15 novembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

29 mars 2008

Tenue d'élections législatives et présidentielle au Zimbabwe

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Robert Mugabe

Les résultats des élections législatives font du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) le nouveau parti majoritaire à la chambre de l'Assemblée du Zimbabwe. En revanche, le premier tour du scrutin présidentiel ne permet pas de désigner un vainqueur. Un deuxième tour est donc prévu pour le 27 juin 2008.

Depuis son indépendance, en 1980, le Zimbabwe est dirigé par Robert Mugabe. À plusieurs reprises, des élections sont organisées, mais à chaque fois les observateurs internationaux constatent des irrégularités. Des sanctions politiques et économiques sont prises contre le régime de Mugabe. Le 19 mars 2008, des élections présidentielle et législatives se déroulent simultanément au Zimbabwe. À 84 ans, Robert Mugabe brigue un sixième mandat à la tête du pays. La présence d'observateurs étrangers est interdite par le régime. Les élections se déroulent dans le calme, mais contrairement aux élections précédentes, les résultats officiels tardent à être dévoilés. Dans un contexte tumultueux, la Commission électorale publie finalement les résultats des législatives. Ils confirment que, pour la première fois, le parti de Mugabe, l'Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (ZANU-FP), perd le contrôle du Parlement aux mains du parti d'opposition, le MDC, qui obtient la pluralité des sièges en chambre. Les résultats officiels de la présidentielle sont connus après un délai de plusieurs semaines. Morgan Tsvangirai termine au premier rang devant Mugabe, mais sans obtenir la majorité absolue qui lui aurait donné la victoire. Le second tour est arrêté pour le 27 juin. Entre-temps, les partisans de l'opposition sont victimes de répression de la part du régime. En réaction, Tsvangirai se retire de la course, laissant le champ libre au président sortant. La réélection de Mugabe soulève cependant l'indignation de la communauté internationale qui dénonce son caractère illégitime.

Pour en savoir plus: Discours inaugural du président du Zimbabwe devant le Parlement

Dans les médias...


Colette Braeckman, « L'ultime combat de Mugabe »

«...Ses adversaires assurent que sa victoire sera le résultat de la propagande, des pressions exercées sur la population - entre autres, le chantage à l'aide alimentaire. En réalité, le vieux chef bénéficiera aussi d'autres facteurs : il fera, une fois de plus, jouer la corde nationaliste en dénonçant les interférences de l'Occident et en particulier des Britanniques, il rappellera qu'en dépit des pressions, il a procédé à la redistribution des terres, promise au cours de la lutte pour l'indépendance. Il tentera aussi de faire oublier la chute dramatique de la production agricole nationale et le fait que c'est à des amis politiques plus qu'à des paysans sans terre qu'ont été accordées les nouvelles propriétés agricoles. Mais surtout, Mugabe risque de profiter de la division de ses adversaires politiques et de la prudence manifestée par ses voisins d'Afrique australe. »

Le Soir (Belgique), 29 mars 2008, p. 13.

François Soudan, « Le roi est nu »

«...Le printemps d'Harare aura vécu moins d'une semaine. Quelques jours de liesse pour des opposants rendus euphoriques par leur victoire aux législatives du 29 mars, au point d'imaginer déjà le couple Mugabe en exil en Malaisie et un gigantesque « carnaval de la libération » dans les rues de la capitale. Un petit tour d'espoir et puis s'en va. (...) Y aura-t-il un « effet Mugabe » pour la douzaine de chefs d'État africains qui s'apprêtent, au cours des cinq années à venir, à affronter le suffrage universel ? Quelques-uns d'entre eux le redoutent et ceux-là seraient bien inspirés de retenir au moins deux leçons de l'exemple zimbabwéen. On a beau contrôler étroitement les médias, l'administration, les forces de l'ordre et les observateurs électoraux, on ne peut plus rien désormais contre la volonté des électeurs. On a beau être historiquement légitime et politiquement habile, voire démagogue, si l'économique et le social ne suivent plus, la sanction est inévitable. Que pèse la gratitude des peuples envers leurs libérateurs face à des assiettes vides ? »

Jeune Afrique (France), 13 au 19 avril 2008, p. 34.

Éditorial

«...Africa's failure means that the challenge of Zimbabwe must now be taken up by the U.N. Security Council; Mr. Mugabe spurned its unanimous vote in favor of postponing the one-sided runoff election he staged last week. The United States is circulating an appropriately tough resolution that would declare Mr. Mugabe's new mandate illegitimate, freeze the assets of key associates and apply an arms embargo against his regime. Zalmay Khalilzad, the U.S. ambassador to the United Nations, boldly predicted that some action will be taken, despite the predictable resistance of China and South Africa. « If there is no response, » he asked, « what does that say about the council? » Answer : It would say that the United Nations is no more prepared than the African Union is to protect a suffering nation from a criminal government. »

The Washington Post (États-Unis), 2 juillet 2008.

Gouvernance et gouvernement [ 29 mars 2008 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Zimbabwe
FaibleRobert Gabriel Mugabeposte aboli

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1998 - 2016



mars
2008
Tenue d'élections législatives et présidentielle au Zimbabwe

mai
2008
Explosion inflationniste au Zimbabwe


Dans l'actualité


novembre
2018
De Mugabe à Mnangagwa : la crise économique du Zimbabwe s'éternise

janvier
2018
Départ de Robert Mugabe : un Zimbabwe enthousiaste face à une démission forcée

février
2016
État d'urgence au Zimbabwe : une sécheresse incontournable

février
2015
Vent de changement pour l'Union africaine

mars
2013
Fort appui à une nouvelle Constitution au Zimbabwe

février
2009
Vers une sortie de crise au Zimbabwe

septembre
2008
Robert Mugabe et Morgan Tsvangirai se serrent la main

février
2008
Une figure de la ségrégation raciale en Afrique est morte

janvier
2008
Sommet de Lisbonne : les relations Europe et Afrique changeront-elles?

avril
2007
Mugabe : l'autoritarisme se poursuit


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019