17 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

7 novembre 2013

Passage du typhon Haiyan sur les Philippines

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Typhon Haiyan

Le passage du typhon Haiyan sur les Philippines crée des dommages humains et matériels considérables. On utilise même l'expression « super typhon » pour décrire cette tempête déferlant sur l'Asie qui dévaste notamment la ville de Tacloban, sur l'île de Leyte, dans les Philippines.

D'abord une tempête tropicale, Haiyan gagne en intensité et devient un typhon au moment où elle s'approche des Philippines. Des vents de 270 kilomètres/heure, et des rafales dépassant même les 300 kilomètres/heure, provoquent des vagues énormes et une importante dévastation, particulièrement sur l'archipel de Visayas, dans les Philippines. Malgré l'état d'alerte et la mise en place de mesures d'urgence, Haiyan détruit des infrastructures - transports, communications - ainsi que des milliers de bâtiments, laissant derrière lui des milliers de morts, de blessés et de sans-abris dépourvus d'eau, de nourriture et de médicaments. Des images d'apocalypse de Tacloban, une ville côtière située sur l'île de Leyte, font le tour du monde. Dans un bilan provisoire, les autorités philippines parlent de 4 000 morts et plus de 18 000 blessés. Selon les experts, ce typhon aurait été le plus fort de la saison et, possiblement, le plus puissant de l'histoire récente. Haiyan continuera sa route vers le Vietnam et la Chine, mais perdra de son intensité. La communauté internationale se mobilise pour venir à la rescousse des victimes et de leurs familles. La tâche est colossale : les Nations unies estiment le nombre de personnes touchées, directement ou indirectement, à 11 millions. Le gouvernement philippin intervient, mais des plaintes se font entendre dans les zones concernées relativement à la lenteur et l'inefficacité des secours. S'il est difficile d'estimer les coûts de cette tragédie, on sait d'ores et déjà que l'agriculture, un secteur important dans ces régions, sera grandement affectée. À un autre niveau, le typhon Haiyan relance le débat sur les liens entre l'émission des gaz à effet de serre, le réchauffement climatique et des catastrophes naturelles de cette envergure.

Dans les médias...


Lina Sankari, « Aux Philippines, le temps est compté »

«...Les Philippines se livrent à une véritable course contre la montre afin de dégager l'accès aux régions dévastées par le typhon Haiyan (...) « Nous nous attendons au pire. Au fur et à mesure que l'accès à certains sites se débloque, nous découvrons toujours plus de cadavres », a expliqué John Ging, directeur des opérations du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU. Alors que de nombreuses localités restent inaccessibles, notamment dans le centre du pays, près de 10 millions d'habitants, soit 10 % de la population, auraient été affectés par les vents violents et 660 000 auraient perdu leur maison. Si le temps est compté pour de nombreux rescapés en manque de nourriture, d'eau potable, de médicaments, la situation sanitaire est également source d'inquiétude : les rues en ruine restent jonchées de cadavres en décomposition. À Tacloban, l'une des communes les plus durement frappées, le ministère de l'Intérieur a annoncé avoir dégagé une des grandes artères afin de « récupérer les cadavres » et de premières fosses communes ont été ouvertes. Hier, de nombreux candidats à l'exil se pressaient sur le tarmac de l'aéroport de Tacloban ; parmi eux, des enfants, manifestement orphelins, portaient une pancarte « survivant » autour du cou. Les autorités ont, en outre, envoyé l'armée et instauré un couvre-feu dans certaines villes touchées afin de prévenir les pillages. »

L'Humanité (France), 13 novembre 2013.

Stéphane Foucart, « Des scientifiques plaident pour l'ajout d'un échelon dans la classification des cyclones »

«...avec le réchauffement en cours, l'augmentation de la température des océans est certaine. Et c'est précisément parce que les eaux du Pacifique nord étaient particulièrement chaudes que la puissance de Haiyan a été hors du commun. Cependant, dans son dernier rapport, rendu en septembre, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) estime qu'il n'y a guère plus d'une chance sur deux pour que ce soit le cas. Il juge aussi que les incertitudes de mesure et le manque de recul sont trop importants pour pouvoir attribuer au changement climatique la tendance de l'histoire récente... Une estimation que M. (Kerry) Emanuel (professeur au MIT) juge « trop conservatrice » , de même que de nombreux spécialistes qui s'attendent sans trop de doutes à une recrudescence des cyclones de catégories 4 et 5 dans le siècle en cours. Si la question des liens entre réchauffement et cyclones est toujours en relatif suspens, d'autres effets du changement climatique renforceront leur potentiel destructeur sans l'ombre d'un doute. L'arrivée d'un cyclone sur les côtes s'accompagne toujours d'une « onde de tempête » - ou « marée de tempête » - qui voit la mer s'élever en raison des basses pressions qui règnent au coeur du système cyclonique. »

Le Monde (France), 12 novembre 2013, p. 2.

Philippe Mercure, « Prudence, disent les experts »

«...Vies emportées, maisons brisées, infrastructures ravagées: ceux qui voudraient trouver un coupable pour les dégâts provoqués par le typhon Haiyan se tourneront peut-être vers les changements climatiques. Les scientifiques mettent en garde contre le raccourci, tout en admettant que les monstres comme Haiyan puissent devenir plus fréquents dans le futur. Haiyan est l'un des cyclones les plus puissants jamais enregistrés. On sait que les changements climatiques provoqués par l'homme ont déjà contribué à réchauffer l'eau à la surface des océans. En théorie, cela pourrait provoquer la formation de plus de cyclones ou les rendre plus puissants. Sauf qu'expliquer de cette façon la formation d'un cyclone en particulier est un exercice simpliste que refusent de faire la plupart des scientifiques. «Les cyclones tropicaux extrêmement intenses sont rares, mais ont toujours fait partie de la nature. Nous n'avons pas besoin d'excuses pour les expliquer», a dit à la publication Climate Central l'associé de recherche Brian McNoldy, de l'École des sciences marines et atmosphériques de l'Université de Miami. (...) Les scientifiques sont en général très prudents quand il s'agit de faire le lien entre changements climatiques et cyclones. Dans son dernier rapport publié cette année, le Groupe d'experts international sur l'évolution du climat (GIEC) souligne que la question est complexe et encore mal comprise. »

La Presse (Québec, Canada), 11 novembre 2013, p. 4.

Andrew Jacobs, « Typhoon Response Highlights Weaknesses in Philippine Military »

«...Analysts say the aftermath of the typhoon is a particularly jarring reminder of how badly Philippine forces have fared since the American military withdrew in the early 1990s, after negotiations over a new treaty faltered amid a passionate debate over national sovereignty. In a poor country struggling to overcome a culture of graft that has starved government budgets for years, Filipino leaders have consistently directed resources toward other priorities - in part, analysts say, because they still view the United States, a strong ally, as a safety net. The military budget itself has been pilfered by corrupt government officials under previous administrations. Now that the typhoon has exposed these weaknesses, analysts expect renewed debate about whether the Philippines should allow the United States to do what it has been asking to do: cycle more American troops through the country as part of the Obama administration’s attempt to act as a counterweight to China. With its own conflict looming - China is challenging Philippine claims to some strategic maritime territories - the Philippines has also begun to try to build its own resources. But for the moment, the country has little of the advanced equipment that can be used in rescue and recovery efforts as well as in conflict. »

New York Times (États-Unis), 19 novembre 2013.

Gouvernance et gouvernement [ 7 novembre 2013 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Philippines
IntermédiaireBenigno Aquino IIIposte aboli

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2008 - 2016



mai
2010
[Résultats] Élection présidentielle

octobre
2011
Atteinte du cap des 7 milliards d'habitants sur la Terre

novembre
2013
Passage du typhon Haiyan sur les Philippines

mai
2016
Élection de Rodrigo Duterte à la présidence des Philippines

mai
2016
[Résultats] Élection présidentielle

mai
2016
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


février
2019
L'échec « caché » du référendum philippin

février
2019
Rencontre entre Xi Jinping et Rodrigo Duterte : la renaissance des relations sino-philippines

septembre
2018
Duterte réussit à écarter une autre adversaire aux Philippines

octobre
2017
Philippines : lutter contre la drogue ou contre les droits humains?

février
2017
Philippines : la lutte controversée de Duterte contre la drogue

janvier
2016
L'économie des Philippines : une pente ascendante en 2015

septembre
2014
Philippines : le début d'une ère nouvelle

octobre
2011
Une paix possible entre le gouvernement philippin et le MILF ?

septembre
2009
Décès d'un emblème de la démocratie aux Philippines

novembre
2007
Libération d'un ex-président philippin condamné à perpétuité


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019