11 novembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

25 avril 2015

Tremblement de terre au Népal

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Tremblement de terre au Népal

Le Népal, un des pays les plus pauvres au monde, est frappé par un violent tremblement de terre d'une intensité d'environ 7,8 sur l'échelle de Richter. Plus de 8000 personnes seraient décédées des suites de ce séisme, alors que des milliers d'autres sont blessées ou forcées de se déplacer.

Le Népal est un pays asiatique connu notamment pour ses montagnes, dont l'Everest, le plus haut sommet du monde. Ses 28 millions d'habitants vivent dans des conditions difficiles, avec des revenus moyens figurant parmi les moins élevés sur le globe. Le 25 avril 2015, un violent tremblement de terre, dont l'intensité est évaluée à 7,8 sur l'échelle de Richter, secoue le pays. Son épicentre est situé dans le village de Barpak, à 77 kilomètres au nord-ouest de la capitale, Katmandou. La secousse est ressentie dans quelques pays voisins, comme l'Inde et le Bangladesh, y causant des dommages et même quelques morts. La très grande majorité des quelque 8000 victimes sont toutefois népalaises. Le tremblement de terre fait aussi des milliers de blessés et affecte la vie de centaines de milliers de personnes, dont plusieurs qui doivent se déplacer. Les infrastructures du pays, déjà considérées comme peu adéquates, sont mises à mal. L'électricité est coupée, plusieurs voies terrestres sont rendues impraticables et des centaines de milliers et d'édifices détruits ou endommagés. Même l'Everest est touché alors que des avalanches font plusieurs morts. Il s'agit du plus violent choc du genre à survenir au Népal depuis les années 1930. La communauté internationale se mobilise et les promesses d'aide affluent. On craint cependant le pire pour les récoltes ainsi que l'approvisionnement en eau propre. Les conditions sont également peu propices à la livraison de l'aide, d'autant plus que les répliques se poursuivent dans les jours suivant le séisme. Une énorme tâche de reconstruction s'annonce. Le Népal aura aussi fort à faire afin de regagner la confiance des visiteurs, le tourisme constituant un des principaux piliers de l'économie du pays.

Dans les médias...


Julien Bouissou, « Népal : les secours peinent à atteindre les villages »

«...Les ONG qui viennent d'arriver commencent à peine à évaluer la situation. Comment connaître les besoins de la population alors que les informations sur la situation humanitaire arrivent au compte-gouttes? Le responsable d'une grande ONG internationale qui souhaite rester anonyme craint l'imminence d'une nouvelle tragédie, sanitaire cette fois : « Les secours sont concentrés sur l'évacuation des blessés. Or, les habitants restés dans les villages n'ont déjà plus rien et ils pourront difficilement survivre sans accès à l'eau potable ou sans couverture. » (...) Ce même responsable dit s'inquiéter des cas de pneumonie ou des épidémies de fièvre typhoïde et de choléra. Une solution pour aider les habitants restés coincés dans leur village consisterait à larguer des purificateurs d'eau et donner, par la radio, des instructions pour leur utilisation. Mais toutes ces ONG n'ont pas le pouvoir de décider de la distribution de l'aide. Tout juste peuvent-elles répondre aux besoins de l'administration du district. Cette dernière est critiquée pour sa lenteur et sa désorganisation. Quatre ou cinq fonctionnaires doivent gérer à eux seuls la crise dans la région et coordonner l'organisation des secours. « C'est une catastrophe d'une ampleur sans précédent. Il y a eu des défaillances dans la gestion des opérations de secours, a reconnu mardi soir le ministre népalais des communications, Minendra Rijal. »

Le Monde (France), 30 avril 2015, p. 6.

Guy Taillefer, « Séisme au Népal - bombe tectonique »

«...La catastrophe s'est produite il y a à peine cinq jours que la vie économique reprend son cours. Des banques et des commerces ont rouvert. Des guichets automatiques ont été rebranchés, ce qui est tant mieux, mais ce qui dérange, considérant que le gouvernement n'a même pas eu la présence d'esprit de prendre les précautions élémentaires en stockant de l'eau, des médicaments, des tentes... Heureusement qu'il y a les ONG -- locales et internationales -- et que l'aéroport n'a pas été endommagé. Heureusement que les Népalais ont compris depuis longtemps qu'ils ne pouvaient guère compter que sur eux-mêmes -- pour subvenir à leurs besoins, donner une éducation à leurs enfants. En l'occurrence, les réseaux sociaux ont joué un rôle important sur le terrain, facilitant la mise sur pied d'opérations ad hoc de secours à l'échelle communautaire. Comme en Haïti en 2010. La résilience et la capacité d'« autoguérison » de ces sociétés, rompues à l'économie de survie, sont inouïes. Les Népalais vont en pleurant leurs morts tout rebâtir. Prions-les, cela dit, de le faire en tenant compte un peu plus des normes de construction antisismiques. Ce qui n'est pas trop attendre, même d'un pays pauvre comme le Népal. Bien des vies auraient été épargnées. »

Le Devoir (Québec, Canada), 30 avril 2015, p. A8.

Damien Roustel, « L'économie dévastée d'un pays déjà très pauvre »

«...Pays parmi les plus pauvres d'Asie avec un PIB par habitant de seulement 1 000 dollars, le Népalvoit l'un de ses secteurs économiques clés, le tourisme, dévasté par ce séisme. Les monuments historiques de la capitale, comme la tour Dharahara, sont sous les décombres. Les ascensions de l'Everest, où une vingtaine d'alpinistes ont été tués dans des avalanches provoquées par le tremblement de terre, sont annulées. De nombreuses familles comptent sur les touristes pour joindre les deux bouts. Près de 800 000 visiteurs étrangers, dont de nombreux Chinois, sont venus en 2013 faire du trekking ou du tourisme culturel à Katmandou. L'agriculture est l'autre secteur affecté par ce séisme. Elle emploie 70 % de la population et contribue pour 33 % au PIB du pays. Cette catastrophe a mis en lumière le manque de développement du Népal. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le pays ne compte que 2,1 médecins et 50 lits d'hôpital pour 10 000 personnes. Le Programme alimentaire mondial (PAM), qui se prépare à délivrer une aide massive, est présent au Népal depuis 1964 et avait prévu de venir en aide cette année à quelque 500 000 personnes qui souffraient d'insécurité alimentaire. »

L'Humanité (France), 28 avril 2015.

Richard Spencer, « Day the roof of the world fell in »

«...In Nepal, experts had long feared worse. Two years ago, describing the Kathmandu Valley as the «most dangerous place in the world» for its combination of tectonic fault lines and burgeoning population, local and international experts met to «game» what might happen if a quake of just this intensity struck. They envisaged most buildings collapsing, owing to poor construction standards, aid bottlenecks due to the country's mountain remoteness, looting and an eventual total of 380,000 dead. In the event, modern buildings held up remarkably well. Main roads are open. The small international airport has had to turn away flights because of too little space for planes to park, but is functioning. However, the remoteness is still there, and the sadness for many is that a country that had been developing relatively fast has been disastrously set back. Though far from the worst hit in terms of deaths, particularly striking is the fate of Everest itself, the focus of so much attention and, through trekking and climbing, the major source of foreign revenue. »

Sunday Telegraph (Royaume-Uni), 3 mai 2015, p. 28.

Gouvernance et gouvernement [ 25 avril 2015 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Népal
IntermédiaireRam Baran Yadav Sushil Koirala

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2005 - 2016



avril
2008
[Résultats] Élections législatives

novembre
2013
[Résultats] Élections législatives

avril
2015
Tremblement de terre au Népal


Dans l'actualité


octobre
2017
Népal : une histoire récente marquée par l'instabilité politique

janvier
2016
De sérieux défis pour la première présidente népalaise

septembre
2015
Un nouveau tremblement de terre dévastateur au Népal

septembre
2008
Prachanda, l'espoir du peuple népalais

janvier
2008
Manifestation de soutien à la monarchie au Népal

septembre
2007
Les moines bouddhistes manifestent dans les rues au Myanmar

février
2007
Les maoïstes intègrent le gouvernement au Népal


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019