27 février 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

28 novembre 2010

Tenue du deuxième tour de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Laurent Gbagbo

Le deuxième tour de la présidentielle en Côte d’Ivoire, le 28 novembre 2010, se solde dans la controverse alors que les deux candidats en lice, le président sortant Laurent Gbagbo et l’ex-premier ministre Alassane Ouattara, revendiquent la victoire. Gbagbo sera assermenté, avant d’être renversé à la suite d’une intervention armée, en avril 2011.

Laurent Gbagbo devient président de la Côte d'Ivoire en 2000. Son mandat est marqué par un coup d’État raté, en 2002, et un conflit avec des rebelles du Nord du pays, les Forces nouvelles de Côte d’Ivoire. La situation entraîne l'intervention de troupes de la France et des Nations unies. L’accord de Ouagadougou (4 mars 2007) signé par le président et l’ex-leader rebelle Guillaume Soro, qui deviendra premier ministre, vise à ramener la paix et relancer le processus démocratique. Des dispositions favorisent l’éligibilité de plusieurs candidats à la présidentielle du 31 octobre 2010, mais le pays sort divisé : Gbagbo obtient 38 % des voix contre 32,1% pour Alassane Ouattara, un ex-premier ministre (1990-1993) et opposant notoire au chef de l’État. Troisième avec 25,2%, l'ex-président Henri Konan Bédié (1993-1999) appuie Ouattara au second tour, le 28 novembre. Le dévoilement des résultats se fait dans la controverse. La Commission électorale indépendante donne Ouattara provisoirement vainqueur (54,1 % contre 45,9 %), une annonce jugée illégale par Gbagbo, mais généralement bien accueillie par la communauté internationale, dont les Nations unies, la France, les États-Unis, l’Union africaine et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest. Pour sa part, le Conseil constitutionnel invalide les résultats dans le Nord du pays, où des violences ont été commises contre des partisans du président. Celui-ci est donné gagnant (51,45 % contre 48,55 %). Un bras de fer s’engage, des affrontements armés faisant des dizaines de morts et de blessés, ainsi que des centaines de milliers de réfugiés. Appuyées par de l'aide militaire française, les forces favorables à Ouattara gagnent du terrain. Gbagbo est renversé et arrêté le 11 avril 2011 dans le palais présidentiel d’Abidjan. L’ex-président sera transféré devant la Cour pénale internationale peu de temps après. Le 15 janvier 2019, lui et l’un de ses anciens ministres, Charles Blé Goudé, seront cependant acquittés des charges de crimes contre l’humanité, puis libérés sous conditions.

Dans les médias...


Claude Imbert, « Légende d'une tragédie annoncée »

«...L'élection présidentielle de 2010 accouchera de deux présidents. L'un du Nord, Ouattara, reconnu par l'Onu, le ban et l'arrière-ban des Nations. Et face à lui, mauvais perdant, le président sortant, Laurent Gbagbo, élu du Sud. Lequel, ne l'oublions pas, abrite la tête et le coeur de la Nation. (...) Ouattara, économiste de haut vol, gentleman conciliant, adoubé par l'oecuménisme démocrate, va donc diriger un pays exsangue. Ses vraies troupes fidèles sont venues du Nord, et les coeurs du Sud restent, pour lui, à conquérir. Il s'installe dans les fourgons de l'Onu. Et - dernier venin de son rival ! - sous les faisceaux de la France... Gbagbo, enferré dans sa dénégation, illuminé par son épouse et un quarteron d'évangélistes, s'engloutit, broyé par la tragédie. Un peuple assommé titube vers une hypothétique réconciliation. Une page se tourne de l'histoire d'Afrique ! Avec, dans sa marge, griffé à l'encre rouge, le paraphe du professeur Gbagbo. »

Le Point (France), 14 avril 2011, p. 7.

Vincent Hugueux, « Ouattara, la revanche du proscrit »,

«...Voici venu le jour où, à l'usure, avec le concours de l'ONU et de l'ex-puissance coloniale, ADO (Ouattara) peut ceindre pour de bon son écharpe. Mais qu'en fera-t-il ? A-t-il l'étoffe de l'homme d'Etat ? Aura-t-il les épaules assez larges pour endosser ce costume aux allures de cilice ? Une tâche écrasante l'attend : panser les plaies béantes, éradiquer les virus de la haine et de la vengeance, réconcilier les Ivoiriens entre eux et avec eux-mêmes. Mission paradoxale pour ce technocrate libéral et policé, ancien directeur général adjoint du Fonds monétaire international (FMI). « Si ma victoire doit coûter la vie à un seul de mes compatriotes, confiait-il avant l'orage, jamais je ne me le pardonnerai. » Or, et à son corps défendant, il lui aura fallu pour accéder au palais enjamber un monceau de cadavres, dont ceux des civils massacrés dans l'Ouest par les siens. »

L'Express (France), 13 avril 2011, p. 54-58.

Thomas Hufnung, « Pour Laurent Gbagbo, l'heure des comptes a sonné »

«...Depuis l'élection présidentielle de novembre, le chef de l'Etat déchu s'est vu proposer plusieurs fois l'exil, avec sa famille et ses proches conseillers. Il a constamment refusé. Pas question pour un homme qui se présentait comme le champion de la « seconde indépendance » de son pays (après celle de 1960) de quitter le sol ivoirien par la petite porte. Peut-être espérait-il secrètement pouvoir s'exprimer et se défendre devant un tribunal ivoirien. Batailleur dans l'âme et excellent tribun, nul doute que Laurent Gbagbo saura utiliser le moindre prétoire pour défendre son action à la tête du pays. (...) Un tel scénario pourrait se révéler embarrassant pour le nouveau pouvoir d'Abidjan, car Gbagbo bénéficie d'un réel soutien populaire, notamment dans la capitale économique ivoirienne. Son éventuel procès ne risquerait-il pas de réveiller leurs ardeurs « patriotiques » ? De plus, l'indépendance réelle de la justice ivoirienne, en lambeaux après cette crise interminable, ne manquerait pas de susciter la polémique. »

Libération (France), 12 avril 2011, p. 67.

Jocelyn Coulon, « Une paix à bâtir »

«...Le nouveau président, Alassane Ouattara, assume ses fonctions dans des conditions aussi calamiteuses que son prédécesseur. Elles ne sont pas toutes de sa responsabilité, mais les massacres dans l'ouest du pays, qui font l'objet d'une enquête, risquent de l'entacher si ses partisans sont impliqués. Il devra alors sévir contre ses alliés. Ouattara a les moyens de rétablir la paix dans son pays. Il a gagné une première manche en limitant la violence au moment de chasser Gbagbo là où bien des observateurs prédisaient un deuxième Rwanda. Sur le plan politique, bien que vainqueur de l'élection, il ne doit pas oublier que Gbagbo a reçu près de la moitié des suffrages. Il faudra composer avec la situation et ouvrir le plus largement possible les portes afin de mettre en oeuvre un vrai processus de réconciliation nationale. »

La Presse (Québec, Canada), 12 avril 2011, p. A22.

Venance Konan, « ADO peut-il vraiment gouverner ? »

«...Henri Konan Bédié, qui avait créé l'ivoirité pour le contrer (Ouattara), a demandé solennellement à ses supporters de voter pour son ennemi d'hier et il a été massivement suivi. L'exemple de Barack Obama, président américain de père kényan, avait été abondamment cité durant la campagne électorale par de nombreux intellectuels ivoiriens, dont certains soutenaient hier l'ivoirité, pour expliquer qu'un pays aussi métissé que la Côte d'Ivoire ne pouvait plus se bloquer sur l'origine des parents des candidats. Mais si l'ivoirité est enterrée pour certains, il n'en est pas de même pour les partisans de Laurent Gbagbo, qui continuent de qualifier d'étranger le nouveau chef de l'État. Et certains d'entre eux ne cachent pas que leur volonté de s'accrocher au pouvoir tient au fait qu'ils ne veulent pas, précisément, que la Côte d'Ivoire « tombe aux mains de l'étranger ». Durant la campagne électorale, le chef de l'État sortant s'était présenté comme le « candidat 100% pour la Côte d'Ivoire », par opposition à Ouattara. Et ses partisans ne se gênaient pas pour exhiber sur des t-shirts : « Moi, je vote pour mon frère, je vote Gbagbo. » Sont-ils encore nombreux, ceux qui pensent que Ouattara n'est pas ivoirien ? Mathématiquement non, puisqu'une majorité très claire l'a porté au pouvoir. Mais quelle sera l'influence et l'audience de la minorité qui le pense encore ? »

Afrique Magazine (France), avril 2011, p. 38.

Gouvernance et gouvernement [ 28 novembre 2010 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Côte d'Ivoire
TransitionLaurent GbagboGuillaume Kigbafori Soro

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2000 - 2016



octobre
2000
Assermentation de Laurent Gbagbo à la présidence de la Côte d'Ivoire

octobre
2000
[Résultats] Élection présidentielle

décembre
2000
[Résultats] Élections législatives

septembre
2002
Tentative de coup d'État en Côte d'Ivoire contre le président Laurent Gbagbo

octobre
2010
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
2010
Tenue du deuxième tour de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire

décembre
2011
[Résultats] Élections législatives

octobre
2015
[Résultats] Élection présidentielle


Dans l'actualité


novembre
2019
Élection présidentielle ivoirienne 2020 : qu'en est-il à un an du suffrage?

janvier
2019
La population première victime de la grève du personnel de la santé en Côte d'Ivoire

janvier
2018
Sommet Union africaine-Union européenne : plus symbolique que pratique

janvier
2017
Les législatives 2016 : un test pour la démocratie en Côte d'Ivoire

novembre
2012
«Non!», à la libération provisoire de Laurent Gbagbo

février
2011
Côte d'Ivoire : la crise postélectorale persiste

février
2010
La Côte Ivoire plongée dans une nouvelle crise

décembre
2008
Quand Félix Houphouët-Boigny était l'homme de la France

mars
2007
Une Côte d'Ivoire en paix

octobre
2006
Grève des producteurs de cacao en Côte d'Ivoire


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019