21 mai 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

25 janvier 1971

Renversement du gouvernement de Milton Obote en Ouganda

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Idi Amin Dada

Alors que le président ougandais Milton Obote assiste à une conférence du Commonwealth à Singapour, il est renversé par un coup d'État à la tête duquel on retrouve un militaire, Idi Amin Dada.

Vainqueur des premières élections qui ont suivi la proclamation d'indépendance de l'Ouganda, en 1962, Obote était devenu président en 1966 à la suite d'un coup d'État. Sa popularité en chute et son virage à gauche de 1969 contesté, il est renversé à son tour par celui qui était à la tête de l'armée, Idi Amin Dada, le 25 janvier 1971. Ce dernier promet des élections mais, le 20 février, il se promeut général et devient président. En plus de dissoudre le Parlement et d'interdire les autres partis politiques, le chef du pays se livre à l'élimination de toute forme d'opposition et à l'instauration d'un régime autoritaire. Le maréchal Idi Amin Dada, un personnage flamboyant, restera au pouvoir en Ouganda jusqu'en 1979, année de son renversement. En décembre 1980, des élections permettront le retour à la présidence de Milton Obote.

Dans les médias...


Alan Rake et Berthe Schwartz, « Ouganda : Le putsch du 25 janvier »

«...comment expliquer que le peuple ougandais ait souscrit sans aucune résistance et même, dit-on, avec des manifestations de joie et de soulagement à la destitution de l'homme qui a tant contribué à assurer l'unité de son pays ? C'est, disent ses critiques, qu'il s'était isolé de plus en plus de son peuple, tandis que grossissaient les rangs des mécontents : les souverains traditionnels, les partis de l'opposition, les gens aisés que sa politique de « socialisation » inquiétait de plus en plus, les amis de la Grande-Bretagne que sa politique « suiviste » vis-à-vis du président Nyerere contrariait, et qui ne cachent pas leur soulagement, aujourd'hui que le général Amin annonce qu'il n'a aucunement l'intention, quoi qu'il arrive, de quitter le Commonwealth. »

Jeune Afrique (France), février 1971, p. 72.

S.A., « The New Men in Uganda »

«...since 1966 it has been apparent that Dr.Obote's position depended on the continued support of the army. At least since 1969 there have been signs of friction between the non-Bantu tribes which form the bulk of the army and the police, especially between Dr. Obote's own Langi tribe and the Ocholi, who are far the most prominent among the police officers, including the police chief whose participation in the new government has been announced. Although the authors of yesterday's coup can find plenty of grievances to justify their action, the real reason for it was most probably their fear of the President's plans to strengthen the Langi element in the armed forces, at the expense of other tribes. General Idi Amin, the army commander-in-chief who appears to be at least the titular leader of the new regime, is an old associate of Dr. Obote's but comes from the West Nilotic Kakwa people who might be expected to act with the Acholi against the Langi in a serious crisis. The pattern of events is all too familiar in recent African history. »

Times (Royaume-Uni), 26 janvier 1971, p. 13.

S.A., « Big Daddy Takes Charge »

«...Six months ago Uganda's President Apolo Milton Obote boasted that he was « perhaps the only African leader not afraid of a military coup. » Last week Obote was proved to be more foolhardy than farsighted as his army staged Black Africa's 27th coup d'état in little more than a decade. (...) Obote, an insecure but vain man who has been described by a Uganda journalist as a « captivating one-way conversationalist, », grew increasingly suspicious after assuming the presidency. More and more, he resorted to the use of emergency powers to stifle his opposition. According to Amin, this distrust reached its zenith in recent weeks, when Obote concocted a plot to purge the army of everyone except members of two northern tribes - his own Langi and the neighboring Acholi. (...) Amin rallied most of the army behind him. Clashes with Obote loyalists lasted less than 24 hours, with an estimated 100 soldiers and 20 civilians killed. »

Time (édition canadienne), 8 février 1971, p. 30.

Gouvernance et gouvernement [ 25 janvier 1971 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Ouganda
FaibleIdi Amin DadaApolo Milton Obote

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1961 - 1981



octobre
1962
Proclamation de l'indépendance de l'Ouganda

octobre
1962
Admission à l'Organisation des Nations unies (ONU)

avril
1966
Accession de Milton Obote à la présidence de l'Ouganda

juillet
1969
Début du voyage du pape Paul VI en Ouganda

janvier
1971
Renversement du gouvernement de Milton Obote en Ouganda

avril
1979
Renversement du dictateur ougandais Idi Amin Dada


Dans l'actualité


septembre
2017
L'Ouganda : un pays unitaire ou fragmenté?

septembre
2016
L'opposant politique ougandais Kizza Besigye dans la mire des autorités

septembre
2015
Ouganda : d'anciens amis se disputent le titre de président

janvier
2014
L'adoption d'une loi anti-gay ne fait pas unanimité en Ouganda

novembre
2013
Un fléau qui perdure : les enfants-soldats

décembre
2012
L'Ébola, une maladie négligée

novembre
2011
Joseph Kony : messie ou tueur sans scrupule?

janvier
2010
L'Ouganda adopte un projet de loi contre l'excision

janvier
2007
Alice Lakwena : décès d'une mystique

septembre
2006
Ouganda : un pas vers la paix


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016