14 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

22 mai 2004

Obtention d’une Palme d’or à Cannes pour le documentaire « Fahrenheit 9/11 »

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Le réalisateur américain Michael Moore cause une surprise en obtenant la Palme d’or au Festival de Cannes pour son documentaire « Fahrenheit 9/11 ». Très critique à l’endroit du président des États-Unis George W. Bush et de son administration, cette production obtiendra un énorme succès commercial, récoltant 224 millions de dollars.

Le réalisateur Michael Moore se fait connaître pour ses documentaires à caractère politique. Dans « Roger & Me » (1989), il s’intéresse aux conséquences économiques et sociales des pertes d’emplois dans l’industrie automobile à Flint, au Michigan. Puis, « Bowling for Columbine » (2002), qui porte sur le contrôle des armes aux États-Unis, lui mérite un prix spécial du jury à Cannes ainsi que l’Oscar du meilleur documentaire. En 2004, Moore lance « Farhenheit 9/11 », dont le titre est inspiré d’un roman de l’auteur de science-fiction Ray Bradbury. Il s’y livre à une critique mordante de l’administration du président américain George W. Bush, en poste depuis 2001. L’élection controversée de 2000, la réaction de Bush aux événements du 11 septembre 2001, les liens entre la famille de ce dernier et l’Arabie saoudite ou la famille d’Oussama Ben Laden ainsi que les circonstances entourant l’intervention des États-Unis en Irak en 2003 sont dans la mire de Moore qui jette également un regard critique sur les médias. La présentation de « Fahrenheit 9/11 » au Festival de Cannes lui mérite une ovation debout du public. Puis, le 22 mai, on lui octroie la Palme d’or accordée au meilleur film de la sélection officielle. C’est le premier documentaire depuis « Le monde du silence » de Jacques-Yves Cousteau et Louis Malle, en 1956, à glaner cette récompense. Considérant l’impopularité de l’intervention américaine en Irak, plusieurs voient cette sélection comme une décision plus politique qu’artistique. Le président du jury, le réalisateur Quentin Tarentino, s’en défend. La sélection des faits amenés, ainsi que leur présentation dans le film, font également l’objet de plusieurs critiques. Après une controverse avec des distributeurs, qui craignent la controverse entourant le sujet du documentaire, « Fahrenheit 9/11 » est lancé en salle en juin. Il établira un record pour un documentaire, obtenant 224 millions de dollars.

Dans les médias...


Samuel Douhaire, « Le vrai héros, c’est lui »

«...le vrai sujet, le vrai héros des documentaires de Michael Moore, c'est Michael Moore. Le réalisateur se met en scène dans le rôle d'un faux candide mais vrai retors : avec son bagout et sa bedaine, il sait amadouer ses interlocuteurs pour mieux, ensuite, leur rentrer dans le lard et les ridiculiser. Dans Fahrenheit 9/11, on le voit aborder tout sourires des parlementaires proguerre pour leur proposer... d'envoyer leurs fils combattre en Irak ! Présent dans toutes les séquences ou presque de ses trois premiers longs métrages, Moore s'est un peu effacé dans Fahrenheit 9/11, même si sa voix, reconnaissable entre mille, demeure omniprésente dans le commentaire. [...] Tous ces éléments sont combinés entre eux par un montage aussi rythmé qu'efficace. Le cinéma de Moore ne supporte pas le temps mort, quitte à ressembler parfois à un zapping échevelé. Dans Fahrenheit 9/11, il pose des questions essentielles (pourquoi l'administration Bush a-t-elle rapatrié la famille Ben Laden en Arabie Saoudite après le 11 septembre ?), mais n'y répond pas, ou si peu, passant trop vite d'un scandale à l'autre. On pourrait également lui reprocher un discours brut de décoffrage, où la volonté de jouer les redresseurs de torts se ferait au détriment du bon goût, de la nuance, voire de la vérité. »

Libération (France), 24 mai 2004, p. 6.

Anne Roy, « Fahrenheit 9/11 ou le triomphe de Michael Moore sur Bush »

«...En récompensant au sommet Fahrenheit 9/11, le jury, présidé par Quentin Tarantino, a fait un choix qui emporte notre adhésion. D'abord, parce que le pamphlet de Michael Moore ose affirmer un point de vue sur l'état du monde, fait d'autant plus notable que ce fut l'unique film de la compétition à se situer spécifiquement dans le champ du politique. Ensuite, parce qu'il s'agit d'un documentaire, genre volontiers considéré comme inférieur [...] Enfin, parce que Moore a su trouver une forme, l'ironie cinglante, lui permettant de dépasser le cercle des convaincus de la nocivité de la politique de Bush vis-à-vis de l'Irak. Certains commentateurs ont voulu voir dans ce choix une décision uniquement politique. Politique, elle l'est certes. À Washington, la Maison-Blanche ne s'y est pas trompée, qui réagissait immédiatement par une déclaration affirmant que cette palme démontre que les États-Unis sont un pays de libre expression, où chacun peut défendre les idées qui sont les siennes. Un tel communiqué est sans précédent. Pour autant, ce serait faire injure à un jury composé d'artistes de renom que de penser que des considérations seulement extra-cinématographiques ont motivé sa décision. Répétons-le haut et fort, Fahrenheit 9/11 est un vrai film de cinéma, une oeuvre qui retrouve magnifiquement les principes d'Eisenstein sur le montage, le choc d'éléments hétérogènes destiné à produire une vérité qui dépasse la simple somme de ses éléments. Nul doute aussi que cette palme est utile, ne serait-ce que pour la sortie de Fahrenheit 9/11 aux États-Unis. »

L’Humanité (France), 24 mai 2004, p. 18.

Jean-Luc Wachtausen, « Michael Moore inaugure la palme politique »

«...Pas de doute, Cannes aura été jusqu'au bout un véritable forum politique, de Sarajevo à l'Afghanistan, de la Maison-Blanche au Moyen-Orient, laissant de côté les bons sentiments ou les bonnes intentions pour opter vers un radicalisme affiché qui plonge le cinéma non plus dans le domaine subversif de l'art mais dans celui, plus irrationnel de l'engagement moral entre le bien et le mal, le faux et le vrai, l'ombre et la lumière, etc. [...] Résultat : un palmarès qui voit la victoire d'un croisé anti-Bush, sûr de la justesse de son combat et tout aussi dangereux que l'ennemi qu'il dénonce dans la mesure où il se croit investi d'une mission : « Convaincre les électeurs américains de renvoyer chez lui l'homme le plus bête qui ait jamais participé à la course à la présidence. » Cette déclaration a le mérite d'annoncer la couleur, celle d'un pamphlet mais suscite quelques questions d'ordre journalistique et déontologique. Du coup, la presse américaine qui n'a pas manqué de critiquer les facilités, les raccourcis et les faiblesses de ce docu-réquisitoire sans débat contradictoire, a posé la bonne question : Moore et son film de propagande auront-ils oui ou non la peau de George W. Bush ? Pour le reste, il y a de quoi être surpris par les déclarations du président Tarantino qui y voit un « grand film », alors qu'il est constitué en grande partie d'images TV recyclées. »

Le Figaro (France), 22 mai 2004, p. 22.

Richard Hétu, « Fahrenheit zéro »

«...une bonne partie de l'Amérique débattra du film " controversé " de Moore, qui escamote une des questions les plus explosives de l'époque, la religion. On comprend Moore de ne pas vouloir s'étendre sur le jihad d'Oussama ben Laden et consorts, qui cherchent à tuer des Américains, à contrarier leurs idées et leurs desseins. Le documentariste engagé ne veut surtout pas compliquer son propos avec un bref aperçu de l'islamisme qui a contribué au 11 septembre 2001. Le simplisme s'impose. Et Cannes, qui hait normalement le simplisme, ovationne le démagogue, s'abaissant à son niveau. La sortie de Fahrenheit 9/11 a donné naissance à un phénomène remarquable au sein de la gauche américaine et européenne, l'apologie vigoureuse de la démagogie. Face à l'énorme propagande de Bush, la manipulation émotive est de rigueur, de même que les demi-vérités, les omissions, voire les mensonges cyniques. En bref, la fin justifie les moyens. Et la fin dont rêve la gauche- et une bonne partie de la planète-, c'est celle de George W. Bush. " Si on dit la vérité au peuple, la République sera sauvée ", dit Michael Moore en citant Abraham Lincoln. Mais le documentariste n'est pas plus intéressé à la vérité que le président Bush. »

La Presse (Québec, Canada), 27 juin 2004, p. A1.

Gouvernance et gouvernement [ 22 mai 2004 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

États-Unis
ÉlevéGeorge W. Bush

France
ÉlevéJacques ChiracJean-Pierre Raffarin

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1999 - 2016



novembre
1999
Ouverture d'une conférence de l'Organisation mondiale du commerce à Seattle

septembre
2000
Ouverture du Sommet du Millénaire à New York

novembre
2000
Élection de George W. Bush à la présidence des États-Unis

novembre
2000
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
2000
[Résultats] Élections législatives

septembre
2001
Attentats terroristes aux États-Unis (11 septembre)

octobre
2001
Bombardements par les Américains et les Britanniques en Afghanistan

septembre
2002
Dévoilement de la doctrine Bush

novembre
2002
[Résultats] Élections législatives

avril
2003
Fin du Projet Génome humain

février
2004
Fondation de Facebook

mai
2004
Obtention d’une Palme d’or à Cannes pour le documentaire « Fahrenheit 9/11 »

novembre
2004
Réélection de George W. Bush à la présidence des États-Unis

novembre
2004
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
2004
[Résultats] Élections législatives

août
2005
Déferlement de l'ouragan Katrina sur le sud des États-Unis

novembre
2006
Tenue des élections de mi-mandat aux États-Unis

novembre
2006
[Résultats] Élections législatives

juin
2007
Commercialisation de l’iPhone 1

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

septembre
2007
Tenue à New York d'une rencontre internationale sur les changements climatiques

octobre
2007
Attribution du prix Nobel de la paix à Al Gore et au Intergouvernemental Panel on Climate Change

juin
2008
Victoire de Barack Obama dans la course à l'investiture démocrate aux Etats-Unis

octobre
2008
Adoption du plan Paulson pour le sauvetage de l'économie américaine

novembre
2008
Élection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

novembre
2008
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
2008
[Résultats] Élections législatives

janvier
2009
Assermentation de Barack Obama à la présidence des États-Unis

juin
2009
Discours de Barack Obama à l'université du Caire

mars
2010
Adoption d'une réforme majeure du système de santé aux États-Unis

avril
2010
Déversement de pétrole dans le golfe du Mexique

juillet
2010
Création par les Nations unies d’une structure pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

novembre
2010
Tenue des élections de mi-mandat aux États-Unis

novembre
2010
[Résultats] Élections législatives

août
2011
Abaissement de la cote de crédit du gouvernement des États-Unis

septembre
2011
Début du mouvement « Occupons Wall Street » à New York

octobre
2012
Déferlement de l'ouragan Sandy sur les Caraïbes et les États-Unis

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

novembre
2012
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
2012
[Résultats] Élections législatives

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

novembre
2014
[Résultats] Élections législatives

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
2016
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


septembre
2019
Harris se démarque lors du premier débat à l'investiture démocrate

avril
2019
L'extrême gauche aux États-Unis à l'ère Trump? Plutôt marginale

mars
2019
Les élections de mi-mandat, ou la ruée vers l'or au pays des droits et libertés

mars
2019
Joe Biden comme antidote au syndrome McGovern

mars
2019
Présidentielle américaine de 2020 : une nouvelle stratégie démocrate, la clé face à Trump ?

février
2019
La Californie brûle à petit feu, ou plutôt à grands feux!

février
2019
Qui a tué le Weekly Standard?

février
2019
Le président Trump frappe encore sur Twitter

février
2019
La persistance du racisme aux États-Unis

février
2019
For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019