23 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

6 octobre 1973

Déclenchement de la guerre du Kippour au Moyen-Orient

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Golda Meir

Une offensive lancée par les armées égyptienne et syrienne lors de la fête juive du Yom Kippour surprend et bouscule les forces israéliennes. L'affrontement se terminera le 25 octobre avec un cessez-le-feu qui sera suivi, en novembre, par un accord de désengagement entre les belligérants.

Depuis les conquêtes effectuées par Israël lors de la guerre des Six jours, en 1967, la question des territoires occupés continue de tenailler le Moyen-Orient. Le 6 octobre 1973, l'Égypte et la Syrie lancent une attaque sur plusieurs fronts qui prend l'armée israélienne par surprise. Celle-ci se ressaisit après quelques jours et reprend l'initiative. Le conflit prend une nouvelle dimension le 17 octobre alors que les dirigeants de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), réunis au Koweït, annoncent une baisse de production et un embargo contre les pays occidentaux qui appuient Israël. Des efforts diplomatiques entraînent un cessez-le-feu, le 25 octobre. Face à la débandade égyptienne, l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) en demande le respect immédiat. Sa menace d'envoyer des troupes dans la région suscite une vive inquiétude qui s'estompe avec la fin des combats. Égyptiens et Israéliens s'entendront sur les modalités du cessez-le feu au kilomètre 101, sur la route entre Le Caire et Suez, le 11 novembre. La crainte inspirée par cette offensive aura des conséquences durables sur la popularité du gouvernement israélien et de la première ministre Golda Meir qui quittera ses fonctions l'année suivante.

Dans les médias...


Jean-François Revel, «Israël peut-il survivre ?»

«...Israël est naturellement voué à la destruction. La guerre du Kippour nous le rappelle. Israël est, pour la décennie qui vient, condamné à disparaître si on laisse jouer le rapport des forces tel qu'il existe et surtout tel qu'il existera. La victoire israélienne de 1967 a été due au talent et à l'organisation, non pas à la supériorité numérique, logistique et militaire pure. A la longue, cette dernière doit nécessairement reprendre le dessus. Or, elle se trouve dans le camp arabe. Si le résultat normal n'est pas pour cette fois-ci, il sera pour la prochaine. Telle est, telle doit être la donnée fondamentale de toute analyse de la situation au Proche-Orient, quelles que soient les sympathies. État minuscule créé par une décision de l'Onu, Israël ne peut survivre que grâce à un consensus international, et, en premier lieu, grâce au consensus des États qui l'entourent. L'argument par lequel les «neutres» évitent de trancher la question de fond : «Israël doit-il exister ou non ?» ne tient plus. Il faut choisir. Et non pas un camp, mais une politique.»

L'Express (France), 15 au 21 octobre 1973, p. 19.

Béchir Ben Yahmed, «Si j'étais juif...»

«...L'important reste que les Arabes ont perdu en 1973 une nouvelle bataille pour la seule et même raison qu'en 1948, 1956 et 1967 : leurs dirigeants politiques ont une fois de plus gaspillé leurs atouts, montrant qu'ils ne sont pas à la hauteur et illustrant que «l'ambition dont on n'a pas la compétence est un crime». Cela dit, et sans céder à aucune comparaison facile avec d'autres situations historiques, j'affirme que cette quatrième guerre israélo-arabe a fait éclater une vérité tellement aveuglante que beaucoup ne vont pas la voir tout de suite. Cette éclatante vérité, c'est que les Arabes viennent certes de perdre une quatrième bataille -ce qui n'est pas grave- mais en même temps, et cela est capital, d'acquérir une énorme certitude : ils vont gagner la guerre. Cette certitude n'affleurera que progressivement dans la conscience des Arabes et dans celle des Israéliens. Mais tout en sera transformé.»

Jeune Afrique (France), 3 novembre 1973, p. 14.

Charles David, «La haine séculaire a repris ses droits au Moyen-Orient»

«...Car en manifestant, sur le plan militaire, une ténacité qu'on ne leur connaissait pas, une rigueur technique dans la formulation de leurs plans de bataille, un courage à affronter, avec calme, les âpretés du combat et, sur le plan politique, une modération dans leurs déclarations et un réalisme en face des contingences, les Arabes ont restauré leur image et acquis ainsi une nouvelle dimension politique. En effet, en démontrant qu'ils étaient prêts à tenter l'impossible pour signifier d'abord à Israël puis aux grandes puissances leur refus de subir cette situation hybride «ni paix ni guerre», les forces armées arabes ont, de surcroît, permis au monde arabe de célébrer la victoire de la fierté retrouvée. On peut supposer que ce prestige nouveau donnera du poids à leurs dirigeants dans la nouvelle partie de poker qui s'annonce. Car, tôt ou tard, les grandes puissances devront se pencher sur les causes réelles du conflit et déterminer les raisons essentielles qui ont poussé les Arabes à brûler leurs cartouches pour débloquer une situation dont ils étaient les seuls à en faire les frais.»

La Presse (Québec, Canada), 13 octobre 1973, p. A5.

Éditorial

«...All of this argues for largely sitting tight. We always have had serious doubts that outside powers, however large and powerful, can impose a political settlement on the Mideast. Attempts by a big power to intervene have seldom led to any easing of tensions and have usually contributed new tensions. Some theorists suggests that Egypt may have planned its strike in hope of getting a stronger position in the negotiations the U.S. has been trying to arrange. If so, that initiative hardly reached a desirable result. If the Israelis inflict serious damage on Syrian and Egyptian military capacities, that in itself might offer the best hope for political stability. Israel and Jordan already have reached an accommodation of sorts, and it seems fair to say that the damage Jordan suffered in 1967 contributed to this end. Israel would be wise to restrain itself from over-reacting to the latest attacks and the U.S. would do well to try to influence restraint. But the U.S. cannot make peace for the Middle East, and failure to recognize that limitation could lead to repetition of the past mistakes that have contributed to the current troubles.»

The Wall Street Journal (États-Unis), 9 octobre 1973.

Éditorial

«...Once the United States took the decision to start resupplying the Israeli armed forces with Phantoms, Skyhawks, and other sophisticated military hardware it was inevitable that the Arab oil-producing states would resort to their much talked of «oil weapon» (...) The Arab producers' unilateral action in raising the price of their crude is a direct offshoot of the military conflict. It is another sign of their awareness of the political and economic clout their oil wealth has given them. For the U.S. the price increase, however irksome, will get absorbed but it will be a severe blow to the low-income consumer. The worst sufferers will be the third-world countries which are having to pay ever more heavily for the cost of development. In the 1967 war Arab oil did not have the significance that it does today. The energy crisis was then only being talked of by the experts who saw it looming on the horizon. But now that an energy shortage is confronting the whole industrial world, the oil weapon has assumed an importance that it would be foolish to underestimate.»

The Christian Science Monitor (États-Unis), 20 octobre 1973.

Gouvernance et gouvernement [ 6 octobre 1973 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Égypte
FaibleAnouar el-SadateAnouar el-Sadate

Israël
ÉlevéEphraim KatzirGolda Meir

Syrie
FaibleAbu Sulayman Hafez el-AssadMahmoud al-Ayyubi

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1968 - 1978



septembre
1970
Décès du président égyptien Gamal Abdel Nasser

octobre
1973
Déclenchement de la guerre du Kippour au Moyen-Orient

novembre
1977
Discours historique du président Anouar el-Sadate devant la Knesset


Dans l'actualité


avril
2019
Égypte : le régime de la terreur d'al-Sissi

octobre
2018
La dette égyptienne : difficile de s'en sortir

mars
2017
Le canal de Suez : un tremplin pour l'économie égyptienne

février
2017
Boutros Boutros-Ghali : un « dirigeant mémorable » des Nations unies

novembre
2016
La justice égyptienne sévère à l'endroit d'un ex-président

novembre
2015
Al-Sissi : de l'armée à la présidence égyptienne

septembre
2015
Afrique : un pas de plus vers l'intégration économique

février
2015
Égypte : la liberté d'expression en danger

décembre
2014
L'armée égyptienne : acteur immuable du pouvoir présidentiel

avril
2014
Égypte : une économie asphyxiée, une destination délaissée


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019