15 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

11 avril 1963

Promulgation de l’encyclique Pacem in Terris

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Jean XXIII

Le pape Jean XXIII innove en adressant à « tous les hommes de bonne volonté », et non seulement aux chrétiens, une encyclique axée sur la paix et l’ouverture entre les peuples et les nations dans un contexte de changement, marqué notamment par la guerre froide. Il s’agit de la dernière encyclique de Jean XXIII qui décédera le 3 juin 1963.

En convoquant le concile Vatican II en 1962, le pape Jean XXIII avait manifesté une volonté d’ouverture de l’Église. Une première session a été complétée à l’automne 1962, lorsque paraît l’encyclique Pacem in Terris, le 11 avril 1963. Celle-ci survient pendant une période de turbulences sur le plan des relations internationales, mais aussi de changements politiques (la décolonisation en Afrique), sociaux et technologiques. Dans Pacem in Terris, qui s’adresse à « tous les hommes de bonne volonté », Jean XXIII lance un appel universel à la tolérance religieuse et à « la paix entre toutes les nations, fondée sur la vérité, la justice, la charité, la liberté ». Il rappelle que l’homme est au centre du monde et que tous, catholiques et non-catholiques, ont droit à la paix, à l’intégrité physique et aux moyens de subsistance permettant leur développement. L’encyclique de 15 000 mots comprend quatre sections : les individus et les droits de l’Homme, l’individu et l’État, le besoin d’égalité entre les nations et celui de plus grandes relations entre celles-ci. Le pape y aborde plusieurs questions liées au thème central : les droits des classes laborieuses, l’entrée de la femme dans la vie publique, la relation entre peuples dominateurs et peuples dominés dans le monde contemporain, etc.. Il s’attarde aussi à la menace que les armes nucléaires posent pour l’humanité, peu de temps après les crises de Berlin et de Cuba et au cœur de la course que se livrent les principales puissances. Aux yeux de Jean XXIII : « si on ne met pas un terme aux expériences nucléaires tentées à des fins militaires, elles risquent d’avoir, on peut le craindre, des suites fatales pour la vie sur le globe ». Pacem in Terris est très bien accueillie dans le monde entier, tant par le secrétaire général des Nations unies, U Thant, que par différents leaders religieux ou des journaux communistes qui louent le message d’ouverture du pape.

Dans les médias...


Georges Jarlot, « Pacem in Terris »

«...La paix ne doit pas être un vain mot, qui dissimule une hostilité permanente, entretenue par la course aux armements qu’elle provoque. L’équilibre de la terreur est instable autant qu’il est injuste : un accident peut le détruire. Voici presque 50 ans, Benoît XV lançait un important message, qui ne fut pas alors entendu, auquel la bonne volonté des États n’a pas encore apporté de réponse adéquate [...] Les Nations n’ont jamais osé, parce qu’elles n’ont jamais pu, ou jamais voulu, se faire confiance les unes aux autres. La défiance engendre la défiance, et la course aux armements, qui en vit et l’entretient, rend de moins en moins possible une détente. Jean XXIII nous invite à cet effort. C’est la partie la plus audacieuse de son encyclique. En termes émus, expression de sa tendresse, il adjure : « Comme Vicaire de Jésus-Christ, traduisant les aspirations les plus ardentes de la famille humaine tout entière, obéissant à l’amour paternel que nous portons à tous les hommes, et à un devoir de notre Ministère, nous adjurons tout le monde et surtout les gouvernements de n’épargner aucun effort pour imprimer aux événements un cours conforme à la raison et à l’humanité. » Sera-t-il entendu? »

Études (France), juin 1963, p. 398.

Jacques Leclercq, « Jean XXIII et les marcheurs de la paix »

«...Jean XXIII reprend, en l’adaptant au moment, ce que ses prédécesseurs n’ont cessé d’enseigner, tout particulièrement Pie XI et Pie XII. En ce qui concerne ce dernier, on pourrait faire un volume de ses interventions sur le désarmement. Le Pape adresse un appel au monde; il dénonce le danger des armements; il exhorte tous les peuples à désarmer. Mais pour les catholiques, le message se traduit par un devoir moral. Les armements ne sont pas l’œuvre d’un génie malfaisant, mais des hommes, et nous en sommes. Le désarmement sera aussi l’œuvre des hommes, et nous en sommes. On ne peut assez le répéter : nous en sommes. Que faisons-nous? [...] Nous touchons ici à un principe général de la vie chrétienne. On n’est chrétien que si on fait quelque chose. Qu’est-ce que nous faisons pour la paix? Le Pape parle pour toute l’humanité et une encyclique n’est pas un traité de morale; mais les appels qu’il lance se traduisent pour chacun de nous en devoir personnel. S’il déclare que, pour le genre humain, le désarmement est un de ses plus graves devoirs, cela signifie pour chacun de nous qu’il doit faire ce qu’il peut pour l’amener. »

La Revue nouvelle (France), 15 mai 1963, p. 500-501.

André Laurendeau, « Si tu veux la paix...»

«...Jean XXIII ne s’adresse pas aux seuls catholiques. Il ne craint pas de sortir de la communauté chrétienne : il dédie sa lettre aux siens, bien sûr, mais en même temps à tous les hommes de bonne volonté; vraiment à tous, sans distinction de foi ou de régime politique, il demande que partout où se trouve un homme de bonne volonté partout on l’entende. Et il parle aux hommes d’aujourd’hui, à ceux de ces temps-ci, dont il relève trois tendances particulièrement significatives : la liberation des classes laborieuses, la libération de la femme, la libération des peuples colonisés. Le mot n’est pas dans l’encyclique, toujours prudente dans ses formulations, mais il correspond à l’idée exprimée par le pape. Les travailleurs, les femmes, les peuples émancipés, constate-t-il, refusent désormais d’être traités comme de purs objets, veulent participer à la vie sociale et politique, donc affirment leur dignité propre, de sorte que s’atténue progressivement chez les autres « le complexe de supériorité qui avait ses racines dans les privilèges socio-économiques, le sexe ou le (standing) politique ». Ici encore, saluons l’optimisme avec lequel Jean XXIII juge d’énormes phénomènes sociaux, dont les premiers effets sont partout perturbants. »

Le Devoir (Québec, Canada), 13 avril 1963, p. 4.

S.A., « Roman Catholics « What we are for »»

«...There was a chorus of praise from leaders of other churches, and U.N. Secretary General U Thant chimed in with « respectful homage » to the Pope for « his great wisdom, vision and courage ». As a description of personal rights and the role of government, Pacem in Terris so closely conformed to Western practice and ideals that the U.S. State Department abandoned its custom of ignoring papal encyclicals and said : « No country could be more responsive than the U.S. to its profound appeal to, and reassertion of, the dignity of the individual, and man’s right to peace, liberty and the pursuit of happiness. » An american diplomat in Rome exulted : « It embodies everything the U.S. has been working for. We couldn’t agree with it more. » The words from the Red world were equally warm. Moscow’s Izvestia, whose Editor Aleksei Adzhubei visited Pope John in March, made it clear that the encyclical met with favor in the Kremlin. Without waiting for guidance from Moscow, leaders of Communist parties in Italy, Belgium and France hailed the peace-loving tone of Pacem in Terris; Paris’ L’Humanité called it a major step toward unity of action for peace, and Poland’s Zycie Warszawy heralded it as an encyclical of « peaceful coexistence ». »

Time (édition canadienne), 19 avril 1963, p. 50-52.

Gouvernance et gouvernement [ 11 avril 1963 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Italie
ÉlevéAntonio SegniAmintore Fanfani

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1958 - 1968



mai
1958
Élection en Italie d'un gouvernement dirigé par Amintore Fanfani

mai
1958
[Résultats] Élections législatives

octobre
1958
Décès du pape Pie XII

octobre
1962
Ouverture du concile Vatican II à Rome

avril
1963
Promulgation de l’encyclique Pacem in Terris

avril
1963
[Résultats] Élections législatives

juin
1963
Décès du pape Jean XXIII

mai
1968
Tenue d'élections législatives en Italie

mai
1968
[Résultats] Élections législatives

juillet
1968
Promulgation de l’encyclique Humanae vitae


Dans l'actualité


novembre
2019
L'Italie face à l'hiver démographique

septembre
2019
Un mandat polarisant pour Mario Draghi à la Banque centrale européenne

septembre
2018
Les 60 ans du décès du pape Pie XII : se souvenir ou oublier?

septembre
2018
L'Italie en voie de remonter la pente

février
2018
Mort de Salvatore Riina : la perte d'une figure emblématique de la mafia sicilienne

février
2018
Vatican : l'entrée au paradis du blanchiment d'argent

février
2018
Saint-Marin : d'un paradis fiscal prospère à un État endetté

octobre
2017
Victoire difficile pour le nouveau président du Parlement européen Antonio Tajani

mars
2017
Limogeage du grand maître de l'Ordre de Malte

février
2017
Crise de la dette publique : l'Italie rattrapée par les décisions du passé


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019