20 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

17 décembre 2011

Décès du leader nord-coréen Kim Jong-il

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Kim Jong-il

La République populaire démocratique de Corée du Nord pleure la mort de son « chef suprême », Kim Jong-il, victime d'une attaque cardiaque. C'est son fils cadet Kim Jong-un, un jeune homme dans la vingtaine, qui lui succédera.

La Corée du Nord, un État asiatique comptant environ 24 millions d'habitants, a été dirigée d'une main de fer entre 1948 et 1994 par Kim Il-sung. Après son décès, c'est son fils Kim Jong-il qui s'impose comme l'homme fort du pays et du Parti des travailleurs qui domine sans conteste la vie politique nord-coréenne. Personnage excentrique, exerçant le pouvoir de façon autoritaire et favorisant le culte de sa personnalité, Kim Jong-il est à la tête d'un État énigmatique, replié sur lui-même, qui demeure largement méconnu du monde occidental. En plus d'avoir une situation économique difficile, la Corée du Nord est classée par plusieurs organisations comme un des pays les moins respectueux des droits de l'homme. Sur le plan militaire, elle compte sur une des armées les plus puissantes au monde. Kim Jong-il souhaite également le développement d'une arme nucléaire, une volonté qui suscite des inquiétudes au sein de la communauté internationale. De nombreuses spéculations entourent l'état de santé du « chef suprême » au cours de son règne, mais tout ce qui concerne celui-ci est teinté d'un certain mystère. Il décède finalement d'une attaque cardiaque le 17 décembre. Il a alors, selon les versions, 69 ou 70 ans. Les Nord-Coréens sont plongés dans un deuil national, les télévisions du monde entier captant les images de foules éplorées, presque hystériques, sur le passage du cortège funèbre. Une des personnalités politiques en évidence à cette occasion est Kim Jong-un. Fils cadet de Kim Jong-il, celui-ci a gravi les échelons et est considéré, malgré son jeune âge - 27 ou 28 ans - , comme l'homme le plus susceptible de prendre les rênes du pays. Ce qui est confirmé à la fin décembre. L'orientation qu'il voudra donner à la Corée du Nord demeure toutefois inconnue.

Dans les médias...


François d'Alancon, Dorian Malovic, « En Corée du Nord, les conditions d'un changement »

«...En dépit d'un contexte économique catastrophique en Corée du Nord et d'un état de malnutrition chronique pour près de 6 millions d'enfants et de personnes âgées, il demeure très improbable de voir le peuple se soulever pour demander la fin du régime communiste. La crédibilité de Kim Jong-il était sans doute très entamée auprès des 22 millions de Nord-Coréens, car il était perçu comme le responsable de la terrible famine de 1995, qui a fait près de 2 millions de morts. Mais il n'existe pas en Corée du Nord de dissidence intérieure organisée capable de proposer une alternative. À moins que certaines factions, au sein de l'armée, puissent vouloir favoriser une évolution sur le modèle chinois : ouverture économique, statu quo politique. Certains observateurs avancent toutefois la possibilité d'un changement politique « plus rapide que prévu » avec l'arrivée d'un jeune leader. Mais rien n'est moins sûr. »

La Croix (France), 20 décembre 2011.

Sébastien Falletti, « Du « soleil » à « l'étoile », d'un Kim à l'autre »

«...En apparence, la succession se déroule sans obstacle et la mise sur orbite de l'héritier semble irrésistible, tant les élites ont intérêt à s'unir autour de lui pour maintenir le système en vie. « Nous ne voyons aucun signe de division interne ou d'opposition à la succession », note John Delury, de l'Université Yonsei, à Séoul. Mais ce scénario optimiste pourrait se lézarder au cours des mois à venir lorsque le jeune homme tentera d'affirmer son pouvoir face à la veille garde. « Les préparatifs de la succession n'étaient pas achevés. Le régime est désormais à la merci de luttes intestines. Il y aura des purges, des meurtres et ceux qui seront évincés deviendront des ennemis des Kim », prédit Wooyeal Paik, de l'Université Sungkyunkwan. L'inexpérience de l'héritier est un handicap dans une culture aux racines confucéennes où la jeunesse s'efface traditionnellement face aux anciens. Là où le dictateur défunt avait eu deux décennies pour préparer son accession au pouvoir suprême, son fils n'aura eu qu'une formation accélérée de trois années alors que le régime fait face à des défis sans précédent et une population désabusée. »

Le Temps (Suisse), 20 décembre 2011.

Serge Truffault, « Succession en Corée du Nord - Gel d'une nation »

«...Pour ce qui est des relations, très délicates, avec la Corée du Sud, il est probable que, hormis quelques escarmouches et échanges de mots d'oiseaux, la situation restera ce qu'elle est pendant longtemps. Il devrait en être ainsi pour la bonne et simple raison que la majorité des Coréens du Sud ne souhaitent plus la réunification. Depuis qu'ils ont scruté les coûts économiques afférents à la greffe des deux Allemagnes, ils estiment que cela signifierait des sacrifices trop exorbitants. En ce qui concerne l'épineux dossier nucléaire, il est plausible que, sur ce front également, le fils va faire comme le faisait le père, soit un moyen de chantage pour obtenir de la nourriture et de l'énergie à petits prix. Autrement dit, le peuple coréen risque fort d'être condamné à des années de vaches maigres. À ce propos, on se rappellera que, avec un PIB par habitant de 1900 $ par année, les Coréens figurent en bonne place au classement des plus pauvres. À l'évidence, pour les Kim et les gradés, le peuple est un embarras. »

Le Devoir (Québec, Canada), 20 décembre 2011, p. A6.

Simon Tisdall, « World Briefing no Internal Power Struggle, At Least For Now »

«...Concerns that the succession crisis could mutate into a nuclear crisis seem misplaced at this point. North Korea's weapons stockpile is understood to be primarily under the control of the armed forces, principally the generals in the NDC rather than the Kim dynasty. Although military by nature, it remains essentially a political tool - a lever used for extracting concessions, respect and aid and assistance from supposedly hostile neighbours. This approach has served the regime well, in the sense that it has been able to maintain itself in power and has avoided foreign intervention despite its appalling economic mismanagement. The new leadership might be expected to continue to use its nuclear programme as a bargaining chip, rather than an offensive weapon. This is not to say, however, that there will not be more nuclear tests or provocative missile launches over the Sea of Japan in the weeks and months to come, depending on how the internal political dynamics play out in Pyongyang. »

The Guardian (Royaume-Uni), 20 décembre 2011.

Gouvernance et gouvernement [ 17 décembre 2011 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Corée du Nord
FaibleKim Jong-ilPak Pong Ju

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2001 - 2016



octobre
2006
Premier essai nucléaire en Corée du Nord

février
2007
Entente sur un éventuel démantèlement du programme nucléaire nord-coréen

décembre
2011
Décès du leader nord-coréen Kim Jong-il


Dans l'actualité


janvier
2019
Les camps de travail en Corée du Nord : un avenir douteux pour l'amélioration des droits humains

janvier
2017
Les problèmes économiques de la Corée du Nord : une affaire d'attitude

octobre
2015
Le contexte nébuleux de la famine en Corée du Nord

mars
2014
Corée du Nord : des pratiques comparables à celles des nazis, selon les Nations unies

février
2013
Nouvel essai nucléaire inquiétant par la Corée du Nord

octobre
2010
Spéculations galopantes sur la succession du dirigeant nord-coréen

octobre
2009
Nucléaire: la Corée du Nord négocie et persiste à tester ses missiles

octobre
2009
La « Corée du Nucléaire »

octobre
2009
Hyundai, un géant en expansion

février
2009
« Élections » en Corée du Nord : un simulacre de « démocratie »


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019