Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

19 février 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

3 janvier 2009

Intervention militaire israélienne dans la bande de Gaza

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Tzipi Livni

Après avoir protesté contre des tirs de roquettes effectués sur son territoire, Israël intervient militairement dans la bande de Gaza. Cette offensive, qui cause plus d'un millier de morts, suscite de fortes réactions au sein de la communauté internationale dont les pressions favorisent un cessez-le-feu qui est accepté le 18 janvier 2009.

Le Hamas, un mouvement de résistance islamique, lutte pour la création d'un État palestinien islamique et le confinement d'Israël, voire sa destruction. Au fil des ans, il manifeste son opposition par des attentats suicides ou des tirs de roquettes sur l'État hébreu. Après sa victoire aux législatives de 2006, le Hamas met fin aux attentats suicides. En situation de contrôle sur la bande de Gaza, il continue toutefois les tirs de roquettes. Des tensions subsistent et des actions des deux côtés sont entreprises malgré un cessez-le-feu, conclu en juin 2008, qui prend fin en décembre de la même année. Le 27 décembre, Israël lance une offensive aérienne qui est suivie, le 3 janvier, par une intervention terrestre d'envergure dont l'objectif est de désorganiser le Hamas. Les dommages humains -plus d'un millier de morts- et matériels qui en résultent, dans une zone où règne déjà une grande pauvreté, amènent la mobilisation de la communauté internationale. Des initiatives diplomatiques sont mises sur pied et des pressions effectuées afin d'obtenir un cessez-le-feu qui devient officiel le 18 janvier. Alors que les deux camps disent avoir atteint leur objectif, les observateurs sont partagés quant à la portée à long terme de cette offensive sur la situation du Hamas. Plusieurs questions restent également en suspens à la suite des élections législatives en Israël, le 10 février. La campagne s'est déroulée sur la toile de fond de l'intervention à Gaza, un geste que la population appuie largement selon les sondages. C'est le parti Kadima de Tzipi Livni qui obtient le plus de sièges, mais la responsabilité de former le nouveau gouvernement est confiée à Benyamin Netanyahou du Likoud. Il sera à la tête d'une coalition composée de partis de droite et d'extrême-droite, ainsi que des travaillistes.

Dans les médias...


Jean Daniel, « Priorité à Gaza »

«...À vrai dire, le bilan est simple. Après le 11-Septembre, les Américains sont devenus moralement aveugles en Irak et à Guantanamo. Il leur aura fallu attendre Obama. Après la seconde Intifada, les Israéliens ont perdu leur vision politique et la maîtrise de leurs moyens militaires, deux fois au Liban et aujourd'hui à Gaza. Y aura-t-il un Obama israélien ? On pourrait espérer que, recru d'honneurs et président sans responsabilités, Shimon Peres, le survivant de la vieille garde, veuille entrer dans l'Histoire avec Mahmoud Abbas comme il l'avait fait avec Arafat. (...) Il n'est pas exclu que le zèle opportun de Nicolas Sarkozy en vue de favoriser la formation d'un gouvernement d'union nationale palestinien puisse préparer les esprits. Mais pour faire évoluer la politique d'Israël, il ne peut y avoir, finalement, qu'Obama lui-même. Tout est entre les mains du nouveau président des États-Unis. Tout, à commencer par l'urgente nécessité de sauver Gaza. »

Le Nouvel Observateur (France), 29 janvier au 4 février 2009, p. 24.

Hamid Barrada, Cherif Ouazani, « Les clés de la nouvelle donne »

«...Le premier mort de la guerre de Gaza est sans aucun doute Mahmoud Abbas. En frappant le Hamas, l'armée israélienne a tué au passage le président de l'Autorité palestinienne, et avec lui ce qu'il incarne : la recherche acharnée d'un règlement de paix et la création d'un État palestinien par la seule et unique voie de la négociation. Alors que les télévisions satellitaires arabes diffusent des reportages insoutenables sur les victimes, souvent en bas âge, des bombardements, les images d'Abou Mazen (Abbas) donnant l'accolade à Ehoud Olmert ont un effet désastreux. Le Fatah, le mouvement de résistance fondé par Yasser Arafat est couvert d'opprobre. (...) Les Israéliens ne rendent pas service à Mahmoud Abbas lorsqu'ils déclarent qu'ils veulent, une fois le Hamas anéanti, rétablir son pouvoir à Gaza. (...) Pour limiter les dégâts, le président palestinien n'accuse plus le Hamas d'avoir provoqué la guerre, et ordonne de faire cesser toute polémique avec les islamistes. Il leur propose d'engager sans tarder le dialogue en vue de la réconciliation. Les intéressés, qui ont d'autres chats à fouetter, n'ont pas donné suite. »

Jeune Afrique (France), 11 au 17 janvier 2009, p. 46-47.

Michel Seymour, Christian Nadeau, « Sauver Gaza, mais aussi Israël de lui-même »

«...La résolution du conflit israélo-palestinien est en effet plus que jamais dans l'intérêt du peuple israélien lui-même. Elle est une garantie pour sa propre sécurité dans un environnement géopolitique qui lui est hostile. C'est un secret de Polichinelle que les véritables motivations de l'escalade de violence à laquelle nous assistons sont à rechercher du côté des enjeux régionaux. Comme ce fut le cas au Liban en 2006, la bande de Gaza est le terrain de jeu d'une lutte opposant Israël à la Syrie et à l'Iran. Dans cette perspective géopolitique, la sécurité d'Israël est véritablement mise en cause. Malheureusement, loin d'opposer la justice et la raison à ces calculs politiques, Israël répond présent dans le déchaînement de la violence et de la barbarie. Or, justement, la Syrie et l'Iran tireront profit une fois de plus des malheurs vécus par le peuple palestinien. En contribuant à la résolution du conflit, Israël enlèverait pourtant à ces pays tout prétexte de s'engager dans une entreprise belliqueuse. En jargon philosophique, on pourrait dire que la résolution du conflit israélo-palestinien est non seulement une affaire de justice au sens déontologique, mais elle est aussi dans une perspective conséquentialiste une source de stabilité pour la région et par le fait même une source de sécurité pour Israël. »

dans Le Devoir (Québec, Canada), 6 janvier 2009, p. a6.

Richard N. Haass, « Bring In the Diplomats »

«...It is too soon to know whether the moderates would win out over the radicals or, as happened in Northern Ireland, many of the radicals would evolve and become more moderate. This should be encouraged; over time, elements of Hamas might conclude that their only hope of realizing a Palestinian state is by trading in their guns. Those willing to embrace this approach could become part of a Palestinian coalition government. There is more than a little urgency to all this. Land is being confiscated; people on both sides of the divide are growing alienated. If this opportunity to create a lasting peace is lost, it would be a tragedy, and not just for Palestinians. Israel needs a successful Palestinian state almost as much as the Palestinians do if it is to remain democratic, Jewish, prosperous and secure. »

Newsweek (États-Unis), 19 janvier 2009, p. 31.

Gouvernance et gouvernement [ 3 janvier 2009 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Israël
IntermédiaireShimon PeresEhud Olmert

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2004 - 2016



mars
2006
[Résultats] Élections législatives

janvier
2009
Intervention militaire israélienne dans la bande de Gaza

février
2009
[Résultats] Élections législatives

novembre
2012
Annonce d'un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas

janvier
2013
Élections législatives en Israël

janvier
2013
[Résultats] Élections législatives

janvier
2014
Décès de l'ex-premier ministre israélien Ariel Sharon

août
2014
Annonce d'un cessez-le-feu mettant fin à un conflit dans la bande de Gaza

mars
2015
Élections législatives en Israël

mars
2015
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


mars
2018
Israël : quand la gauche chute à droite

janvier
2018
Israël : un pays de contrastes socio-économiques

janvier
2018
Avi Gabbay : rejoindre des votes de centre-droit avec un parti de gauche

octobre
2017
Conflit syrien : rencontre entre la Russie et Israël

octobre
2017
Crise identitaire à l'UNESCO

janvier
2017
Shimon Pérès : un bilan ambigu

septembre
2016
Réconciliation à intérêts partagés entre Israël et la Turquie

février
2015
Le Foyer juif brouillera-t-il les cartes aux élections israéliennes ?

février
2015
La place de l'or bleu dans le conflit israélo-palestinien

octobre
2014
Cessez-le-feu entre Israël et la Palestine : du déjà-vu...


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016