Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

12 avril 1945

Décès du président américain Franklin Delano Roosevelt

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Winston Churchill, Franklin Rooselvelt et Joseph Staline
Library of Congress

Le président des États-Unis, Franklin Delano Roosevelt, meurt d'une hémorragie cérébrale à son cottage de Warm Springs, en Georgie. Roosevelt, qui était âgé de 63 ans, était en poste depuis janvier 1933.

Dès l'annonce du décès de Roosevelt, les messages de sympathie affluent des pays neutres ou alliés des États-Unis. Peu de chefs d'État ont marqué leur époque comme le président décédé dont le nom est associé au « New Deal » des années 30 et à la participation américaine à la Deuxième Guerre mondiale. La dépouille de Roosevelt est ramenée par train à Washington où ses funérailles ont lieu le 14 avril. Il est enterré le lendemain à Hyde Park, dans l'État de New York. C'est le vice-président Harry S. Truman, assermenté le jour même, qui accède à la présidence. Cet ex-sénateur du Missouri âgé de 60 ans sera rapidement appelé à prendre des décisions importantes, comme celle d'utiliser la bombe atomique contre le Japon. Même s'il est à la tête du pays lorsque la guerre prend fin en Europe et en Asie, Truman n'atteindra jamais la notoriété de Roosevelt, seul président de l'histoire des États-Unis à avoir remporté quatre élections (1932, 1936, 1940, 1944). Au cours des années 50, un amendement constitutionnel fixera à deux le nombre maximum de mandats que peut remplir un président.

Pour en savoir plus: Premier discours du nouveau président américain devant le Congrès

Dans les médias...


Harold Callender, « Grandeur de M. Roosevelt »

«...Sa réussite - car il fut un de nos plus grands présidents, comme le dira sûrement l'histoire - s'explique par le fait qu'il était à la fois un fin politicien, qui savait manier les instruments pratiques de gouvernement, et un idéaliste qui voyait la possibilité, dans tous les domaines, de ce que les philosophes du dix-huitième siècle appelaient la perfectibilité humaine. Je veux dire qu'il était convaincu, au moment où il prit le pouvoir et où l'économie de l'Amérique était dans le marasme, que son pays était capable de sortir de cette crise et d'utiliser ses ressources matérielles et humaines de façon à ce que tous les Américains puissent jouir d'une vie meilleure et d'une sécurité économique jusqu'alors inconnue. (...) M. Roosevelt avait le sens pratique qu'il faut pour gouverner et pour attirer l'opinion publique de son côté, mais il avait aussi la foi dans l'avenir de l'humanité indispensable à qui veut voir grand et agir avec audace. C'est là ce qui fait sa grandeur à une époque où les grands hommes sont rares. »

Le Figaro (France), 14 avril 1945, p. 1.

Éditorial

«...Les puissants de l'histoire ne nous ont pas habitués à tant de bonne humeur. L'ambition a ses marques, qui ne sont pas celles de la joie. Mais jamais personne n'eut l'idée d'associer Roosevelt et l'ambition. Il était trop bien l'expression de son pays pour avoir songé à le dominer. Il était un grand individu plutôt qu'un grand homme. Qu'est-ce qu'un grand individu, en effet, sinon un homme qui donne son visage, son langage et son action à une grande civilisation ? De ce point de vue, Roosevelt nous paraissait l'Américain exemplaire. Mais c'est le propre des individus achevés que de parler pour toute leur culture, au moment même où ils semblent tenir leur langage le plus personnel. Certes, tout ne pouvait être approuvé dans sa politique. Mais quelle politique peut toujours être approuvée ? La sienne, du moins, n'a jamais porté les marques de la cupidité ou de la haine. Cet idéalisme, dont l'Amérique a démontré qu'il pouvait aussi s'insérer dans la réalité, il lui a donné toute sa grandeur et son efficacité. Le plus grand éloge qu'on puisse faire de lui est de dire qu'il connaissait le prix de la vie. »

Combat (France) 14 avril 1945, p. 1.

André Siegfried, « Un homme »

«...Il faut l'avoir vu pour bien parler de lui. Ses discours n'étaient pas fondamentalement différents de ceux des autres hommes d'État; sa photographie donnait une indication, car la figure était belle, mais le sourire paraissait combiné tout exprès pour l'opérateur; sa voix, à la radio, était prenante, une voix d'or, et il lui suffisait de commencer : « My friend... » pour conquérir l'auditoire même si celui-ci ne le voyait pas en chair et en os. Pourtant, avec tous ces éléments à ma disposition, j'ai eu l'impression de ne pas comprendre son étonnante popularité, son extraordinaire ascendant, aussi longtemps que je ne suis pas entré en contact direct avec lui. J'ai alors compris que son action tenait essentiellement à ce fait que c'était un être humain s'adressant à d'autres êtres humains. La chose est si rare qu'elle est irrésistible ! »

Le Figaro (France), 14 avril 1945, p. 1.

S.A., «Une grande perte pour toute l'humanité»

«...L'histoire dira que toutes ses actions de chef de gouvernement et de leader politique ont tendu à améliorer le sort de la foule par la culture des vertus les plus propres à assurer la sécurité commune, la bonne entente, la véritable fraternité. Quoiqu'elle répugnât à son caractère et à ses idées, M. Roosevelt n'hésita pas à entraîner les États-Unis dans la guerre contre l'Allemagne, l'Italie et le Japon dès qu'il constata que les ambitions de ces dictatures menaçaient justement de saper les fondements mêmes de la vie américaine et de la démocratie universelle. Et l'on sait avec quelle vigueur et quelle habileté il a mené la lutte aux côtés des autres chefs alliés. Il n'aura pas pu assister au triomphe, il sera toutefois entré dans l'éternel repos avec la certitude de la victoire. L'oeuvre de pacification non moins ardue que l'oeuvre de guerre sollicitait maintenant son attention. Il allait s'y consacrer avec un soin égal, désireux de donner au monde la tranquillité durable qu'il réclamait.»

La Presse (Québec, Canada), 13 avril 1945, p. 6.

S.A., « President Roosevelt »

«...When war was ultimately forced upon his people, the far-sighted wisdom and patience with which he had prepared them for it were apparent. He intended that when the hour struck the States should be united indeed, and when it did he found that his end had been achieved. His whole career appeared in fact to have fitted him for that tremendous hour of destiny. He had led his people through the wilderness of the great depression. They had discovered for all his easy-going cheerfulness the depth of his purpose (...) Though he will not rank as a great administrator - his gifts did not include and may almost be said to have excluded the mastery of organizing technique - his drive and inspiration were paramount. As a war leader not only in his own country he reached a summit of achievement and fame. Yet he might have moved to a still higher peak, had he been spared, in leading the American nation from a war in which its efforts have under his guidance been decisive to a peace in which its responsibilities will be no less high. »

The Times (Royaume-Uni), 14 avril 1945, p. 5.

Gouvernance et gouvernement [ 12 avril 1945 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

États-Unis
ÉlevéHarry S. Truman

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1944 - 1950



février
1945
Ouverture de la conférence de Yalta

avril
1945
Décès du président américain Franklin Delano Roosevelt

juin
1945
Signature de la Charte de l'Organisation des Nations unies

juillet
1945
Ouverture d'une conférence des alliés à Potsdam, en Allemagne

octobre
1945
Admission à l'Organisation des Nations unies (ONU)

décembre
1945
Création de la Banque mondiale

janvier
1946
Ouverture de la première session de l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies

novembre
1946
[Résultats] Élections législatives

mars
1947
Proclamation de la doctrine Truman

avril
1947
Intégration raciale du baseball majeur aux États-Unis

juillet
1947
Ouverture d'une conférence à Paris sur le Plan Marshall

septembre
1947
Création de la Central Intelligence Agency aux États-Unis

octobre
1947
Première télédiffusion d'un discours présidentiel de la Maison Blanche aux États-Unis

janvier
1948
Publication du livre « Sexual Behavior in the Human Male » d’Alfred Kinsey

mars
1948
Création de l'Organisation des États américains

novembre
1948
Élection de Harry S. Truman à la présidence des États-Unis

novembre
1948
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
1948
[Résultats] Élections législatives

décembre
1948
Adoption de la Déclaration universelle des droits de l'Homme

avril
1949
Création de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord

novembre
1950
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


novembre
2018
Les États-Unis suffoquent sous la dette

novembre
2018
Le retour de Mitt Romney, républicain anti-Trump

octobre
2018
Charlottesville : un rassemblement suprémaciste blanc qui a fini en drame

octobre
2018
Cinquante ans plus tard: retour sur l'élection de 1968 et la présidence de Richard Nixon

juin
2018
L'immigration : une stratégie de mi-mandat risquée des républicains

juin
2018
Le pacte faustien de Mike Pence

mai
2018
La seconde plus longue période de prospérité américaine

avril
2018
Les mémoires de James Comey

avril
2018
Une escalade dans les tensions commerciales sino-américaines

avril
2018
Un nouveau Tea Party aux États-Unis


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016