Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

21 février 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

6 novembre 1984

Réélection de Ronald Reagan à la présidence des États-Unis

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Visite de Ronald Reagan à la NASA
NASA

Le président sortant, le républicain Ronald Reagan, remporte une victoire facile sur le candidat démocrate Walter Mondale. Reagan, qui obtient 54 455 075 votes (58,8 %) contre 37 577 185 (40,6 %) pour Mondale, devance ce dernier au chapitre des grands électeurs, 525 contre 13.

Les 73 ans de Reagan ne semblent pas un enjeu pour l'électorat américain qui donne un retentissant vote de confiance à son président. Emporté par ce balayage, Walter Mondale ne réussit qu'à remporter « son » État, le Minnesota, ainsi que le District de Columbia. Avec 525 grands électeurs, Reagan éclipse un record établi par Franklin D. Roosevelt en 1936 aux dépens du républicain Alfred Landon. Une reprise vigoureuse de l'économie et le charisme du président jouent un rôle important dans cette réélection qui permet aux républicains de garder le contrôle du Sénat et de faire des gains à la Chambre des représentants. Celle-ci reste néanmoins dominée par les démocrates. L'élection présidentielle de 1984 donne lieu à une première alors que Mondale choisit une femme, Geraldine Ferraro, pour être sa colistière. George Bush, considéré par plusieurs comme un futur candidat à la présidence, demeure le vice-président.

Pour en savoir plus: Discours inaugural du président des États-Unis

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Donald Hazen et Colin Greer, «Les suffrages et le pouvoir de l'argent»

«...Reagan est un chef d'État qui, en dépit d'une politique impopulaire et d'une corruption bien connue, a su éviter que les échecs de son administration ne «lui collent à la peau». Paradoxalement, bien qu'il soit président depuis quatre ans, il se présente aux élections contre le «gouvernement», esquivant toute responsabilité pour ce qui est politique et il y parvient. L'offensive néo-conservatrice contre le rôle joué par le gouvernement dans le contrat social hérité du New Deal, n'a suscité que peu de résistance à l'échelon national de la part des grandes masses les plus touchées par la politique de Reagan. Typiquement, ils ne votent pas. À vrai dire, quel que soit l'espoir que l'élection de 1984 marque un renouveau progressiste tout est centré sur le fait de renverser la tendance à l'abstention et d'accroître de façon importante l'inscription sur les listes électorales et la participation au vote. En 1980, 27% de l'électorat a élu ce président qui a brigué un mandat pour démanteler les cinquante ans de législation initiée par le New Deal. On avait espéré que la perspective de quatre ans d'un tel mandat provoquerait un rejet populaire sous forme de raz de marée.»

Les Temps modernes (France), octobre 1984, p. 761.

Alan Berger, «Les média et l'image»

«...Voilà le génie de Reagan. Il apaise les craintes des gens à qui il est le plus susceptible de nuire en les persuadant qu'il est exactement comme eux et que c'est la raison pour laquelle il ne pourrait jamais envisager un tel projet. Reagan n'est pas un démagogue au sens traditionnel du terme. Il n'a absolument rien d'un Mussolini. Son pouvoir de persuasion et de mystification sont propres à l'Amérique et à l'époque de la télévision. Il se peut qu'il soit ignorant, qu'il soit un acteur paresseux, une figure de proue de la réaction représentant la nouvelle opulence de la Côte Ouest, mais Reagan a été capable de parvenir au pouvoir aux États-Unis en demandant à une nation de spectateurs de le juger non pas sur le contenu de son idéologie, mais sur la sincérité de sa foi en cette idéologie. Son pouvoir en tant que politicien il le doit à cette capacité cinématographique qu'il a de créer et projeter un personnage. C'est pourquoi ses adversaires politiques craignent qu'il soit difficile à battre et ceux qui, dans la presse, portent un jugement critique sur lui, désespèrent de l'atteindre par l'écriture.»

Les Temps modernes (France), octobre 1984, p. 782.

Alain Besançon, «Reagan entre deux mandats»

«...(Reagan) a persuadé les Américains que la subvention étatique et l'économie administrative n'étaient pas la solution de tous les problèmes. Il a contribué à la création d'un climat économique et fiscal dans lequel les vocations à entreprendre n'étaient pas découragées au départ. L'Amérique est redevenue le pays des créations économiques, individuelles et fécondes. La part du Président me paraît plus importante encore dans la résolution de la crise morale. Celle-ci s'était ouverte précocement, vers 1964, avec la révolte étudiante, la guerre du Vietnam, l'effacement des repères moraux et religieux traditionnels. Touchant la jeunesse, cette crise était douloureuse et menaçait les États-Unis dans leurs raisons de vivre (...) Reagan, avec son bon sens, sa bonhomie simple et gaie, a puissamment contribué à remettre les choses en place. Sa sérénité confiante rassurait par contraste avec le style tourmenté de Jimmy Carter.»

L'Express (France), 16 novembre 1984, p. 58.

Jérôme Dumoulin, «Le triomphe de Reagan»

«...Haynes Johnson, qui a suivi pour le « Washington Post » l'évolution de l'opinion tout au long de l'année constate : «Cette élection traduit le rejet massif de ce que les Américains perçoivent comme les positions du Parti démocrate.» Leur choix traduit plus qu'un sentiment d'affection pour Reagan ou que le simple égoïsme de la jeune génération. La vieille coalition démocrate - classe ouvrière, minorités ethniques, jeunes et intellectuels - à laquelle Walter Mondale a fait appel, est en miettes. En profondeur, les électeurs ont identifié le Parti républicain à l'avenir et à la modernité, le Parti démocrate au passé. L'analyse sociologique du vote, conduite dans la nuit même de l'élection, confirme que si le réalignement historique dont parlaient les Républicains - et qui devait entraîner la domination durable du grand Old Party sur la scène politique américaine - n'est pas encore acquis, ce qu'un expert démocrate appelle le « désalignement » est largement entamé.»

L'Express (France), 16 novembre 1984, p. 56.

Walter Shapiro et al., «America : Reagan Country»

«...It was the night that Ronald Wilson Reagan became Mr. America. In a star-spangled blowout, the American people reaffirmed their identification with his can-do confidence, his patriotic pride, and their vote transcended party and ideology : it was more than 52 million Americans roaring «Thank you!» to a president who had made the country feel good about itself (...) Rarely has America seen so all-encompassing a landslide. In every region, in every age group, in virtually every demographic slice of a heterogeneous nation, the message was clear : «Four More Years». Elderly voters, supposedly beset with fears about the dismantling of social security, gave 61 percent of their votes to the president. Women, for whom Geraldine Ferraro was portrayed as an irresistible symbol, backed Reagan by a 10-point margin. Voters under 25 gave 59 percent of their votes to the oldest president ever. And union households, despite the AFL-CIO's entreaties, awarded nearly half their votes to a president who tamed inflation - and promised no new taxes.»

Newsweek (États-Unis), novembre-décembre 1984, édition Elections, p. 4.

Gouvernance et gouvernement [ 6 novembre 1984 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

États-Unis
ÉlevéRonald Reagan

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1979 - 1989



mars
1979
Accident à la centrale nucléaire de Three Mile Island

juin
1979
Signature d'une entente sur la limitation des armes stratégiques (Salt II)

décembre
1979
Annonce de l'installation des fusées Pershing II en Europe

février
1980
Conquête à Lake Placid d'une médaille d'or olympique par l'équipe de hockey sur glace des États-Unis

mai
1980
Éruption du Mont St Helens, aux États-Unis

juin
1980
Lancement du Cable News Network aux États-Unis

novembre
1980
Élection de Ronald Reagan à la présidence des États-Unis

novembre
1980
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
1980
[Résultats] Élections législatives

janvier
1981
Dévoilement de la doctrine Reagan

mars
1981
Tentative d’assassinat sur le président des États-Unis, Ronald Reagan

avril
1981
Lancement de la navette spatiale Columbia

août
1982
Présentation des premiers jeux gays à San Francisco, aux États-Unis

novembre
1982
[Résultats] Élections législatives

décembre
1982
Implantation du premier coeur artificiel

janvier
1983
Nomination de l'ordinateur personnel comme « machine de l'année » pour 1982

mars
1983
Lancement de l'Initiative de défense stratégique par les États-Unis

novembre
1983
Présentation du film « The Day After » aux États-Unis

mai
1984
Annonce du boycott des Jeux olympiques de Los Angeles par l'Union soviétique

novembre
1984
Réélection de Ronald Reagan à la présidence des États-Unis

novembre
1984
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
1984
[Résultats] Élections législatives

avril
1985
Ouverture de la première Conférence internationale sur le sida

janvier
1986
Explosion de la navette spatiale américaine Challenger

novembre
1986
[Résultats] Élections législatives

octobre
1987
Chute des cours sur les marchés boursiers

novembre
1987
Publication du rapport d'une Commission d'enquête sur l'affaire Iran-Contra

décembre
1987
Signature à Washington d'un traité entre les États-Unis et l'Union soviétique sur le contrôle des armes nucléaires

novembre
1988
Élection de George Bush à la présidence des États-Unis

novembre
1988
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
1988
[Résultats] Élections législatives

mars
1989
Déversement d'hydrocarbures en Alaska par l'Exxon Valdez

décembre
1989
Intervention militaire des États-Unis à Panama


Dans l'actualité


février
2019
Le président Trump frappe encore sur Tweeter

février
2019
For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?

janvier
2019
Fahrenheit 11/9 : Michael Moore manque de nouveau la cible avec son plus récent documentaire

décembre
2018
Un véritable tsunami démocrate

novembre
2018
Les États-Unis suffoquent sous la dette

novembre
2018
Le retour de Mitt Romney, républicain anti-Trump

novembre
2018
Une dangereuse transformation de la politique américaine?

octobre
2018
Charlottesville : un rassemblement suprémaciste blanc qui a fini en drame

octobre
2018
Le plus atypique de tous les présidents américains

octobre
2018
Cinquante ans plus tard: retour sur l'élection de 1968 et la présidence de Richard Nixon


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016