12 novembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

26 février 1986

Assermentation de Corazon Aquino à la présidence des Philippines

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Corazon Aquino

Selon les résultats divulgués initialement, le président sortant, Ferdinand Marcos, aurait remporté l'élection présidentielle qui l'oppose à Corazon Aquino. Des accusations de fraude entraîneront cependant le départ de Marcos et l'accession d'Aquino à la tête du pays.

Ferdinand Marcos préside les Philippines depuis 1965. Peu réceptif aux demandes de libéralisation, il est fortement contesté par les réformistes. Un de ceux-là, le leader de l'opposition Benigno Aquino, est assassiné à son retour d'exil, le 21 août 1983. Les pressions contre le régime s'accentuent et, en décembre 1985, la veuve d'Aquino, Corazon (Cory), annonce sa candidature contre Marcos lors de l'élection présidentielle du 7 février 1986. Le président sortant se déclare vainqueur, mais l'opposition questionne la validité du scrutin et des résultats. Pressé par les États-Unis et l'armée philippine, dont il a perdu le support, Marcos s'exile peu après avoir prêté serment. Corazon Aquino est finalement assermentée le 26 février. Elle compte sur son premier ministre, Salvador Laurel, pour l'aider à redresser une économie malade. Malgré la tenue d'un référendum largement favorable à la nouvelle Constitution, en février 1987, la stabilité du régime sera mise à rude épreuve par de nombreuses tentatives de renversement. Corazon Aquino restera à la présidence du pays jusqu'en 1990.

Pour en savoir plus: Discours inaugural de la nouvelle présidente des Philippines

Dans les médias...


Richard Ward, «Philippines : l'après-Marcos selon Reagan»

«...Même si le nouveau régime ne peut avoir aucune sympathie pour les communistes ou décrits comme tels, il ne saurait manquer de reconnaître que l'écho qu'ils rencontrent est le résultat de l'appauvrissement et de la répression associés à la politique de l'ancien régime. Le gouvernement Aquino doit clairement se démarquer de cette politique et adopter des mesures qui répondent aux espoirs du peuple, du fait, en particulier, qu'il a été porté au pouvoir grâce à un important mouvement populaire. Une des premières mesures annoncées par le Premier ministre Laurel a été une amnistie politique qui s'étendra même aux personnes qui ont rejoint les communistes. Ces mesures peuvent donner à penser que le nouveau régime est conscient de sa dette envers le mouvement populaire. Il s'agit cependant d'un autre problème : le nouveau gouvernement parviendra-t-il, avec les meilleures intentions du monde, à résoudre les besoins économiques pressants d'une grande partie du peuple ?»

Afrique-Asie (France), 10 mars 1986, p. 48.

René Backmann, «La colère de la dame en jaune»

«...Entre l'impopularité de Marcos et l'inexpérience politique de Cory, Reagan est, finalement, tout aussi désemparé que Jimmy Carter devant la «révolution islamique» iranienne. Marcos l'a bien compris. C'est pourquoi il a proposé à la candidate de l'opposition de se joindre à lui dans un futur conseil d'État. Une partie de l'opposition, influencée apparemment par Salvador Laurel, semble déjà envisager cette hypothèse comme une porte de sortie honorable. Le problème est que la colère populaire, dans ce cas, ne sera pas désamorcée. Si l'indécision américaine débouche sur une victoire volée par Marcos, les seuls vrais vainqueurs de l'élection seront les partisans de la violence. Et les Philippines seront peut-être demain ce que redoutaient, il y a trois ans, les experts du département d'État : l'Iran de Reagan.»

Le Nouvel Observateur (France), 14 au 20 février 1986, p. 41.

Frédéric Wagnière, «Renaissance philippine»

«...Mme Aquino possède de gros atouts : elle a recueilli la majorité des voix lors de l'élection présidentielle et elle a attendu que le peuple et l'armée fassent le nécessaire pour chasser son prédécesseur du palais présidentiel. Un à un, les chefs militaires, les leaders politiques et les hauts cadres de l'administration ont manifesté leur soutien à celle que le scrutin avait désignée. Quand le ministre de la Défense et le chef de l'état-major des forces armées ont basculé dans le camp de Mme Aquino, il ne s'agissait pas d'un putsch mais de la défense du pouvoir démocratiquement élu. Cette conversion des élites administratives du pays est importante car Mme Aquino est une néophyte en politique et n'a aucune expérience administrative. Elle a mené sa campagne électorale de main de maître; mais à part sa force de caractère, ses qualités de chef d'État n'ont pas encore eu à se manifester. Il faudra donc qu'elle puisse choisir ses ministres parmi des personnes expérimentées et hautement qualifiées.»

La Presse (Québec, Canada), 26 février 1986, p. B2.

Éditorial

«...So before the next phase begins in earnest, the phase in which the surprise governement must govern and critical attention is turned to this pursuit, it is well to note the magnitude of what Mrs. Aquino and the (former) opposition movement have already achieved. That achievement has been staggering. The elements that went into the campaign and made it work will all be needed in the struggle to come : fortitude, patience, intelligence and a capacity to let the larger interest of the country take precedence over lesser human emotions such as a desire to punish or to have the last word. Great care has been taken to limit the violence. This care must be preserved and extended now as the country gets down to the business of trying to restore the health of its distorted and looted economy, rehabilitate its armed forces, revitalize its political institutions and deal decisively with a communist insurgency that may -we certainly hope so- be the principal loser, next to Ferdinand Marcos, in the events that have taken place.»

The Washington Post (États-Unis), 26 février 1986.

Gouvernance et gouvernement [ 26 février 1986 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Philippines
TransitionMaria Corazon Cojuangco AquinoSalvador Hidalgo Laurel

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1981 - 1991



juin
1981
[Résultats] Élection présidentielle

février
1986
Assermentation de Corazon Aquino à la présidence des Philippines

février
1986
[Résultats] Élection présidentielle

février
1987
Adoption par référendum d'une nouvelle Constitution aux Philippines

mai
1987
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


novembre
2019
Philippines : une parité en devenir?

février
2019
L'échec « caché » du référendum philippin

février
2019
Rencontre entre Xi Jinping et Rodrigo Duterte : la renaissance des relations sino-philippines

septembre
2018
Duterte réussit à écarter une autre adversaire aux Philippines

octobre
2017
Philippines : lutter contre la drogue ou contre les droits humains?

février
2017
Philippines : la lutte controversée de Duterte contre la drogue

janvier
2016
L'économie des Philippines : une pente ascendante en 2015

septembre
2014
Philippines : le début d'une ère nouvelle

octobre
2011
Une paix possible entre le gouvernement philippin et le MILF ?

septembre
2009
Décès d'un emblème de la démocratie aux Philippines


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019