Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

13 novembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

12 juin 2016

Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Bar Pulse à Orlando

Un garde de sécurité de 29 ans, Omar Mateen, sème l'émoi en ouvrant le feu dans le Pulse, une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis, fréquentée surtout par des membres de la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre (LBGT). Son acte, qu'il dit commettre au nom de l'État islamique (EI), fait 49 morts et 53 blessés.

Aux États-Unis, plus de 100 incidents au cours desquels 4 personnes ou plus ont été tuées ou blessées (mass shootings), hormis la personne provoquant l'événement, seraient survenus entre janvier et juin 2016. Le 12 juin, Omar Mateen, un garde de sécurité de 29 ans, entre dans une boîte de nuit d'Orlando, en Floride, lourdement armé. Le Pulse est fréquenté par des membres de la communauté LBGT, mais également par une forte majorité latino à qui la soirée est consacrée. Mateen tue plusieurs personnes avant d'entrer en contact avec les autorités par téléphone. Il affirme alors poser ce geste au nom de l'EI et réclame que les États-Unis cessent leur intervention en Irak et en Syrie. Le tireur avait été interrogé par le Federal Bureau of Investigation dans le passé, mais ne faisait pas l'objet d'une surveillance particulière. Une accalmie de 3 heures précède l'assaut des policiers qui abattent Mateen. Le bilan est terrible : 50 morts, incluant ce dernier, et 53 blessés. Dans les heures qui suivent, l'EI revendique l'attentat. Les enquêteurs ne peuvent toutefois confirmer un lien direct avec le tireur. Cette attaque contre la communauté LBGT est la pire de l'histoire des États-Unis, suscitant une importante mobilisation. Il s'agit aussi du pire attentat dans ce pays depuis les attaques du 11 septembre 2001. Le radicalisme musulman, l'homophobie et d'autres motivations sont avancés pour expliquer ce geste, plusieurs témoignages apportant des perspectives différentes sur Mateen dans les jours suivant la tuerie du Pulse. Le président Barack Obama parle pour sa part d'un « acte de haine et de terreur ». Les armes semi-automatiques du tireur ayant été acquises légalement, la tragédie du 12 juin, qui survient au cours d'une année d'élection présidentielle, relance aussi le débat sur la prolifération des armes à feu aux États-Unis.

Dans les médias...


Jonathan Metzl, « Après Orlando, les armes toujours »

«...lire Orlando comme une menace extérieure, ou comme le reflet de notre politique nationale, est d'autant plus crucial qu'il ne détermine pas seulement deux façons distinctes de traiter le trauma, mais bien deux façons distinctes d'aller de l'avant. Est-ce que, comme le suggèrent les républicains et la NRA, on fait son deuil en construisant des murs et en armant de plus en plus de gens dans nos tours d'ivoire complètement illusoires ou est-ce qu'on regarde à l'intérieur de nous-mêmes et, avec force bon sens, on place au centre la question des armes et de la violence par armes à feu aux États-Unis ? En d'autres termes, est-ce que l'ennemi est à nos portes ou est-ce qu'il est, en partie, «nous-mêmes» ? Dans les mois qui viennent la façon dont les électeurs américains poseront ces questions à leurs représentants donnera forme au récit que nous ferons du terrible massacre d'Orlando. Et, aux élections de novembre, la réponse à ces questions déterminera dans quelle sorte de pays nous souhaitons vivre. »

Libération (France), 24 juin 2016, p. 22.

Joseph Macé-Scaron, « L'après-Orlando »

«...Ce que je sais aussi, c'est que, depuis ce dimanche 12 juin, être homosexuel(le) ne se vivra plus de la même manière parce que s'est installée désormais la claire conscience que cette communauté est une des cibles principales de ce totalitarisme primitif qui vient. Alors, oui, il y aura un avant- et un après-Orlando, et un pendant- aussi durant lequel des politiques auront nié l'homophobie de l'acte mais aussi son lien avec l'islamisme. On aura même entendu des experts en expertologie s'interroger afin de savoir s'il s'agissait d'un acte terroriste ou homophobe ou si l'assassin était un homo refoulé ou un djihadiste ! Quelle différence pour ces existences détruites dont le seul crime était de vivre et non de se mortifier en attendant l'hypothétique futur promis par un ami imaginaire ? Espérons que cet après-Orlando ne soit pas tissé de solitude parce que ce dimanche 12 juin, au-delà de la compassion ou de la tristesse, les homosexuel(le)s ont ressenti combien, à ce grand banquet social, ils ne sont finalement que des invités en bout de table. »

Marianne (France), 17 juin 2016, p. 6.

Philippe Boulet-Gercourt, « Orlando enflamme le duel Trump/Clinton »

«...Le pays a beau avoir consommé du Trump depuis un an, la tournure prise par la campagne depuis dimanche est proprement stupéfiante. Sur le papier, cette tragédie avait pourtant tout pour bénéficier à Donald Trump, si l'on peut oser ce mot obscène en pareille circonstance, sans qu'il soit obligé d'abandonner une retenue élémentaire. Les sondages lui donnent régulièrement une avance de plus de 10 points sur Hillary Clinton pour ce qui est de la capacité à lutter contre le terrorisme, et il lui suffisait d'accentuer l'aspect « radicalisme islamique » pour s'allier les 60% d'Américains qui ont une opinion négative de l'islam. Au lieu de quoi, il est parti en vrille dans l'autosatisfaction, ramenant tout à l'immigration en provenance du monde musulman alors qu'Omar Mateen est né dans la même ville que Trump, New York, en 1986 ! Autrement dit, il a confondu une nouvelle fois la campagne des primaires, où ce genre de propos enflammait les troupes, avec la campagne générale, où le manque de retenue, dans un contexte aussi grave, peut être perçu comme une incapacité à faire preuve des qualités requises pour un homme d'État. »

L'Obs (France), 16 juin 2016, p. 36-37.

Karen Attiah, « We can't ignore America's homegrown homophobia »

«...here is no doubt that the Islamic State has committed unspeakable crimes against those who identify as lesbian, gay, bisexual and transgender. Of course the United States has made impressive strides in marriage equality for gay and lesbian people and, unlike several countries around the world, does not view homosexuality as a crime, punishable -- in some places -- by death. But that this shooting occurred at an LGBT club, during the nation's Pride Month no less, should make us take a moment to pause and reflect on homophobia and transphobia that still exists in our body politic. (...) At this juncture in the Orlando massacre's aftermath, hatred and violence against LGBT people are being treated as exclusively a province of our enemies in the war on terrorism, while we ignore the fact that LGBT people face marginalization and fear for their safety right here at home, particularly youth and transgender people of color. (It shouldn't be forgotten that it was « Latin night » at Pulse, a particularly popular night for the club.) (...) As the days unfold, strong statements about thoughts and prayers, Islamist terrorism and Western freedom, and love and hate will fly around the media-sphere. The United States can't forget to tackle the ways that homegrown ignorance and anti-LGBT rhetoric and violence still contribute to the marginalization of our fellow citizens. »

The Washington Post (États-Unis), 12 juin 2016.

Gouvernance et gouvernement [ 12 juin 2016 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

États-Unis
ÉlevéBarack H. Obama

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2011 - 2016



août
2011
Abaissement de la cote de crédit du gouvernement des États-Unis

septembre
2011
Début du mouvement « Occupons Wall Street » à New York

octobre
2012
Déferlement de l'ouragan Sandy sur les Caraïbes et les États-Unis

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

novembre
2012
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
2012
[Résultats] Élections législatives

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

novembre
2014
[Résultats] Élections législatives

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
2016
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


novembre
2018
Le retour de Mitt Romney, républicain anti-Trump

octobre
2018
Charlottesville : un rassemblement suprémaciste blanc qui a fini en drame

octobre
2018
Cinquante ans plus tard: retour sur l'élection de 1968 et la présidence de Richard Nixon

juin
2018
L'immigration : une stratégie de mi-mandat risquée des républicains

juin
2018
Le pacte faustien de Mike Pence

mai
2018
La seconde plus longue période de prospérité américaine

avril
2018
Les mémoires de James Comey

avril
2018
Une escalade dans les tensions commerciales sino-américaines

avril
2018
Un nouveau Tea Party aux États-Unis

avril
2018
Criminalité en Californie : au-delà des idées reçues


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016