13 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

GAZ À EFFET DE SERRE

Brève définition - Équipe Perspective monde

Selon le Protocole de Kyoto, six gaz sont associés à la portion anthropique des gaz à effet de serre (GES), mais trois sont responsables de 98% des effets : le CO2 ou gaz carbonique (79%), le CH4 ou méthane (14%) et le N2O ou protoxyde d'azote (5%). Les trois autres gaz sont les HFC ou hydrofluorocarbures, les PFC ou hydrocarbures perfluorés et enfin les SF6 ou hexafluorure de soufre. Pour faciliter la comparaison, tous les GES sont ramenés à un même équivalent, le CO2 en kilo tonne (kt), en fonction de leur «potentiel de réchauffement planétaire», selon un multiplicateur établi par le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) : 1 pour le CO2, 25 pour le CH4 et 298 pour le N2O.

Le CO2 ou gaz carbonique d'origine humaine provient de la combustion des énergies fossiles, en particulier le charbon, le pétrole et le gaz. La production de ciment produit beaucoup de CO2. Enfin, des activités humaines comme la déforestation ou l'étalement urbain augmentent l'émission anthropique de gaz carbonique puisque la photosynthèse agit naturellement comme un puit qui capte le gaz en question.

Le CH4 ou méthane provient des ruminants, de la combustion du bois, de la culture du riz et de procédés de décomposition des matières organiques, comme les déchets humains. La production de pétrole et de gaz génère aussi du méthane.

Le N2O ou protoxyde d'azote est associé à des procédés chimiques, comme la production de nylon, ou à l'utilisation de produits azotés (engrais, fumier, lisier et résidus de récolte).

Le calcul des GES émis par chaque pays peut se faire en excluant ou en incluant l'utilisation des terres, le changement d'affectation des terres et la foresterie, défini généralement par l'acronyme LULUCF (Land use, land-use change, and forestry) ou en l'excluant. L'inclusion du LULUCF réduit la somme des émissions de 5 à 10%.

Les GES contribuent au réchauffement climatique parce qu'ils absorbent le rayonnement infrarouge émis par la surface terrestre, tandis que les autres gaz contenus dans l'atmosphère, comme l'oxygène ou l'azote, n'ont pas cet effet de blocage. On distingue les effets naturels et les effets artificiels. Les premiers sont considérés comme équilibrés avec des sources et des puits. Les seconds sont causés par l'activité humaine ; on les dits « anthropiques ». Ces derniers provoquent un réchauffement puisqu'ils ne sont pas équilibrés, du moins jusqu'à présent.




Concepts utilisant le terme:

gaz à effet de serre

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019