Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

16 février 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

4 novembre 1980

Élection de Ronald Reagan à la présidence des États-Unis

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Ronald Reagan
Library of Congress

Ronald Reagan devient le 40e président des États-Unis en défaisant facilement le président sortant, le démocrate Jimmy Carter. Reagan, qui obtient 43 904 153 votes (50,7%) contre 35 483 883 (41%) pour Carter, devance ce dernier au chapitre des grands électeurs, 489 contre 49.

Ex-vedette de cinéma et gouverneur de la Californie (1966-1974), Ronald Reagan devient, à 69 ans, le plus vieux président de l'histoire des États-Unis au moment de son élection. Une économie stagnante et la situation des otages américains en Iran, qui dure depuis novembre 1979, jouent en faveur du candidat républicain qui promet des baisses d'impôt ainsi qu'une hausse du budget de la défense. Le président Carter ne réussit à s'imposer que dans cinq États, dont le sien, la Georgie, et le District de Columbia. John B. Anderson, un membre de la Chambre des représentants, fait également campagne sous la bannière du « National Unity ». Il récolte 5 581 379 votes, soit 6,6% des suffrages exprimés. Cette élection permet aux républicains de prendre la majorité au Sénat, alors que les démocrates contrôlent toujours la Chambre des représentants. Le nouveau vice-président sera George Bush, un ex-ambassadeur des États-Unis aux Nations Unies qui a également dirigé la Central Intelligence Agency (CIA) en 1976-1977.

Pour en savoir plus: Discours inaugural du nouveau président des États-Unis

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Norman Birnbaum, «L'Amérique super-puissance»

«...La prise d'otages, l'échec de l'opération menée pour leur libération ont eu un impact important qu'il est cependant difficile de mesurer, sur l'idée que les États-Unis allaient vers le déclin. Des dizaines de millions d'Américains vécurent comme une humiliation nationale l'épisode de la captivité des otages et l'échec de l'opération «Desert One». Néanmoins, ils se contentaient très bien d'attendre les développements de l'affaire, ils se plaisaient au mélange confortable des grands discours et des petites actions jusqu'à ce que les négociations aient abouti. Les résultats du scrutin suggèrent d'ailleurs que Reagan a été élu en dépit et non grâce aux menaces d'une politique étrangère rigoureuse. Plus précisément, il fut élu après avoir modifié sa rhétorique et s'être présenté en homme de paix. Peut-être que la liesse populaire lors de la libération des otages ne fut que l'expression camouflée du soulagement de ne pas avoir à combattre.»

Esprit (France), avril 1981, p. 60.

Franz-Olivier Giesbert, «Ronnie patte de velours»

«...Si les républicains ont fait un malheur, c'est d'abord et surtout à cause de la crise économique, mais c'est aussi qu'après l'Afghanistan Ronnie a su jeter les bases d'un nouveau nationalisme, face au président de l'humiliation. Il s'est imposé aussi comme le «communicateur» le plus accompli depuis longtemps, à l'ère de la galaxie McLuhan. Après tout, il était logique qu'un acteur finisse par se hisser jusqu'à la Maison-Blanche, sous le règne (despotique) de la démocratie télévisuelle (...) En attendant, Papi Reagan crève l'écran. Qu'importe qu'il ait perdu sur le fond, lors de son grand débat télévisé avec Carter, puisque, sur la forme, il apparaît si maître de lui, si brave aussi, comme le lui ont appris ses quarante ans de «métier». L'Amérique, alors, respira et s'énamoura de ce comédien qui, à soixante-neuf ans, avait enfin trouvé son meilleur rôle : président.»

Le Nouvel Observateur (France), 11 au 16 novembre 1980, p. 25.

Bernard Ullman, «Reagan : le grand tournant»

«...«C'est 1932 à l'envers», grommelle un vieux banquier, qui n'a pas oublié cet autre raz de marée historique qui chassa de la Maison-Blanche un président, un Républicain celui-là, Herbert Hoover, et, avec le New Deal de Franklin Roosevelt, ouvrit la grande ère libérale (...) Quarantième président des États-Unis, Ronald Reagan, le plus vieux président jamais élu pour un premier mandat, a d'abord bénéficié du formidable phénomène de rejet provoqué par les échecs répétés, sur les terrains économique et diplomatique, de son prédécesseur. Mais il est aussi l'élu et le porte-drapeau de la «majorité morale», ce bizarre conglomérat de fondamentalistes du Sud, d'individualistes forcenés de l'Ouest, de conservateurs à tous crins, de travailleurs manuels de grands États industriels, exaspérés par l'inflation et le chômage. «La lune de miel ne durera pas», prévoyait, quelques heures après l'annonce des résultats, un chroniqueur conservateur bien connu. «Trois mois après son accession à la Maison-Blanche, Reagan va commencer à décevoir ses amis.»

L'Express (France), 15 novembre 1980, p. 41-42.

Éditorial

«...Whether that mandate is a call for radical or centrist conservatism is the question that now intrudes itself most sharply. Militantly conservative religious and other groups poured immense work and money into turning out of office some of the most nationally known Democratic liberals in the Senate and the House. But are the majority of Americans asking for a sharp swing rightward - not only on the economy and defense but on such social issues as abortion, women's rights, and prayer in the schools ? Or are they simply saying they want more effective administration, with less government intrusion, better economic performance, and a steadier, more forceful hand on foreign policy ? We tend to think the latter. The fact that John Anderson and Mr Carter together captured 48 percent of the popular vote at least tempers the Reagan sweep and suggests that the voter mainstream is toward the center side of the right - not the extreme.»

The Christian Science Monitor (États-Unis), 6 novembre 1980.

Gouvernance et gouvernement [ 4 novembre 1980 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

États-Unis
ÉlevéJimmy Carter

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1975 - 1985



juillet
1975
Première rencontre de cosmonautes américains et soviétiques dans l'espace

novembre
1975
Ouverture du sommet des six nations les plus industrialisées à Rambouillet

novembre
1976
Élection de Jimmy Carter à la présidence des États-Unis

novembre
1976
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
1976
[Résultats] Élections législatives

janvier
1977
Présentation du dernier épisode de la série télévisée « Roots » aux États-Unis

septembre
1977
Signature d'une entente à Washington sur le canal de Panama

avril
1978
Présentation aux États-Unis du dernier épisode de la mini-série télévisée Holocauste

juillet
1978
Naissance du premier « bébé éprouvette »

novembre
1978
[Résultats] Élections législatives

mars
1979
Accident à la centrale nucléaire de Three Mile Island

juin
1979
Signature d'une entente sur la limitation des armes stratégiques (Salt II)

décembre
1979
Annonce de l'installation des fusées Pershing II en Europe

février
1980
Conquête à Lake Placid d'une médaille d'or olympique par l'équipe de hockey sur glace des États-Unis

mai
1980
Éruption du Mont St Helens, aux États-Unis

juin
1980
Lancement du Cable News Network aux États-Unis

novembre
1980
Élection de Ronald Reagan à la présidence des États-Unis

novembre
1980
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
1980
[Résultats] Élections législatives

janvier
1981
Dévoilement de la doctrine Reagan

mars
1981
Tentative d’assassinat sur le président des États-Unis, Ronald Reagan

avril
1981
Lancement de la navette spatiale Columbia

août
1982
Présentation des premiers jeux gays à San Francisco, aux États-Unis

novembre
1982
[Résultats] Élections législatives

décembre
1982
Implantation du premier coeur artificiel

janvier
1983
Nomination de l'ordinateur personnel comme « machine de l'année » pour 1982

mars
1983
Lancement de l'Initiative de défense stratégique par les États-Unis

novembre
1983
Présentation du film « The Day After » aux États-Unis

mai
1984
Annonce du boycott des Jeux olympiques de Los Angeles par l'Union soviétique

novembre
1984
Réélection de Ronald Reagan à la présidence des États-Unis

novembre
1984
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
1984
[Résultats] Élections législatives

avril
1985
Ouverture de la première Conférence internationale sur le sida


Dans l'actualité


février
2019
For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?

janvier
2019
Fahrenheit 11/9 : Michael Moore manque de nouveau la cible avec son plus récent documentaire

décembre
2018
Un véritable tsunami démocrate

novembre
2018
Les États-Unis suffoquent sous la dette

novembre
2018
Le retour de Mitt Romney, républicain anti-Trump

novembre
2018
Une dangereuse transformation de la politique américaine?

octobre
2018
Charlottesville : un rassemblement suprémaciste blanc qui a fini en drame

octobre
2018
Le plus atypique de tous les présidents américains

octobre
2018
Cinquante ans plus tard: retour sur l'élection de 1968 et la présidence de Richard Nixon

septembre
2018
Au-delà du nationalisme économique de Trump


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016