Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

19 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

21 juillet 1946

Renversement du président bolivien Gualberto Villarroel

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Gualberto Villarroel

Le mécontentement à l'endroit du gouvernement du président Gualberto Villarroel incite des intellectuels et des travailleurs à manifester contre lui et à le renverser avec la complicité tacite des militaires. L'instabilité politique continuera toutefois de hanter la Bolivie pendant les années qui suivent.

Le général Enrique Penaranda prend le pouvoir en Bolivie en avril 1940 avec l'appui des forces conservatrices qui concluent un pacte, le Concordancia. Un mandat difficile, marqué notamment par des problèmes économiques et une sévère répression envers des mineurs à Catavi, en décembre 1942, avive rapidement la grogne à son endroit. Mettant de l'avant un programme de gauche, dont des nationalisations et d'importantes réformes sociales, le Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR) organise l'opposition avec l'aide de militaires réformistes. Penaranda est renversé et remplacé par un autre militaire, le major Gualberto Villarroel. Ce dernier se retrouve à son tour dans une position difficile, entre la droite qui le conteste et un mouvement ouvrier aux revendications croissantes, malgré l'adoption de certaines réformes (reconnaissance des syndicats, pensions de retraite, etc.). La proclamation de l'état de siège, en mai 1946, et des mesures répressives contre des ouvriers suscitent le mécontentement à l'endroit du président. Il culmine le 21 juillet, alors que professeurs, étudiants, travailleurs et autres protestataires s'emparent d'armes et assiègent le palais du gouvernement, dans la capitale La Paz. La violence éclate. Des centaines de personnes sont tuées ou blessées, et le président Villarroel, qui n'a pas l'appui de l'armée, est tué puis suspendu à un lampadaire sur la place Murillo. Des promesses d'élections libres et de restauration des libertés civiles sont formulées. Deux présidents de transition dirigent le pays avant des législatives et une présidentielle, tenues le 5 janvier 1947. Elles sont remportées par le Parti de l'union républicaine socialiste et son candidat, Enrique Hertzog. L'instabilité politique continue cependant de hanter la Bolivie, la contestation entraînant la démission de ce dernier en octobre 1949.

Gouvernance et gouvernement [ 21 juillet 1946 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Bolivie
FaibleNéstor Guillén Olmos

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1944 - 1951



novembre
1945
Admission à l'Organisation des Nations unies (ONU)

juillet
1946
Renversement du président bolivien Gualberto Villarroel


Dans l'actualité


octobre
2017
Extension de la culture de coca en Bolivie : entre viabilité économique et conflit d'intérêts

mars
2017
Une année très chaude pour les Boliviens

septembre
2015
Chili-Bolivie : un vieux conflit maritime porté devant la CIJ

février
2015
G-77+Chine veulent résoudre le problème de pauvreté mondiale

septembre
2013
L'expulsion de l'USAID en Bolivie : un geste controversé mais prévisible

février
2013
Vague de nationalisations en Bolivie

novembre
2010
L'« or blanc » de la Bolivie : l'enjeu national de la prochaine décennie

septembre
2010
Bolivie : une réplique directe à l'Accord de Copenhague

février
2010
Second mandat pour Evo Morales : entre réformes socialistes et économie précaire

janvier
2010
Les Boliviens ont dit oui à Morales


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016