22 mai 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

21 novembre 2012

Annonce d'un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Benyamin Netanyahou

Une série d'incidents frontaliers avive les tensions existantes entre Israël et le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza. Elle entraîne une intensification des tirs de roquettes et des frappes aériennes qui font des centaines de morts avant qu'un cessez-le-feu ne soit accepté le 21 novembre 2012.

Les troupes israéliennes évacuent la bande de Gaza en 2005, mais les conflits persistent, entraînant des affrontements armés en différentes occasions. La prise de contrôle du territoire par le Hamas inquiète particulièrement Israël, ce parti, considéré par plusieurs pays comme terroriste, refusant de reconnaître l'existence de l'État hébreu. En 2012, les choses s'enveniment une fois de plus alors que les incidents frontaliers se multiplient et que les tirs de roquettes sur le sud d'Israël s'intensifient. Le 14 novembre, le gouvernement israélien lance l'opération « pilier de défense » avec l'objectif de faire cesser ces tirs et de déstabiliser leurs auteurs. Ahmed Jabari, le chef de l'aile militaire du Hamas, est abattu par une frappe aérienne. Les bombardements s'accentuent de part et d'autre. Des dégâts importants sont observés dans les zones urbaines de Gaza, d'où le Hamas est accusé de cacher des armes, alors que les missiles intercepteurs lancés par la batterie Iron Drome permettent à Israël de limiter les dégâts sur son territoire. Des tractations diplomatiques s'enclenchent, impliquant des représentants des deux parties, les États-Unis ainsi que le nouveau président égyptien Mohamed Morsi. Un accord de cessez-le-feu est conclu au Caire le 21 novembre. Ce conflit survient dans un contexte tendu, Israël s'opposant à la demande de l'Autorité palestinienne d'être reconnue comme un État non-membre par les Nations unies, demande qui reçoit un accueil favorable le 29 novembre. Pour sa part, le gouvernement de Benyamin Netanyahou relance la colonisation en Cisjordanie et dans Jérusalem-Est, une décision annoncée quelques mois avant les élections israéliennes de janvier 2013. Le parti du premier ministre sortant y domine dans les sondages.

Dans les médias...


Adrien Jaulmes, « Comment le Hamas a mené Gaza dans l'impasse islamiste »

«...Devenu un parti de gouvernement, le Hamas voit aussi, comme l'OLP avant lui, se développer des groupuscules plus extrémistes que lui, salafistes et autres, qui le placent devant ses propres contradictions. Leurs tirs de roquettes contre Israël, qui ont fini la semaine dernière par entraîner Gaza dans un nouvel affrontement avec Israël, obligent à présent le mouvement de la résistance islamique à choisir entre deux voies : celle du compromis et d'une trêve avec Israël à des conditions moins favorables que celles qu'il exige officiellement, comme la levée totale du blocus israélien et des garanties de sécurité. Ou bien celle de la fuite en avant. Le cycle de la vengeance enclenché par l'assassinat de Jaabari entraîne à présent le Hamas dans une aventure aux conséquences potentiellement dramatiques pour les habitants de Gaza. Si les tirs de roquettes sur Tel-Aviv et Jérusalem ont restauré momentanément la popularité du Hamas, en lui rendant son aura de symbole de la « résistance » à Gaza et dans le monde arabe, le mouvement doit rapidement choisir entre son idéologie millénariste et les responsabilités d'un gouvernement soucieux de sa population. »

Le Figaro (France), 22 novembre 2012, p. 8.

Sami Cohen, « Faire le pari de M. Abbas »

«...Une nouvelle incursion terrestre est-elle probable ? Elle n'est pas à exclure totalement, mais à quoi servirait-elle ? A détruire toutes les capacités offensives du Hamas et faire cesser les tirs ? Elle ferait d'innombrables victimes civiles. En outre, ce serait une nouvelle fois tomber dans l'illusion qu'une victoire claire et nette serait possible dans un conflit de type asymétrique. Lors de l'opération « Plomb durci » (2008-2009), déjà, les autorités israéliennes avaient clamé fièrement que la « dissuasion avait été rétablie », alors que le Hamas, en refusant le combat, avait préservé tout son potentiel militaire et l'a considérablement renforcé depuis. Moins intenses que dans le passé, les tirs de roquettes palestiniennes depuis 2009 n'ont jamais cessé et les factions les plus radicales n'ont jamais désarmé. La mobilisation des réservistes israéliens est plus destinée à faire pression sur l'issue de cet affrontement pour tenter d'atteindre un accord de cessez-le-feu qui fasse apparaître Israël comme le vainqueur. Il s'agit d'éviter qu'on puisse dire, à quelques mois des élections, que le gouvernement a engagé le pays dans cette nouvelle tourmente « pour rien » ou pour un résultat incertain. »

Le Monde (France) 23 novembre 2012, p.18.

Agnès Rotivel, « La trêve reste à consolider entre Israël et le Hamas »,

«...Qu''on le veuille ou non, le mouvement de la résistance islamique Hamas, ostracisé par l'Union européenne et les États-Unis, ressort comme l'interlocuteur incontournable du dossier palestinien. Soutenu par le Qatar, dont l'émir a été le premier chef d'État arabe à se rendre dans la bande de Gaza le mois dernier, et par la Turquie. Reste à consolider la trêve récente. Le concert de félicitations venu de Washington, Bruxelles, Paris ou de l'ONU s'accompagne de souhaits pressants que le cessez-le-feu débouche sur une solution « durable ». Pour l'heure, la trêve garde un fort goût d'inachevé. Beaucoup de questions restent en suspens : Israël a-t-elle atteint son objectif militaire qui était de détruire l'arsenal du Hamas et notamment les roquettes Fajr 5 fournies par l'Iran qui ont réussi à atteindre Tel-Aviv et Jérusalem ? Le Hamas va-t-il obtenir la levée du blocus israélien et la réouverture des points de passage avec l'État hébreu, qui mettraient un terme à l'étranglement dont souffre surtout la population palestinienne de cette enclave ? Le Hamas est-il en mesure de reprendre le contrôle des factions armées palestiniennes, salafistes, du Djihad islamique, etc., qui alimentent le conflit avec Israël ? Et surtout que veulent les États-Unis ? »

La Croix (France), 22 novembre 2012, p. 8-9.

Claude Lévesque, « Pas de véritable gagnant à Gaza »

«...Le mouvement islamiste au pouvoir (Hamas) a organisé des manifestations dans les rues de Gaza jeudi pour célébrer sa « victoire ». Temporairement à tout le moins, le Hamas est sorti renforcé de son affrontement avec Tsahal, parce qu'il n'a pas hésité à frapper Israël avec un grand nombre de roquettes, dont certaines ont une portée beaucoup plus longue qu'il y a quatre ans, et qu'il pourrait obtenir un allégement du blocus. Mais cette victoire pourrait être éphémère si Israël demeure intransigeant ou si le Hamas est débordé par des factions palestiniennes plus radicales. D'ailleurs, Israël peut-il vraiment s'entendre sur un arrêt des tirs de roquettes et sur l'accès à la bande de Gaza avec un mouvement dont il vient d'éliminer plusieurs chefs ? Ne risque-t-on pas plutôt de voir ces factions radicales sortir renforcées de l'opération Pilier de la défense ? »

Le Devoir (Québec, Canada), 24 novembre 2012.

« Old battles, new Middle East »

«...Can there ever be a lasting peace between Arabs and Jews in the Middle East ? Another round of bloodshed suggests that any such hope is vain. Amid the usual futile arguments over who started it, scores of buildings have been reduced to rubble; more than 140 Palestinians, most of them civilians, and six Israelis have been killed; and, for the first time, missiles from Gaza have landed near Tel-Aviv, Israel's metropolis, and the holy city of Jerusalem. But though the Israelis and Palestinians seem stuck in their ancient conflict, all around them the Middle East is changing. The Arab spring has thrown the pieces up in the air, and, like it or not, the Palestinians and Israelis are caught up in the regional turmoil. Maybe this will make their struggle bloodier than before. However, there are reasons for thinking it could just break their lethal stalemate. »

The Economist (Royaume-Uni), 24 au 30 novembre 2012, p. 13.

Gouvernance et gouvernement [ 21 novembre 2012 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Israël
IntermédiaireShimon PeresBenyamin Netanyahou

null
Non disponible

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2007 - 2016



janvier
2009
Intervention militaire israélienne dans la bande de Gaza

février
2009
[Résultats] Élections législatives

novembre
2012
Annonce d'un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas

janvier
2013
Élections législatives en Israël

janvier
2013
[Résultats] Élections législatives

janvier
2014
Décès de l'ex-premier ministre israélien Ariel Sharon

août
2014
Annonce d'un cessez-le-feu mettant fin à un conflit dans la bande de Gaza

mars
2015
Élections législatives en Israël

mars
2015
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


mars
2018
Israël : quand la gauche chute à droite

janvier
2018
Israël : un pays de contrastes socio-économiques

janvier
2018
Avi Gabbay : rejoindre des votes de centre-droit avec un parti de gauche

octobre
2017
Conflit syrien : rencontre entre la Russie et Israël

octobre
2017
Crise identitaire à l'UNESCO

janvier
2017
Shimon Pérès : un bilan ambigu

septembre
2016
Réconciliation à intérêts partagés entre Israël et la Turquie

février
2015
Le Foyer juif brouillera-t-il les cartes aux élections israéliennes ?

février
2015
La place de l'or bleu dans le conflit israélo-palestinien

octobre
2014
Cessez-le-feu entre Israël et la Palestine : du déjà-vu...


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016