Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

11 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

PROGRAMME D'ACTION



Date: 15 avril 1964

Le Conseil national de libération (CNL) voit le jour le 3 octobre 1963 en République démocratique du Congo. Fondé quelques années après l'indépendance, il s'engage à lutter sur tous les plans afin de changer radicalement le modèle politique et économique en vigueur. Il veut adopter des politiques de gauche et combattre la présence impérialiste persistante. À partir de l'Est, où l'on compte beaucoup de partisans de l'ex-premier ministre Patrice Lumumba, le CNL prend le contrôle d'une bonne partie du pays. Une forte offensive lancée par le gouvernement en 1965 renverse la situation.

Sélection et mise en page par l'équipe de Perspective monde


1. Préambule

Un devoir patiotique essentiel pour le peuple congolais.

Le 30 juin 1960, le peuple congolais arrachait héroïquement son indépendance des mains des colonialistes belges.

Les espérances nées avec cet événement historique ont été provisoirement brisées par une agression armée belge et par la sécession katangaise, l'une des manifestations des méfaits de l'impérialisme dirigé par les USA: au lieu de se consacrer aux tâches créatrices qu'implique le développement du pays pressuré par le colonialisme, le peuple congolais se trouve actuellement, du fait des impérialistes américains secondés par des fantoches congolais, frustré des avantages de l'indépendance et compromis dans sa sécurité et dans sa dignité.

Un devoir patriotique essentiel s'impose donc à notre peuple: restaurer la souveraineté populaire et, avec les forces du progrès, aller au-devant des changements historiques que doit connaître notre pays.

La réalisation de ces changements historiques est l'objectif principal du CNL :

- restaurer la souveraineté populaire

- reconquérir l'indépendance nationale

- rétablir la liberté et la démocratie nationales

- restituer le patrimoine et les richesses nationales au peuple souverain et travailleur

- établir un gouvernement révolutionnaire, national et populaire.

Réaliser ces objectifs signifie:

En politique intérieure

- briser l'emprise du joug impérialiste des USA pour permettre une vie nationale libre et démocratique

- garantir l'unité territoriale et administrative du Congo.

Sur le plan économique et social

- garantir et élever le niveau de vie des masses laborieuses

- développer l'économie nationale en s'inspirant des expériences scientifiques en cours dans le monde

- planifier et contrôler la production nationale

- ouvrir les portes de la connaissance et de la culture à tous les enfants du peuple sans distinction de sexe.

En politique extérieure

- restaurer et recouvrer la souveraineté internationale par la pratique d'une politique extérieure indépendante basée sur les impératifs de l'unité africaine, du neutralisme positif, de la lutte conséquente contre l'impérialisme, le néo-colonialisme et pour la paix entre tous les peuples.

Pour atteindre ces objectifs, le CNL appelle tous les Congolais pour:

- Unir et organiser toutes les forces nationales soucieuses de réaliser et développer l'indépendance de notre pays.

- Exprimer la ferme détermination d'être des hommes libres.

- Secouer le joug de l'impérialisme américain en balayant les agents congolais de l'oppression Yankee.

- Rompre définitivement avec les traditions rétrogrades et les aliénations politiques, économiques et philosophiques étrangères.

- Réhabiliter l'histoire et la culture congolaises et ouvrir le Congo à la vie moderne.

- Accepter tous les sacrifices et avoir le souci constant de sérieux et de fermeté.

- Soutenir, développer, étendre, sous la direction du CNL, l'action révolutionnaire concrète actuellement en cours sur le territoire national.

2. La situation politique actuelle du Congo

La crise politique de notre pays est grave. L'impérialisme lui-même en a conscience et multiplie de vains efforts pour soutenir les marionnettes de Léopoldville irrémédiablement condamnées.

Les masses populaires de notre pays ont pris conscience de la nécessité de mettre fin à la dégradation nationale et d'ouvrir la voie des tâches créatrices pour le bonheur, le progrès et la dignité de notre peuple.

Quatre années d'indépendance formelle démontrent et confirment la vérité proclamée par le plus illustre de nos frères, le Président Emery Patrice Lumumba: la dépendance de notre pays vis-à-vis des USA est un attentat contre l'indépendance nationale; l'impérialisme dirigé par les USA dégrade chaque jour l'indépendance nationale et accroît les malheurs de notre peuple.

Après l'ignoble assassinat de P. Lumumba , après l'instauration du gouvernement vendu à l'étranger, l'impérialisme pavoisa et crut installer dans notre pays une ère dite de stabilité, de sécurité et prospérité.

Toutes ces illusions se sont envolées; un sombre bilan s'offre à tout observateur même partial.

Le palmarès des fantoches actuellement au pouvoir se ramène en fait à une dégradation vertigineuse des institutions, de l'économie, de la vie nationale.

- L'économie nationale, particulièrement des richesses minières et le commerce, sont soumis aux brigandages et au banditisme de l'exploitation capitaliste de l'époque coloniale: spéculation, marché noir sont devenus des institutions nationales.

- Un abîme de plus en plus profond se creuse entre les campagnes et les villes pourtant suffisamment dégradées elles-mêmes par l'exploitation chronique de l'impérialisme.

- Des richesses excessives se sont accumulées brusquement entre les mains d'une oligarchie incapable, incompétente, dont l'allégeance aux USA est le seul trait cohérent.

- Immixtion constante du Capital international dans les affaires constitutionnelles, gouvernementales et économiques de notre pays. L'impérialisme contrôle l'administration civile et l'organisation des forces armées.

- Subordination de notre économie aux intérêts impérialistes des USA et du Marché commun: la dévaluation de la monnaie congolaise de l'ordre de 1.000 % rassure l'impérialisme mais compromet notre peuple dans son existence.

- Dégradation du niveau de vie consécutive notamment à la dévaluation sans que les salaires fussent augmentés.

- Paupérisation de la société congolaise.

- Exode des campagnes et gonflement des villes où les maux sociaux sont aggravés.

- Cosmopolitisme factice qui imite et adopte les vices qui prospèrent dans les sociétés capitalistes.

- Mainmise sur la culture qui dispense des conceptions et valeurs mystificatrices au détriment des valeurs traditionnelles nationales.

- Une répression féroce de toutes manifestations de sentiments nationalistes et démocratiques.

Bref, la crise politique actuelle au Congo est le fait du divorce existant entre un gouvernement fantoche qui demeure le dos tourné aux masses et aux exigences nationales d'un peuple qui lutte pour l'indépendance, la démocratie et un niveau de vie correspondant aux immenses richesses de son pays dont profitent actuellement les seuls impérialistes et leurs agents.

Il est donc urgent de dénoncer cette contradiction pour poser les conditions dans lesquelles notre peuple connaîtra enfin la paix, la liberté, la démocratie et le progrès.

Une telle solution a son fondement dans les masses populaires et exclut tout recours à un simple changement d'hommes par une mascarade élec torale ou à la suite d'un coup d'Etat militaire.

La solution du problème congolais implique un changement complet et radical des formes d'organisation économique et des options politiques de notre pays.

Il ne s'agit donc pas d'un simple remplacement d'hommes, mais d'un changement qualitatif des structures et des conceptions politiques et sociales de notre pays.

3. Comment résoudre la crise politique actuelle

Les ennemis du peuple congolais s'évertuent depuis longtemps à préconiser des solutions qui sauvegardent leurs intérêts. Les polémiques déplacées sur le "fédéralisme" et le "confédéralisme", le fractionnement du territoire national en un nombre indéfini de républiquettes, les proclamations hâtives de coopération avec certains pays, tout cela démontre que les fantoches de Léopoldville sont aux abois.

Le CNL invite tous les Congolais qui éprouvent l'urgence du changement à rejoindre ses rangs pour renforcer la seule voie sûre de conduire à la victoire: aucune solution viable ne peut voir le jour à la suite d'élections ou référendum dans le cadre politique actuel caractérisé par le fascisme, la soumission aux USA, l'abus des pouvoirs, la fraude, la démission et la dégradation nationales; la solution de la crise réside dans un bouleversement total des structures et des tendances politiques de nos masses.

Le CNL appelle tous les Congolais à rejoindre ses rangs pour organiser et intensifier toutes formes de lutte destinées à la réalisation de nos objectifs par l'unification au sein du CNL de toutes les forces déterminées à lutter contre l'oppression Yankee et ses agents et à soutenir l'effort révolutionnaire concret déclenché par la conscience nationale congolaise.

4. Le Conseil National de Libération

Point de convergence de tous les patriotes appartenant ou non à des organisations politiques, le CNL est le guide éclairé, l'organisateur de la lutte conséquente contre l'impérialisme et ses agents.

Le CNL est un mouvement de masse: civils, militaires, gendarmes, policiers, fonctionnaires, ouvriers, paysans, artisans, artistes, étudiants, hommes et femmes de tous les partis et de toutes les confessions, soucieux de recouvrer la dignité et la souveraineté nationales, ont leur place au sein du CNL.

Mouvement national, le CNL combat sous l'égide de la justice sociale, de l'indépendance et de la dignité de l'homme congolais sans esprit de haine ni de vengeance.

Mouvement de Libération, le CNL est une organisation responsable, dépositaire et continuateur de la postérité de Patrice Lumumba. Le CNL salue la détermination de nos étudiants à sauvegarder l'honneur des intellectuels de notre pays en dénonçant courageusement les menées criminelles des irresponsables gouvernementaux.

Le CNL préconise toute forme de lutte susceptible de renforcer l'action révolutionnaire armée: protestations, manifestations, agitation, comités de solidarité avec les combattants.

Le CNL a décidé l'ouverture des opérations armées contre la violence officielle, la trahison et le fascisme des agents congolais de l'impérialisme; ainsi le CNL change les conditions de lutte et place le mouvement révolutionnaire dans une phase décisive qui érige le bouleversement des structures actuelles de notre pays en nécessité absolue.

Le CNL proclame la création de l'Armée Populaire de Libération entièrement au service du peuple.

Le CNL exhorte les forces armées, militaires ou policières à refuser de tourner leurs armes contre le peuple dont elles sont les fils et les invite à rejoindre les rangs de l'Armée Populaire de Libération.

Le CNL affirme solennellement qu'il n'est inféodé à aucune idéologie étrangère: mouvement national de Libération, le CNL accueille tous les Congolais patriotes, soucieux de restaurer l'indépendance nationale et d'élever le niveau de vie des masses laborieuses.

5. Le Gouvernement révolutionnaire et populaire

La tâche essentielle actuellement est le bouleversement des structures rétrogrades de notre pays, inféodées à l'impérialisme.

Les orientations du gouvernement révolutionnaire et populaire, progressivement dégagées au cours de la lutte, seront précisées après la victoire par la volonté populaire librement exprimée.

Néanmoins, pour éviter tout malentendu, le CNL doit proclamer dès maintenant les options essentielles du gouvernement révolutionnaire et populaire pour affirmer son caractère de mouvement de masses.

Le CNL proclame que la parole doit être rendue au peuple souverain. Le CNL proclame que la rue doit être rendue aux manifestations populaires et non aux hordes sinistres de la répression.

Le gouvernement révolutionnaire garantira la sécurité des personnes et des biens honnêtement acquis. Le gouvernement révolutionnaire garantira les investissements compatibles avec la dignité et le développement de la patrie.

Le gouvernement révolutionnaire adoptera une orientation économique inspirée d'une connaissance scientifique des lois sociales: l'expérience socialiste, adaptée aux conditions de notre pays, est la voie sûre de développement pour nos masses laborieuses.

En matière de politique extérieure, le gouvernement révolutionnaire, nationaliste et populaire, optera pour la coopération internationale, économique, culturelle et politique sur les bases d'égalité, de respect de l'ordre juridique international compatible avec la dignité, l'indépendance et la paix.

Gouvernement révolutionnaire, le gouvernement nationaliste appuiera les luttes conséquentes contre l'impérialisme, le colonialisme, le néo-colonialisme, pour l'unité africaine et la paix.

Le CNL proclame solennellement que les forces nationales de la conscience congolaise sont invincibles.

Le CNL est une émanation structurée de la prise de conscience de notre peuple opprimé.

Le CNL est la seule organisation digne de parler au nom du peuple congolais: ce sont les conditions d'oppression de notre peuple qui ont motivé sa naissance.

La lutte du CNL est la lutte du peuple congolais: l'aide des organisations démocratiques et la sollicitude fraternelle des pays africains et de tout pays soucieux de paix et de liberté sont des atouts majeurs qui vont hâter notre victoire.

Peuple congolais, ton destin est entre tes mains: ce programme du CNL est ton programme.

Peuple congolais, tu dois t'organiser: partout des Comités du CNL doivent surgir.

Groupant de 3 à 6 personnes, ces comités doivent:

- faire connaître le programme du CNL

- diffuser les progrès de la lutte armée

- soutenir matériellement et moralement nos combattants (maquisards)

- diffuser les mots d'ordre du CNL

- communiquer aux responsables du CNL tous les renseignements et aider efficacement les opérations - se tenir prêts à exécuter tout mot d'ordre du CNL

Peuple congolais, la victoire est proche!

Tous unis autour du cri "La Patrie ou la mort".


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016