Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

24 juin 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

2 novembre 1948

Élection de Harry S. Truman à la présidence des États-Unis

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Harry Truman pendant la campagne de 1948
Library of Congress

Le président sortant, le démocrate Harry S. Truman, cause une surprise en défaisant son adversaire républicain, le gouverneur de l'État de New York, Thomas Dewey. Truman, qui obtient 24 179 347 votes (49,5 %) contre 21 991 292 (45,1 %) pour Dewey, devance ce dernier au chapitre des grands électeurs, 303 contre 189.

Tous les sondages réalisés au cours de la campagne favorisaient Dewey. Convaincu de sa victoire, le « Chicago Tribune » titre même « Dewey defeats Truman » avant que les résultats officiels ne soient connus. La manchette passera à l'histoire alors que Truman renverse les calculs en obtenant l'appui d'un électeur sur deux, ce qui lui permet de devancer ses rivaux dans 28 États sur 48. Le triomphe des démocrates est d'autant plus étonnant que le parti est divisé entre plusieurs candidatures. Le progressiste Henry A. Wallace et le conservateur (« Dixiecrat ») Strom Thurmond, gagnant de quatre États du Sud, récoltent en effet plus d'un million de votes chacun. C'est néanmoins un succès pour les démocrates qui effectuent des gains à la Chambre des représentants et au Sénat où ils sont majoritaires. Il s'agira d'un premier mandat complet pour Truman, âgé de 64 ans, qui est devenu président le 12 avril 1945 à la suite du décès de Franklin D. Roosevelt. Son vice-président sera Alben W. Barkley.

Pour en savoir plus: Discours inaugural du président des États-Unis

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Jacques Ayencourt, «Ils ont voté Roosevelt»

«...Il est certain que toute la campagne de Dewey a été menée sans beaucoup d'énergie par rapport au standard américain; il est important de signaler qu'alors que Truman a dit ce qu'il avait l'intention de faire et qu'il avait déjà montré ce qu'il était capable de faire, Dewey est resté dans un vague tel, sur toutes les questions, qu'il est possible que l'électeur ait pris peur, ne sachant pas où on le menait. Était-ce parce que Dewey était si sûr de vaincre, sinon lui, du moins la machine électorale qui dirige les faits et gestes du candidat ? Il semble plutôt que c'était une tactique. On voulait persuader l'électeur que l'affaire était dans le sac et qu'il ferait mieux de voter pour le candidat couronné par la fortune, ou de s'abstenir de voter, lui démontrer qu'il n'y avait rien à faire contre l'évidence prouvée mathématiquement (...) Ce qu'il y a de certain c'est que l'électeur ne s'est pas laissé faire par la presse, très partiale pendant la campagne, et ne s'est pas laissé impressionner, bien au contraire, par l'assurance un peu hautaine de Dewey.»

Esprit (France), décembre 1948, pp. 884-885.

Henri Pierre, «La victoire de «Babbitt» : Harry S. Truman 33e président des États-Unis»

«...C'est par un sourire affable, une éloquence mesurée et des allures provinciales que le président Truman a su gagner l'affection de ces millions de braves gens, de ces «Babbitt» qui retrouvent en lui l'Américain «moyen» qu'il ne s'est jamais caché d'être. Sa plus grande habileté a peut-être été de reprendre le drapeau du New-Deal, de se présenter comme le champion des petites gens, du «common man» contre Wall Street, comme si le parti démocrate n'avait pas lui aussi ses banquiers et ses hommes d'affaires. Au cours d'une campagne harassante, il n'a pas ménagé ses efforts pour expliquer aux électeurs qu'il était «leur» président que, comme eux, il comprenait leurs inquiétudes devant les perspectives de guerre ou de crise économique. Harry Truman a réussi. Le peuple l'a reconnu comme un des siens et l'a préféré, lui et sa famille sympathique, et parfois encombrante, au trop bien habillé et trop bien peigné gouverneur Dewey. Sportifs de tempérament, les Américains ont soutenu celui qui engageait une partie perdue d'avance.»

Le Monde (France), 5 novembre 1948, p. 2.

S.A., «Au service de la paix mondiale»

«...La lutte électorale qui vient de se terminer d'une manière si inattendue aura permis à M. Truman de faire mieux connaître ses qualités de courage et de persévérance, d'attester aussi qu'il sait fort bien comprendre les sentiments de la masse populaire. Il s'est révélé meilleur juge de ses chances de réélection non seulement que les pronostiqueurs de profession mais encore que certains organisateurs de son propre parti. On s'accorde à dire qu'il a remporté un triomphe bien personnel. Ces qualités d'énergie, d'optimisme et de confiance en soi, le chef de la république américaine aura maintes occasions de les faire valoir pendant les quatre années du mandat qui lui a été confié. Des graves problèmes tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays l'attendent : les droits des États, la lutte contre l'inflation, le code ouvrier, l'alliance militaire dans l'Europe occidentale et l'assistance aux nations amies, autant de passages difficiles à franchir.»

La Presse (Québec, Canada), 4 novembre 1948, p. 6.

Arthur Krock, «In the Nation»

«...The more one looks back on the circumstances of his nomination and the course of his campaign, the more Mr. Truman is established as a master politician and analyst of the people of the United States. It was political mastery which has not been surpassed by the most famous of our politicians to win by a variant of the combination of states that gave Woodrow Wilson his close victory in 1916 from which four normal Democratic Southern states could safely be excluded. And it was acute popular analysis to rely for victory on the contrast between his hot championship of all group grievances and the mild praise of «unity» by his opponent. The national welfare and the President himself may, probably will, pay a burdensome tax on these methods of winning an election. But, viewed purely as tactics, they proved to be sound.»

New York Times (États-Unis), 4 novembre 1948, p. 28.

Gouvernance et gouvernement [ 2 novembre 1948 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

États-Unis
ÉlevéHarry S. Truman

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1944 - 1953



février
1945
Ouverture de la conférence de Yalta

avril
1945
Décès du président américain Franklin Delano Roosevelt

juin
1945
Signature de la Charte de l'Organisation des Nations unies

juillet
1945
Ouverture d'une conférence des alliés à Potsdam

octobre
1945
Admission à l'Organisation des Nations unies (ONU)

janvier
1946
Ouverture de la première session de l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies

novembre
1946
[Résultats] Élections législatives

mars
1947
Proclamation de la doctrine Truman

avril
1947
Intégration raciale du baseball majeur aux États-Unis

juillet
1947
Ouverture d'une conférence à Paris sur le Plan Marshall

septembre
1947
Création de la Central Intelligence Agency aux États-Unis

octobre
1947
Première télédiffusion d'un discours présidentiel de la Maison Blanche aux États-Unis

janvier
1948
Publication du livre « Sexual Behavior in the Human Male » d’Alfred Kinsey

mars
1948
Création de l'Organisation des États américains

novembre
1948
Élection de Harry S. Truman à la présidence des États-Unis

novembre
1948
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
1948
[Résultats] Élections législatives

décembre
1948
Adoption de la Déclaration universelle des droits de l'Homme

avril
1949
Création de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord

novembre
1950
[Résultats] Élections législatives

septembre
1951
Signature du traité de l'ANZUS à San Francisco

novembre
1952
Explosion de la première bombe à hydrogène par les États-Unis

novembre
1952
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
1952
[Résultats] Élections législatives

juin
1953
Exécution de Julius et Ethel Rosenberg aux États-Unis


Dans l'actualité


avril
2018
Les mémoires de James Comey

avril
2018
Une escalade dans les tensions commerciales sino-américaines

avril
2018
Un nouveau Tea Party aux États-Unis

avril
2018
Criminalité en Californie : au-delà des idées reçues

mars
2018
Une nouvelle dynamique en faveur du contrôle des armes aux États-Unis?

mars
2018
Le Nebraska donne enfin son feu vert pour le pipeline Keystone XL

mars
2018
Décès de John Anderson : portrait d'un indépendant

mars
2018
Décès de Thomas S. Monson : une vie consacrée à l'Église mormone

février
2018
Une ville des plus dangereuses : Saint-Louis et sa criminalité

février
2018
L'activisme des célébrités américaines : force politique ou mirage?


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016