Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

13 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

17 janvier 1995

Tremblement de terre d'Haansh Anshin-Awaji (Kobe), au Japon

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Séisme Kobe

Un séisme secoue la ville de Kobe et ses environs. Cette catastrophe est, à ce moment, la plus importante de l'histoire contemporaine du Japon. En plus des nombreux décès et des bâtiments détruits, on observe d'importants impacts économiques.

Surnommé The Great Anshin-Awaji Earthquake, ce séisme a lieu le 17 janvier 1995 à 5h46. Il touche la préfecture de Hyogo avec une magnitude de 7,2 sur l'échelle de Richter. La principale ville touchée est Kobe, mais de nombreux autres centres urbains de la région le sont aussi. On observe un ensemble de secousses à la fois horizontales et verticales. L'épicentre du séisme se situe au nord-ouest de l'île d'Awaji. Par la suite, des écroulements de terrain surviennent près de Nishinomiya et deux tsunamis frappent les villes de Kobe et d'Ei. Cet évènement marque profondément la région. On dénombre un total de 6 434 décès, 43 792 blessés et 316 678 déplacés. Selon les estimations, 10 % des décès sont causés par les incendies. Sur les 639 686 bâtiments touchés, 104 906 sont totalement détruits alors que les feux en consument plus de 7 000. Afin d'aider les sans-abri, on met en place 1 153 espaces de logement temporaires. Toutefois, la majorité des infrastructures sont détruites et il y a des coupures d'électricité et d'eau. La somme des dégâts s'élève à plus de 100 milliards ($US), soit environ 2,5% du produit intérieur brut (PIB) national. Les impacts économiques seront divers, notamment les pertes dues à la destruction du port. Le gouvernement japonais sera critiqué pour son incapacité à répondre rapidement à cette catastrophe, que ce soit sa réticence à accepter l'aide internationale ou son manque de préparation à faire face à un tel évènement. De nombreuses mesures seront adoptées par la suite pour remédier à ces lacunes.

Dans les médias...


Bruno Birolli, « La revanche du poisson-chat »

«...Lourdeurs bureaucratiques, éclatement des services de secours entre les ministères, absence de cellule de crise, faiblesse de l'exécutif...se sont conjugués pour paralyser Toyko. « Le gouvernement a failli dans sa mission, s'insurge le maire de Yokohama, Hidenobu Takahide. Il a été incapable de coordonner les moyens mis en place par les municipalités. » Et la paralysie a encore été aggravée par le statut des forces d'autodéfense (armée), obligées d'obéir aux ordres des mairies. Le modèle japonais de commandement, hiérarchique et parcellisé, a montré son incapacité à faire face à des situations de crise imprévues. Révélateur : le Premier ministre lui-même n'a été averti qu'avec deux heures de retard. (...) Le Japon est une grosse machine qui n'aime pas l'imprévu. La population, elle, est plus rapide. Dès l'annonce du sinistre, les habitants d'Osaka ont bourré leurs sacs à dos de provisions, de bouteilles d'eau minérale et se sont portés à la rescousse de leurs voisins de Kobé. Sans un mot. Et en ordre. »

Le Nouvel Observateur (France), 26 janvier au 1er février 1995, p. 39.

Philippe Pons, « La gestion des secours aux sinistrés de Kobé est vivement critiquée »

«...À la polémique sur les normes de sécurité, les dégâts survenus à Kobé ayant démontré qu'elles étaient insuffisantes et que les experts avaient nourri dans l'opinion publique une confiance infondée en la technique, se sont ajoutées les critiques de plus en plus vives sur la gestion de cette catastrophe, notamment la lenteur et les carences des opérations de sauvetage. Le maire de Yokohama a exprimé son « indignation » et dénoncé « l'incapacité dont a fait preuve le gouvernement ». Dans la seconde puissance économique du monde, le froid, la faim et la soif sont le lot de plus d'un million d'habitants des zones sinistrées qui, cinquante heures après la catastrophe, n'ont plus ni gaz, ni électricité, ni eau, ni toit. (...) Le gouvernement a poliment décliné la plupart des offres d'aide qui lui ont été adressées par les gouvernements étrangers. Mais sa gestion de la catastrophe suscite de plus en plus de critiques. Il semble que les autorités aient pris conscience avec retard de l'ampleur du sinistre et qu'en dépit des moyens financiers et techniques dont dispose le pays l'administration ait été prise de court : une fois de plus, face à une situation exceptionnelle, les pesanteurs de la bureaucratie japonaise et d'un gouvernement fortement centralisé se font sentir. »

Le Monde (France), 20 janvier 1995, p. 4.

Bill Powell, « The Age of Hubris Ends »

«...Japan's superiority complex is gone now, buried by the quake. Stunned at the devastation, many Japanese quickly concluded that their government misled them into thinking that new technology and building codes would keep them safe. Though newer buildings did hold up fairly well, Japan has acquired its own symbol of technological incompetence : the long stretch of the Hanshin Expressway, overturned on its side. In their shock, the Japanese are probably overreacting; foreigners would be wise not to do the same. If anything, the quake, for all the short-run pain it inflicts, is likely to demonstrate the extraordinary strengths of Japanese society - economic and otherwise. (...) Japan has rebuilt before, and now it must again. In other cultures, a looming sense of vulnerability often produces decadence. In Japan, natural calamity means you just work harder. « The culture of diligence, » former trade official Taichi Sakaiya calls it. It is a theme that courses throughout Japanese culture, both old and new. The people don't need to be reminded of what they now must do. They have done it, after all, so many times before. »

Newsweek (États-Unis), 30 janvier 1995, p. 30.

Gouvernance et gouvernement [ 17 janvier 1995 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Japon
ÉlevéAkihito (Tsugu-no-miya)Tomiichi Murayama

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1990 - 2000



février
1990
[Résultats] Élections législatives

novembre
1990
Intronisation de l'empereur japonais Akihito

juillet
1993
[Résultats] Élections législatives

janvier
1995
Tremblement de terre d'Haansh Anshin-Awaji (Kobe), au Japon

octobre
1996
[Résultats] Élections législatives

juin
2000
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


novembre
2018
La peine de mort au Japon : une violation des droits de la personne?

octobre
2017
Tokyo face à plusieurs défis pour les Jeux olympiques

octobre
2017
JEFTA : la réponse euro-japonaise à l'isolationnisme

février
2017
Sommet Russie-Japon : l'économie avant la paix

janvier
2017
Japon : du pain sur la planche pour Murata à la tête de l'opposition

septembre
2016
Les élections japonaises : une ouverture vers une révision constitutionnelle

septembre
2016
Japon : une relance économique risquée

février
2016
Fukushima, Japon : les fantômes du passé ressurgissent

octobre
2015
Le règne d'Ahikito : l'empereur moderne

septembre
2015
Shinzo Abe devant le Congrès américain: une première historique


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016