Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

16 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

15 mars 1945

Accession de Juan Jose Aravelo à la présidence du Guatemala

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Quelques mois après le renversement d’un régime autoritaire, l’arrivée au pouvoir d’une junte de transition et la tenue d’élections, Juan Jose Aravelo, un homme de gauche modéré, accède à la présidence du Guatemala. Son mandat est marqué par plusieurs réformes progressistes qui se poursuivront en 1951 sous son successeur, Jacobo Arbenz Guzman.

De 1931 à 1944, le Guatemala est dirigé de façon autoritaire par le général Jorge Ubico. En juin 1944, ce dernier doit composer avec les pressions grandissantes des milieux syndicaux et étudiants. Ubico suspend la Constitution et déclare la loi martiale. Il décide néanmoins de quitter le 4 juillet et de céder sa place à une junte de trois généraux dirigée par Federico Ponce Valdez. Celle-ci adopte à son tour des mesures répressives qui accentuent le mécontentement. L’assassinat le 1er octobre d’Alejandro Cordova, le dirigeant du journal d’opposition El Imparcial, favorise un rapprochement entre les contestataires et des militaires. Une nouvelle junte de trois hommes prend le pouvoir de façon transitoire le 20 octobre (la « révolution d’octobre »), alors que Ponce Valdez et Ubico quittent le pays. Aucun membre de cette junte ne participe à l’élection présidentielle tenue du 17 au 19 décembre. Elle se solde par la victoire écrasante de Juan Jose Aravelo (86,2 %), un homme de gauche modéré qui s’était exilé en Argentine depuis les années 1930. Le jour de son assermentation, le 15 mars 1945, une nouvelle Constitution, plus favorable à la liberté d’expression, entre en vigueur. Plusieurs réformes progressistes sont adoptées sous Aravelo, qui prône un « socialisme spirituel », notamment en matière d’éducation, de sécurité sociale et de conditions de travail. Celui-ci souhaite également une plus grande indépendance face aux États-Unis, dont les entreprises sont très actives au Guatemala. L’opposition au président s’organise, mais des tentatives d’assassinat échouent, entre autres grâce à la vigilance du ministre de la Défense, Jacobo Guzman Arbenz. Ce dernier succède démocratiquement à Aravelo le 15 mars 1951 et poursuit ses politiques progressistes. La réforme agraire qu’il instaurera constitue une véritable révolution, avant qu’il ne soit renversé en juin 1954 et remplacé par une junte militaire.

Gouvernance et gouvernement [ 15 mars 1945 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Guatemala
IntermédiaireJuan José Arévalo Bermejo

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1944 - 1955



mars
1945
Accession de Juan Jose Aravelo à la présidence du Guatemala

novembre
1945
Admission à l'Organisation des Nations unies (ONU)

juin
1954
Renversement du président guatémaltèque Jacobo Arbenz


Dans l'actualité


septembre
2018
Référendum au Guatemala : le résultat de tensions territoriales avec le Belize

avril
2018
Ajouter l'insulte à l'injure : Jimmy Morales sur le banc des accusés

février
2017
Le Guatemala n'oubliera pas la fin de la guerre civile de 1960-1996

janvier
2017
Guatemala: entente régionale pour mettre fin à la terreur des maras

janvier
2016
L'élection présidentielle de 2015 au Guatemala: un gagnant inattendu

octobre
2013
L'OÉA : de la prohibition à la légalisation

septembre
2013
Les États-Unis mettent finalement la main sur l'ex-président guatémaltèque Portillo

février
2013
Le procès de l'ancien dictateur Ríos Montt attendu au Guatemala

septembre
2011
Dérapage violent au Guatemala : l'état d'urgence est proclamé

janvier
2010
Dans le prochain épisode de «CSI-Guatemala» : Le président accusé de meurtre


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016