Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

22 juin 2017

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

17 avril 1975

Entrée des Khmers rouges à Phnom Penh

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Pol Pot

La chute du gouvernement dirigé par le maréchal Lon Nol est suivie par la prise de contrôle du Cambodge par les communistes (Khmers rouges). Ils instaureront un régime autoritaire dont la répression entraînera la mort de centaines de milliers de personnes.

Le renversement de Norodom Sihanouk et la prise du pouvoir par le maréchal Lon Nol, en 1970, sont suivis par une lutte sanglante contre l'opposition communiste. Le régime profite du support des Américains. Mais les accords de Paris, conclus avec les négociateurs nord-vietnamiens en janvier 1973, entraînent leur désengagement progressif. Les communistes (Khmers rouges) continuent de gagner du terrain par la suite, forçant Lon Nol à prendre la voie de l'exil en avril 1975. Leur entrée dans la capitale Phnom Penh, le 17 avril, est suivie par l'élimination brutale des partisans de l'ancien gouvernement. L'évacuation des villes et l'instauration d'un régime répressif par les nouveaux dirigeants -collectivisation, travaux forcés- provoquera des centaines de milliers de morts. Le premier ministre Pol Pot (Saloth Sar) devient la figure la plus connue du Kampuchea démocratique, nom que porte ce pays de 7,9 millions d'habitants à partir de 1976. Une guerre avec le Vietnam et une situation intérieure de plus en plus chaotique entraîneront sa défaite en 1979.

Pour en savoir plus: Constitution de la République populaire du Kampuchéa

Dans les médias...


S.A., « Phnom Penh, ville ouverte aux Khmers rouges »

«...Certes, l'installation des « sihanoukistes » à Phnom Penh aurait pu permettre aux États-Unis d'envisager tranquillement l'avenir dans un Cambodge non aligné. Ils auraient pu alors tenter de s'occuper exclusivement du Vietnam où, dans l'immédiat, le GRP, qui réclame l'ouverture des négociations, leur laisse une porte de sortie presque honorable. C'est oublier que le prince Sihanouk avait sa revanche à prendre après cinq ans d'une guerre où il avait été traité avec le plus grand mépris par ses solliciteurs d'aujourd'hui. Qu'on se souvienne qu'il avait offert, avant les négociations de Paris, par l'intermédiaire de Chou En-lai et de Pham Van Dong, d'entrer en contact avec Nixon et Kissinger. Ceux-ci avaient fait la sourde oreille. Cette fois, grand seigneur, Sihanouk s'est donné vingt-quatre heures pour rejeter l'offre américaine et déclarer que ce n'était pas son heure mais celle des Khmers rouges. »

Jeune Afrique (France), 25 avril 1975, p. 71.

Jean Lacouture, « Le retour de Norodom Sihanouk »

«...Les maquisards sont entrés dans la ville. Le gouvernement républicain a capitulé. Le pouvoir était bien au bout du fusil, conformément au précepte chinois. Mais, pour citer un autre commandement maoïste, peut-on dire qu'encerclée par les masses rurales la cité soit tombée « comme un fruit mûr » ? Mûr, Phnom Penh ? Ou abîmé, souillé, avarié par cinq années de guerre civile, d'interventions étrangères et d'intrigues menées par un quarteron d'aventuriers ? Ainsi le Cambodge entre-t-il, au son des roquettes et du canon, dans l'ère du socialisme. La tâche militaire que s'étaient assignés les alliés du 23 mars 1970, sihanoukistes et Khmers rouges réconciliés et rassemblés par l'opération de Lon Nol et Sirik Matak, tentant d'entraîner le Cambodge dans la croisade américaine contre les mouvements révolutionnaires indochinois, est remplie. Il ne leur incombe plus que de faire « le reste », c'est-à-dire d'instaurer le régime pur et dur qui peuple leur rêve dans un pays que ses inclinations ne portent apparemment ni vers la pureté ni vers la dureté. »

Le Nouvel Observateur (France), 21 avril 1975, p. 53.

Georges Vigny, « À la manière de Phnom Penh »

«...Par le jeu intelligent des alliances, les anciens adversaires du maquis khmer de Sihanouk se préparent à ramener le prince au pouvoir dont il a été chassé il y a cinq ans, s'octroyant du fait même la légitimité que représente le revenant. « Chef d'État », l'ancien roi puis prince rentrera à Phnom Penh comme un « symbole » - le mot est de lui. Un indispensable symbole destiné à rallier toutes les forces vives du pays afin de les atteler à la reconstruction d'un Cambodge dévasté. On a beau vouloir faire croire que Sihanouk anti-communiste est l'otage des Khmers rouges, ces derniers sont également, et pour un temps indéterminé, prisonniers de leur alliance avec Sihanouk. C'est dire que si la guerre de libération a été gagnée, c'est parce que Sihanouk a su rendre crédible à travers le monde son Gouvernement royal d'union nationale du Kampuchea, par une inlassable mission de relations publiques, au moment où les Khmers rouges, eux, menaient l'offensive militaire contre la « république » de Lon Nol. Dans la phase immédiate, il est évident que l'un ne peut se passer de l'autre...»

Le Devoir (Québec, Canada), 18 avril 1975, p. 4.

Éditorial

«...The new Cambodian government, dominated by communists, pledged that it would establish a policy of neutrality and nonalignment. How non-aligned it will be will be seen, but it is indisputable, we believe, that it was America's policy that drove a basically nationalistic neutral Cambodia further toward communism. It would be folly to predict the future there. But it would be worse folly to ignore the past and its lessons. Those lessons are complex, and there is potent danger in the temptations to oversimplify them. But one lesson is clear : America's five-year adventure in Cambodia served no one's interests; certainly not a single Cambodian's except perhaps for a few opportunists; certainly not America's. It yielded only misery and pain and death. The basic error was that America was on a wrong path - as it had been from 1954 and earlier. That wrong path could never lead to a just conclusion. The reality of Indochina was that it had come to a time in which it was destined to emerge from a colonialist subservience into nationalism. »

The Philadelphia Inquirer (États-Unis), 20 avril 1975.

Gouvernance et gouvernement [ 17 avril 1975 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Cambodge
TransitionPrince Norodom SihanoukPenn Nouth

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1965 - 1985



mars
1970
Coup d'État au Cambodge destituant le prince Norodom Sihanouk

avril
1975
Entrée des Khmers rouges à Phnom Penh

janvier
1979
Début de l'occupation vietnamienne au Cambodge


Dans l'actualité


janvier
2013
Séjour historique d'Obama en Asie du Sud-Est

septembre
2010
Un premier verdict à Phnom Penh : après 30 ans d'impunité, 30 ans derrière les barreaux

février
2009
D'anciens responsables des Khmers rouges face à la justice internationale

septembre
2006
Ouverture d'un procès historique au Cambodge


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016