23 mai 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

2 mai 2008

Cyclone au Myanmar (Birmanie)

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Cyclone au Myanmar 2008

Du 2 au 3 mai 2008, un cyclone de catégorie 3 nommé Nargis touche la côte sud du Myanmar. Cette catastrophe naturelle, la plus importante de l'histoire du pays, a de graves conséquences sur le plan humain, économique et politique.

Baptisé Nargis, c'est-à-dire narcisse - telle la fleur - en Urdu, ce cyclone s'est formé dans le golfe du Bengale le 27 avril. Il a ensuite rejoint la côte birmane le 2 mai à 5 h 30 (MMT) et l'a suivie avant de s'éteindre 24 heures plus tard. Le bilan humanitaire est de l'ordre de 84 500 morts et 50 000 disparus, avec près de 2,4 millions de personnes touchées. Le bilan des pertes et dommages dans le secteur de l'agriculture et de la pêche est évalué entre 571,583 et 684,654 millions de Kyats, la monnaie nationale. Ces chiffres comprennent les dommages, ainsi que les pertes en équipements et en ressources agricoles (entreposées et en production). L'Organisation des Nations unies (ONU) et l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) estiment les coûts de reconstruction à 1 milliard $ US. Le gouvernement militaire birman sera critiqué pour sa lenteur à accepter l'aide internationale. En effet, la junte militaire n'acceptera l'assistance de l'ASEAN que le 19 mai et elle rejettera même celle des États-Unis. À la suite du cyclone, le gouvernement suscitera des critiques de la communauté internationale en maintenant la tenue d'un référendum sur la question de la réforme constitutionnelle, malgré les milliers de personnes sans habitation et nourriture. Le référendum tenu le 10 mai, soit 8 jours après l'ouragan, assurera, entre autres, au pouvoir militaire 25% des sièges du Parlement et les pleins pouvoirs en cas d'état d'urgence.

Dans les médias...


Francis Deron, « La junte birmane confrontée à un défi humanitaire après le typhon Nargis »

«...La catastrophe survient à un moment délicat pour les militaires birmans qui, depuis dimanche, émettent de timides signes d'ouverture sans rompre avec un culte atavique du secret. La bureaucratie militaire birmane - en tout état de cause mal préparée à des urgences civiles - était mobilisée depuis des semaines pour les préparatifs politiques du référendum devant entériner une nouvelle Constitution, taillée sur mesure pour la junte, destinée à pérenniser son pouvoir à l'aide d'élections très encadrées en 2010. (...) Une pénurie alimentaire mal gérée par les militaires pourrait encore relancer l'agitation antigouvernementale réprimée en 2007. Les gouvernements voisins, la Thaïlande en tête, qui n'ont eu de cesse de ménager la junte birmane face à la critique internationale sur la situation des droits de l'homme dans le pays, risqueraient à leur tour de se trouver en situation embarrassante. Leurs opinions pourraient en effet réclamer d'intervenir directement en faveur de la population en détresse. »

Le Monde (France), 6 mai 2008, p. 5.

Mario Roy, « Malheureux Birmans »

«...L'image évoquée lorsqu'on parle de la « misère se jetant sur le pauvre monde » prend ici toute sa couleur. Et de quoi se soucie, à ce moment-ci, l'oligarchie galonnée de Rangoon? Du référendum qui doit avoir lieu, samedi prochain, destiné à pérenniser le pouvoir de l'armée dans l'improbable cas où une « démocratie disciplinée » (sic) émergerait un jour au Myanmar! La nouvelle constitution donnerait en effet 25% de la représentation parlementaire aux militaires, leur allouant aussi un droit de veto sur toute réforme de la charte. Bref, la junte a refusé d'annuler cette consultation, hier, sauf dans les secteurs les plus dévastés où elle aura lieu deux semaines plus tard. Les cyniques disent qu'au fond, ça ne changera rien: le référendum accouchera d'un « oui » de toute façon, avec l'aide de forceps kaki au besoin. Entre-temps, on apprend que l'État birman, prévenu 48 heures à l'avance de l'imminence du cyclone par les services météo indiens, n'a à peu près rien fait pour préparer la population à ce désastre. Et, après le fait, les secours (le Canada a débloqué 2 millions) n'entrent que péniblement au pays, n'étant autorisés à le faire que sous conditions - on ne sait pas exactement lesquelles. »

La Presse (Québec, Canada), 7 mai 2008, p. a24.

Melinda Liu, « A Curse from the Heavens »

«...The regime put a quick and bloody end to the « Saffron Revolution, » beating and jailing monks and laypeople alike and killing as many as 138, according to the independent Democratic Voice of Burma. Now the monster cyclone, with all its human suffering, is being taken as proof that Sr. Gen. Than Shwe and his junta have lost the « mandate of heaven » - the supernatural right to govern. Regime changes have often seemed to follow natural disasters. Political leaders anywhere can lose vital support after a catastrophe; witness the Republicans' loss of control over Congress in 2006, after Hurricane Katrina. Major earthquakes struck Nicaragua in 1972, China in 1976 and Mexico in 1985; check your history books on what happened there afterward, coincidentally or otherwise. It takes more than a mere natural disaster to topple a dictatorship, but disasters tend to bring out the failings of regimes that are seen as repressive, unpopular, incompetent or corrupt. The Burmese junta is all of the above. It's also extremely resilient; despite repeated demands for a return to civilian rule, the military has hung onto power for 46 years. »

Newsweek (États-Unis), 19 mai 2008, p. 39.

Gouvernance et gouvernement [ 2 mai 2008 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Myanmar
FaibleThan ShweThein Sein

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1998 - 2016



septembre
2007
Début des manifestations de moines bouddhistes au Myanmar (Birmanie)

mai
2008
Cyclone au Myanmar (Birmanie)

novembre
2010
Libération d'Aung San Suu Kyi au Myanmar (Birmanie)

avril
2012
Élection d'Aung San Suu Kyi à l'Assemblée du peuple au Myanmar (Birmanie)

novembre
2015
Élection au Myanmar (Birmanie) de la Ligue nationale pour la démocratie


Dans l'actualité


janvier
2019
Myanmar : des premiers pas timides, mais prometteurs pour le président Win Myint

novembre
2018
Rohingyas : une aide extérieure suffisante?

février
2018
Rohingyas : fuir pour survivre

octobre
2016
Fin d'une longue dictature militaire au Myanmar

novembre
2014
Un exil forcé pour les Rohingyas

février
2014
Démocratie et développement vont de pair au pays d'Aung San Suu Kyi

septembre
2013
Une visite rare : Shinzo Abe de passage en Birmanie

janvier
2012
Un moment birman historique

novembre
2011
Un retour politique pour Aung San Suu Kyi ?

septembre
2010
Un partenariat asymétrique complexe : rencontre sino-birmane à Beijing


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016