ou Pie XII. Mais ceux-ci s'étaient bornés à des aménagements - féconds d'ailleurs - de l'Église post-tridentine. Jean XXIII a, en quelque sorte, modifié l'esprit de celle-ci et tenté, selon le mot du cardinal Doepfner, de faire passer l'Église de l'état statique à l'état dynamique, en laissant agir librement les forces de renouveau qui mûrissaient dans l'ombre. Il a, ce faisant, accompli une révolution, mais une révolution par ressourcement, en invitant à s'adapter aux exigences d'aujourd'hui et de demain par un retour à l'essentiel du message évangélique et à la tradition authentique, par-delà les traditions relativement récentes et les revêtements en stuc rococo, qui ont donné à l'Église du milieu du XXe siècle une allure souvent vieillotte et dépassée. »


    S.A., « The Papacy », Time (États-Unis), 7 juin 1963, p. 39.

    «...To John, it was more than just a catechism statement that heaven was open to Protestants - it was a fact that called out for man to work for Christian unity. The compatibility of theology with science was not for him merely the complacent conclusion of a Thomistic scholar; it was a challenge for the church to understand a world in turmoil. Christ's injunctions to his Apostles were not memories but living commands that had political consequences - such as that a wholly defensive and intransigent « church of silence » was no true witness for human beings back of the Iron Curtain. Thanks to his charismatic warmth and pliancy, the Roman Catholic Church seemed to change from wariness of new trends in the secular world to acceptance of them. It is not odd, considering the scope and influence of a Pope, that one man seemed to be responsible for it all. What is extraordinary is that the change was visible in the space of one year : 1962. Before that, John had been a puzzling Pope - openly warm and friendly to people, but curiously disappointing and conservative in many of his acts. »

    Liens internes

    Les objectifs de Perspective monde
    Son équipe au fil des ans
    Les sources et les mises à jour
    Récupérer des éléments de Perspective monde

    Pour en savoir plus

    Pour nous écrire un commentaire
    Pour visionner la vidéo d'introduction
    Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
    Dimension, sur le langage statistique R

    Liens externes

    Observatoire des politiques publiques
    Observatoire des Amériques
    Politique appliquée.tv
    Cahiers de recherche

    Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016