Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

11 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

2 août 1990

Invasion du Koweït par l'Irak

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

George Bush participant à une rencontre au sujet de la guerre en Irak
George Bush Presidential Library and Museum

Deux ans après la fin de la guerre qui l'a opposé à l'Iran, l'Irak envahit le Koweït et procède à son annexion. Cette intervention sera immédiatement dénoncée par l'Organisation des Nations unies (ONU) qui exigera le retrait des troupes irakiennes.

La guerre entre l'Irak et l'Iran (1980-1988) a fait des centaines de milliers de morts et laissé l'économie des deux pays dans un état lamentable. Les combats terminés, l'attention du président irakien Saddam Hussein se tourne vers le Koweït qui refuse d'effacer la dette contractée par l'Irak et nuit aux intérêts de son voisin sur les marchés pétroliers. De plus, un vieux contentieux territorial subsiste entre les deux pays depuis que le Koweït a obtenu son indépendance, en 1961. Des tentatives de médiation échouent et l'armée irakienne passe à l'attaque le 2 août 1990. L'effondrement de la résistance koweïtienne incite l'émir Cheikh Jaber à quitter le pays avec son entourage et à se réfugier en Arabie saoudite. L'ONU réclame immédiatement le retrait des troupes irakiennes, mais Hussein proclame officiellement l'annexion du Koweït qui devient la 19e province de l'Irak. Elle sera dirigée par le colonel Alaa Hussein Ali. Un embargo commercial et militaire sera décrété et, en novembre, l'ONU adoptera une résolution prévoyant le recours à la force contre l'agresseur. Voir : Nouvel ordre mondial

Dans les médias...


Yves Cuau, «L'ordre du monde ébranlé»

«...L'annexion à peine déguisée du Koweït par l'Irak dépasse de loin la zone du chaudron des fureurs du monde arabe ou le problème des approvisionnements pétroliers de l'Occident. Il s'agit de la première grande crise internationale de l'après-guerre froide. L'onde de choc née dans le Golfe illustre aussi bien la connivence que le désarroi des grands dans un paysage bouleversé. La détente entre Washington et Moscou ne peut masquer l'apparition de dangers d'un nouveau type (...) La fin de la «république impériale» aux États-Unis comme la crise qui ébranle l'URSS laissent beaucoup de champ libre aux superpuissances régionales. L'Allemagne unifiée ou le Japon combattront avec les armes de la paix, celles de leur puissance commerciale et technologique, pour réaliser leurs ambitions. Mais ailleurs ? L'annexion du Koweït annonce un danger majeur de cette fin de siècle : la remise en question de certaines frontières héritées de la dislocation des grands empires.»

L'Express (France), 17 août 1990, pp. 4-5.

Simon Malley, «Les trois «casses» du siècle»

«...Il y a, c'est bien simple, droit des forts et droit des faibles, intérêt stratégique pour certaines régions et désintérêt pour d'autres. Trêve d'hypocrisie : dans ce «droit» international à géométrie variable, l'Irak a tout bonnement eu le malheur de s'attaquer à un allié de l'Occident, à un allié-banquier qui plus est, et de se trouver à ce carrefour ultra-sensible que représente l'intersection du pétrole, du Golfe et du monde arabe. C'est justement de ce «droit» international, gouverné comme bon lui semble par l'Occident, qu'est né le Koweït, fruit de calculs -hier stratégiques, aujourd'hui pétroliers- qui n'ont strictement rien à voir avec les intérêts ou aspirations des hommes et des femmes vivant dans la région. Les frontières entre maints pays du tiers monde, sont, il est vrai, de purs artifices légués par les anciennes puissances coloniales. Les contester serait, certainement, une voie dangereuse et à l'issue plus qu'incertaine (...) Comment pourrait-on accepter les cris indignés des dirigeants occidentaux lorsque l'on sait qu'eux-mêmes ont planté, sciemment, les germes du conflit en créant tous ces mini-États du Golfe dont la dépendance inévitable à l'égard de l'Europe ou des États-Unis n'a pu qu'accroître leur servilité?»

Le Nouvel Afrique-Asie (France), septembre 1990, p. 9.

Paul-André Comeau, «La guerre de la démesure»

«...D'abord un coup de bluff qui a permis la hausse du prix du pétrole par l'OPEP. Puis, l'invasion du territoire du Koweït par des troupes aguerries par huit ans de combat. Le maître de l'Irak ne recule devant rien pour mieux asseoir son emprise dans la région du Golfe. Il n'y a plus de doute à entretenir : Saddam Hussein a bel et bien décidé de devenir le maître du Golfe. Cet homme est dangereux. Toutes les capitales semblent en convenir, d'où la hâte à réagir à l'invasion du Koweït, d'où la réprobation unanime (...) il faut signaler l'inévitable part de calcul à moyen et long terme dans cette guerre du désert. Saddam Hussein a inévitablement voulu tirer profit de la modification des flux pétroliers qui commence déjà à se manifester. L'Occident et la plupart des pays consommateurs redeviennent de plus en plus tributaires de l'OPEP. Les économies d'énergie ne sont plus à la mode, le dollar est faible : autant de facteurs qui permettent de prévoir une hausse du prix du brut au cours des prochaines années. Saddam Hussein mise sur l'or noir...du Koweït.»

Le Devoir (Québec, Canada), 3 août 1990, p. 6.

Charles Lane et al., «The Making of a Monster»

«...Saddam styles himself as the defender of the Arab nation against outsiders, but he owes his current position to years of manipulating the strategic designs, wishful thinking and greed of foreign powers. During the eight-year Iran-Iraq war, U.S. strategy followed the old Arab adage, «The enemy of my enemy is my friend.» Even though Saddam started the grisly conflict and was the first to use chemical weapons, the United States and almost every other Western nation turned the other cheek because they saw his ambitions as a lesser evil than Iranian Muslim fundamentalism (...) The strategy made a certain raw geopolitical sense at the time. But today chagrin over Iraq's aggression extends from Paris to Beijing. So, in large measure, does the blame.»

Newsweek (États-Unis), 20 août 1990, p. 29.

Gouvernance et gouvernement [ 2 août 1990 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

États-Unis
ÉlevéGeorge H.W. Bush

Koweït
TransitionSheikh Jabir Al Ahmad Al Jabir Al SabahSheikh Saad Al Abdullah Al Salim Al Sabah

Irak
FaibleSaddam Hussein at-TikritiSaddam Hussein at-Tikriti

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1985 - 1995



avril
1985
Ouverture de la première Conférence internationale sur le sida

janvier
1986
Explosion de la navette spatiale américaine Challenger

novembre
1986
[Résultats] Élections législatives

octobre
1987
Chute des cours sur les marchés boursiers

novembre
1987
Publication du rapport d'une Commission d'enquête sur l'affaire Iran-Contra

décembre
1987
Signature à Washington d'un traité entre les États-Unis et l'Union soviétique sur le contrôle des armes nucléaires

novembre
1988
Élection de George Bush à la présidence des États-Unis

novembre
1988
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
1988
[Résultats] Élections législatives

mars
1989
Déversement d'hydrocarbures en Alaska par l'Exxon Valdez

décembre
1989
Intervention militaire des États-Unis à Panama

août
1990
Invasion du Koweït par l'Irak

novembre
1990
[Résultats] Élections législatives

janvier
1991
Début d'une intervention militaire au Koweït

juillet
1991
Signature du Traité de réduction des armes stratégiques Start

avril
1992
Déclenchement d’émeutes à Los Angeles, aux États-Unis

novembre
1992
Élection de Bill Clinton à la présidence des États-Unis

novembre
1992
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
1992
[Résultats] Élections législatives

décembre
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

novembre
1994
[Résultats] Élections législatives

avril
1995
Attentat terroriste à Oklahoma City, aux États-Unis


Dans l'actualité


novembre
2018
Les États-Unis suffoquent sous la dette

novembre
2018
Le retour de Mitt Romney, républicain anti-Trump

octobre
2018
Charlottesville : un rassemblement suprémaciste blanc qui a fini en drame

octobre
2018
Cinquante ans plus tard: retour sur l'élection de 1968 et la présidence de Richard Nixon

juin
2018
L'immigration : une stratégie de mi-mandat risquée des républicains

juin
2018
Le pacte faustien de Mike Pence

mai
2018
La seconde plus longue période de prospérité américaine

avril
2018
Les mémoires de James Comey

avril
2018
Une escalade dans les tensions commerciales sino-américaines

avril
2018
Un nouveau Tea Party aux États-Unis


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016