Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

DISCOURS D'ABDICATION DU ROI D'ESPAGNE



Date: 2 juin 2014

Après presque 39 ans sur le trône d'Espagne, le roi Juan Carlos 1er annonce lors d'une allocution télévisée qu'il abdiquera de son poste. C'est son fils Felipe, le prince des Asturies, qui lui succédera.

Sélection et mise en page par l'équipe de Perspective monde


«Je m'adresse à vous ce matin par ce message pour vous faire part, avec une émotion particulière, d'une importante décision et des raisons qui me poussent à la prendre.

«Au cours de ma proclamation en tant que roi, il y a déjà près de quarante ans, j'ai pris l'engagement ferme de servir les intérêts de l'Espagne, avec le souhait de voir les citoyens devenir maîtres de leur propre destin, et notre nation une démocratie moderne, pleinement intégrée dans l'Europe. Je me suis alors attelé à une tâche nationale enthousiasmante qui permit aux citoyens de choisir leurs représentants légitimes et de mener à bien cette grande et positive transformation de l'Espagne dont nous avions tant besoin.

«Aujourd'hui, quand je regarde en arrière, je ne peux que ressentir de la fierté et de la gratitude envers vous. Fierté, pour tout ce que nous sommes parvenus à réaliser pendant ces années. Et gratitude, pour le soutien que vous m'avez apporté pour faire de mon règne, commencé en pleine jeunesse dans des moments de grandes incertitudes et de difficultés, une période de paix, de liberté, de stabilité et de progrès.

«Fidèle aux aspirations politiques de mon père, le comte de Barcelone, dont j'ai hérité du lègue historique de la monarchie espagnole, j'ai voulu être le roi de tous les Espagnols. Je me suis identifié à vos aspirations et me suis engagé en leur faveur. Je me suis réjoui de vos succès et j'ai souffert quand la douleur ou la frustration vous ont saisis. La longue et profonde crise économique que nous subissons a laissé de profondes cicatrices dans le tissu social, mais elle nous montre également un chemin vers un avenir rempli d'espoir.

«Ces années difficiles nous ont permis de faire une autocritique mesurée de nos erreurs et de nos limites en tant que société. Et, en contrepartie, elles ont ravivé la fierté de ce que nous avons su et de ce que nous savons faire, et de ce que nous avons été et de ce que nous sommes : une grande nation. Tout cela a réveillé en nous un élan de renouveau, de dépassement, pour corriger les erreurs et ouvrir un chemin vers un avenir décidément meilleur.

«Aujourd'hui, il faut laisser arriver en première ligne une génération plus jeune, avec une nouvelle énergie, décidée à entreprendre avec détermination les transformations et les réformes que la conjoncture actuelle demande, et à affronter avec une intensité renouvelée et dévouement les défis de demain. Pour cet avenir, une nouvelle génération réclame à juste titre un rôle moteur, le même qu'a joué ma génération dans une conjoncture cruciale de notre histoire.

«Mon unique ambition a été et sera toujours de contribuer à procurer du bien-être et générer le progrès dans le respect de liberté de tous les Espagnols. Je souhaite le meilleur pour l'Espagne à laquelle j'ai consacré ma vie tout entière et au service de laquelle j'ai mobilisé toutes mes ressources, mon enthousiasme et mon travail.

«Mon fils Felipe, héritier de la Couronne, incarne la stabilité, qui est la marque d'identité de l'institution monarchique. Lorsqu'en janvier j'ai eu 76 ans, j'ai considéré que le moment était venu de préparer en quelques mois la relève pour laisser la place à celui qui se trouve dans les meilleures conditions pour assurer cette stabilité.

«Le prince des Asturies a la maturité, la préparation, et le sens des responsabilités nécessaires pour prendre, avec toutes les garanties, la tête de l'État et ouvrir une nouvelle étape remplie d'espérance dans laquelle s'allient l'expérience acquise et l'élan d'une nouvelle génération. Il pourra compter pour cela, j'en suis certain, sur le soutien que lui apportera toujours la princesse Letizia.

«Pour tout cela, guidé par la conviction de rendre le meilleur service aux Espagnols et ayant récupéré tant sur le plan physique qu'en ce qui concerne mon activité institutionnelle, j'ai décidé de mettre un terme à mon règne et d'abdiquer de la couronne d'Espagne, de façon à ce que le gouvernement et le Parlement puissent organiser la succession conformément à la Constitution.

«Je viens ainsi de le communiquer officiellement ce matin au président du gouvernement. Je veux exprimer ma gratitude au peuple espagnol, à toutes les personnes qui ont incarné les pouvoirs et les institutions de l'État pendant mon règne et à ceux qui m'ont aidé, avec générosité et loyauté, à remplir mes fonctions. Et ma gratitude à la Reine, dont la collaboration et le généreux soutien n'ont jamais failli.

«Je garde et je garderai toujours l'Espagne au plus profond de mon coeur.»


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016