16 septembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

22 juillet 2011

Attentats contre des cibles politiques en Norvège

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Anders Behring Breivik

Le gouvernement norvégien et de jeunes membres du Parti travailliste (PT) sont la cible de deux attentats meurtriers réalisés par la même personne. Cette double tragédie, qui fait 77 morts, serait la pire du genre à survenir en Norvège depuis la Deuxième Guerre mondiale.

L'après-midi du 22 juillet 2011, une voiture piégée explose à proximité du bureau du premier ministre norvégien, Jens Stoltenberg, et d'autres édifices gouvernementaux. La déflagration fait 8 morts et plusieurs blessés, mais épargne Stoltenberg qui est à sa résidence. Dans les heures qui suivent, l'auteur de l'attentat, Anders Behring Breivik, se rend sur l'île d'Utoya, à une quarantaine de kilomètres de là, où se tient un camp de la Ligue des jeunes travaillistes. Déguisé en policier, il ouvre le feu et abat 69 personnes avant d'être arrêté. Tout indique que le tueur, un jeune homme de 32 ans, aurait agi seul. Il s'agit d'un ex-membre du Parti du progrès, une formation conservatrice qui constitue l'opposition au Parlement norvégien depuis 2005. Dans les heures précédant les attentats, Breivik avait rendu public un volumineux manifeste dans lequel il exprimait des positions extrémistes, teintées notamment de xénophobie, d'islamophobie et d'anti-féminisme. Le PT, la formation au pouvoir, était dans sa mire à cause de ce qu'il considérait comme son attitude trop conciliante et trop molle face à l'immigration, une menace selon lui à l'identité de son pays et même du continent européen. Il dénonce à cet égard l'ex-première ministre Gro Harlem Brundtland qui avait fait une présence sur l'île d'Utoya plus tôt dans la journée du 22 juillet. Des témoignages de sympathie viennent de partout dans le monde et, le 25 juillet, une centaine de milliers de personnes, dont le premier ministre Stoltenberg et le roi Harald V, participent à une marche, dite des fleurs, dans les rues d'Oslo. L'événement suscite aussi plusieurs analyses et réflexions sur la place de l'extrémisme dans le monde politique moderne, particulièrement en Europe.

Pour en savoir plus: Discours de la première ministre norvégienne sur les attentats du 22 juillet 2011

Dans les médias...


André Grjebine, « Norvège : l'innocence perdue du consensus »

«...Reste à se demander si ces événements ne seront qu'un épisode tragique mais sans conséquences durables ou s'ils vont, au contraire, modifier en profondeur la société. Le Premier ministre lui-même, monsieur Jens Stoltenberg, a déclaré à la BBC lundi que : « La Norvège va changer. Il y aura un avant et un après. » Sans doute le plus probable, au vu des déclarations qui ont suivi les tueries, c'est que ces événements dramatiques vont rendre plus difficile encore tout débat sur l'immigration non occidentale et ses conséquences sur la société. La moindre critique sera condamnée comme témoignant d'une opinion d'extrême droite. Le risque de se voir opposer un argument du type : « vous parlez comme Anders Breivik » suffira à réduire au silence quiconque ne partage pas le politiquement correct, ce qui ne signifie pas que l'écrasante majorité des personnes le partage, mais que chacun s'exprime en fonction de ce qu'il pense que les autres pensent. Ce consensus artificiel risque de conduire à une nouvelle montée de tensions inexprimées, avec le risque de nouvelles explosions de violence. »

Libération (France), 29 juillet 2011, p. 20.

Olivier Truc, « Attaque frontale contre le modèle norvégien »

«...La Norvège est aussi, à l'instar de ses voisins, l'un de ces laboratoires de l'Etat providence où la social-démocratie triomphante a bâti une société plus égalitaire, où patrons et ouvriers savent souvent se parler au nom de l'intérêt collectif, où le Parti travailliste social-démocrate est le parti de gouvernement par excellence et le garant du modèle d'Etat providence, la marque des sociétés scandinaves. Tous les dirigeants de ce parti dominant ont défilé depuis les années 1950 sur Utoeya, cette petite île où se déroulait vendredi le camp d'été des jeunesses sociales-démocrates, authentique grand rendez-vous entre jeunes et dirigeants aguerris. Ce genre de rencontre forme l'un des piliers de la vie politique norvégienne où des générations de futurs responsables du royaume ont rêvé de construire l'avenir de leur pays. Frapper là, dans ce pays où la jeunesse est choyée, n'est donc pas le fruit du hasard. Anders Behring Breivik, auteur du massacre, a visé le coeur du rêve et du modèle norvégiens. »

Le Monde (France), 25 juillet 2011.

André Pratte, « Un fou »

«...Parce que ces crimes sont l'oeuvre de fous plutôt que d'organisations terroristes, il est particulièrement difficile pour la police de les prévenir. La Norvège envisagera sûrement de resserrer le contrôle des armes à feu (un tiers des Norvégiens possèdent une telle arme). La police reverra ses méthodes d'intervention, plusieurs soutenant qu'elle fut trop lente à réagir. Mais il ne faut pas se faire d'illusions: comment prévoir qu'un jeune homme, terré dans le sous-sol de la maison familiale, en sortira un jour pour tuer? Il n'y a pas de causes de fond expliquant cette tragédie. La Norvège est un pays privilégié, riche et paisible. S'il est vrai que la droite populiste y a pris du galon au cours des dernières années, ce courant ne prône pas la violence. La société norvégienne apprendra à être plus vigilante. Toutefois, comme l'a souligné le premier ministre, Jens Stoltenberg, les Norvégiens devront éviter de sacrifier ce qui fait la beauté de leur nation : « Nous devons montrer que notre société ouverte peut relever ce défi. La réponse qu'il faut donner à la violence, c'est plus de démocratie. Plus d'humanité, mais jamais la naïveté. » »

La Presse (Québec, Canada), 25 juillet 2011, p. a17.

Jostein Gaarder, Thomas Hylland Eriksen, « A Blogosphere of Bigots »,

«...Conceding that a culturally diverse society raises knotty and complex social and political questions is one thing. It is quite another to state that a multicultural society is impossible, or that Islam is incompatible with democracy. Yet the blogosphere to which Mr. Breivik belonged took these views as a basic premise. It is too early to tell if anything positive can emerge from this tragedy. In the upcoming elections, Norway's Labor Party will likely receive many sympathy votes and the right could be adversely affected by its associations with Islamophobia. In the long run, the situation is less certain. In other Scandinavian countries, Social Democrats have been pushed to the right by anti-immigration parties. We hope that Norway's longstanding consensus about immigration and integration policies will not be eroded. Until last week, Norwegian authorities did not see the far right as a security threat. Mr. Breivik has now shown that those who claim to protect the next generation of Norwegians against Islamist extremism are, in fact, the greater menace. »

New York Times (Etats-Unis), 29 juillet 2011.

Gouvernance et gouvernement [ 22 juillet 2011 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Norvège
ÉlevéHarald VJens Stoltenberg

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2006 - 2016



septembre
2009
[Résultats] Élections législatives

juillet
2011
Attentats contre des cibles politiques en Norvège

septembre
2013
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


novembre
2016
La Norvège, une « pétromonarchie »

mars
2016
Un nouveau marché qui change l'automobile en Europe

février
2014
Le Parti du progrès norvégien enfin au gouvernement

novembre
2012
Le prix Nobel de la paix contesté

septembre
2007
Norvège: Quand pétrole exploité rime avec générosité

septembre
2005
Élection d'un nouveau gouvernement en Norvège


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019