19 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

30 juin 1968

Tenue d'élections législatives en France

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Georges Pompidou

Les événements de mai 1968 amènent le président de la République, Charles de Gaulle, à annoncer la dissolution de l'Assemblée nationale. Les élections qui suivent sont couronnées par un triomphe décisif de l'Union pour la défense de la République (UDR) au détriment des formations de gauche.

La contestation étudiante et les grèves ouvrières laissent planer un moment une possible démission du président de Gaulle. Après avoir proposé un référendum sur la participation, celui-ci choisit plutôt, à son retour d'un voyage éclair en Allemagne, de dissoudre l'Assemblée nationale un an à peine après les législatives d'avril 1967. Le pari s'avère profitable aux gaullistes et à l'UDR qui obtient 46,4% des appuis au premier tour, contre 20% pour le Parti communiste (PC) et 16,6% pour la Fédération de la gauche démocrate et socialiste (FGDS). Au second tour, l'UDR et ses apparentés raflent 358 des 485 sièges en jeu. Ce témoignage de l'électorat en faveur de la stabilité se fait notamment au détriment de la gauche, le PC et la FGDS perdant près de 100 députés par rapport aux législatives de 1967. Le départ du premier ministre Georges Pompidou, en fonction depuis 1962, est comblé par la nomination à ce poste de l'ex-ministre des Affaires étrangères Maurice Couve de Murville. Pompidou est déjà perçu par plusieurs comme l'éventuel successeur de Charles de Gaulle à la présidence.

Pour en savoir plus: "Il n'y a plus d'État"

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Dominique Dubreuil, «Notes sur une carte de France»

«...Corps électoral vieilli, gérontocratie, disent à juste titre les commentateurs de 1968 : on ne peut préjuger le visage de la prochaine consultation, et le parti que prendront des jeunes d'aujourd'hui placés dans le silence. Si dans la motivation électorale de 1968, on peut établir que «vote majoritaire = vote pour l'ordre» (bien avant, ou contre, le vote «pour les réformes»), il reste que les «réflexes républicains», c'est-à-dire la tradition de gauche, sont eux-mêmes bien vacillants. Se trouve-t-on dans un véritable passage, qui achèvera une vieille société ? Les notions de progrès et de mouvement, de révolution et de réaction, n'auraient plus alors la même application. Cet ordre moral faisant aujourd'hui triompher le gaullisme trouvera-t-il à se fixer autrement ? Ou bien, face à la vieille société, est-ce l'ancienne gauche, mettant enfin l'imagination à son propre pouvoir, qui récrira ses refus, et surtout ses désirs ? Pour la gauche, en tout cas, la carte géographique, elle aussi, n'est plus muette : qui apprend à la lire entend un appel au secours.»

Esprit (France), août-septembre 1968, pp. 198-199.

Jean-Jacques Servan-Schreiber, «Et le 13 mai 1978 ?»

«...Si crime il y a eu contre l'espoir de mai, et tout simplement contre l'avenir du pays, c'est la direction politique de la gauche qui en porte la responsabilité (...) Les Français, dimanche, n'ont pas tant voté pour de Gaulle, en qui leur confiance est forcément très ébranlée, depuis le deuxième 13-Mai, ils l'ont fait, et avec brutalité, contre la gauche telle qu'elle se présentait à eux. Ils ont voté pour ce qui leur est apparu, semble-t-il avec éclat, comme le moindre de deux maux. La victoire de la majorité est, si on l'analyse au fond, précaire. Elle a été acquise dans la précipitation, elle ne règle aucun des problèmes dramatiques que la conduite de cette majorité elle-même avait créés pour le pays. Mais la défaite de la gauche ne l'est pas. Elle n'est ni précaire ni accidentelle. Elle est une vérité de fond. L'explosion de mai aurait fait craquer n'importe quel gouvernement et n'importe quel régime s'il y avait eu, en face, une autre option cohérente. Il est clair qu'il n'y en avait pas.»

L'Express (France), 24 au 30 juin 1968, p. 9.

Claude Ryan, «Les élections françaises : non au désordre, oui à la participation»

«...Les malaises qui donnèrent naissance aux événements de mai ne sont pas disparus, loin de là. L'inégalité, le mécontentement, les divergences radicales en matière politique et sociale, subsistent sans doute plus que ne laissent entrevoir les résultats du scrutin. Mais le peuple français a voulu dire clairement qu'à son jugement, ces problèmes ne sauraient être résolus par le recours à la violence. On pourra, dans certains milieux, trouver que le peuple français a préféré son confort et sa sécurité à la liberté nouvelle que lui proposaient les événements de mai. On pourrait opiner que ce peuple a succombé à la peur, qu'il s'est laissé berner par les paroles envoûtantes du chef de l'État. Tout cela ne change rien au fait dominant qui se dégage de l'élection de dimanche. Le peuple de France a voulu manifester sa réprobation pour l'emploi de la violence comme méthode d'action politique et sociale. Il a voulu accorder sa confiance, par-delà tel ou tel parti, à l'homme qui lui promettait un gouvernement fort dans l'ordre.»

Le Devoir (Québec, Canada), 3 juillet 1968, p. 4.

S.A., «France : A Gaullist Sweep»

«...Predictably -and not without some justification- the opposition attributed the nation's visibly rightward drift to unscrupulous scare tactics on the part of the Gaullists. From President de Gaulle on down, the Gaullists had, in fact, campaigned on the simple proposition that a vote for Gaullism was a vote against anarchy and disorder of the sort that had just crippled France for a month and which, the Gaullists warned, was but the forerunner of a Communist totalitarian dictatorship. «The party of fear has won,» was the bitter verdict of the French Communist Party in the aftermath of the election's first round. But if the forces of the left failed to win out over the «party of fear,» as the prestigious Paris daily Le Monde suggested last week, it might well have been because the opposition failed to sell itself as the «party of hope.» Many Frenchmen -including a surprisingly large number of ertswhile Communist and Federation supporters- had become persuaded that the politicians of the left were at best bunglers, and at worse guilty of the more serious sin of overweaning political ambition.»

Newsweek (États-Unis), 8 juillet 1968, pp. 30-31.

Gouvernance et gouvernement [ 30 juin 1968 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

France
IntermédiaireCharles de GaulleGeorges Pompidou

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1963 - 1973



janvier
1963
Signature d'un traité entre la France et l'Allemagne

décembre
1965
Élection au suffrage universel de Charles de Gaulle à la présidence de la République française

décembre
1965
[Résultats] Élection présidentielle

mars
1966
Annonce du retrait de la France de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord

mars
1967
Tenue d'élections législatives en France

mars
1967
[Résultats] Élections législatives

mars
1968
Éclosion du Mouvement du 22 mars en France

mai
1968
Contestation étudiante et ouvrière en France

juin
1968
Tenue d'élections législatives en France

juin
1968
[Résultats] Élections législatives

avril
1969
Tenue d'un référendum menant à la démission du président français Charles de Gaulle

mai
1969
Remise du prix du jury à Cannes au film Z de Costa-Gavras

juin
1969
Élection de Georges Pompidou à la présidence de la République française

juin
1969
[Résultats] Élection présidentielle

décembre
1971
Création de l'organisation Médecins sans frontières

mars
1973
Tenue d'élections législatives en France

mars
1973
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


mars
2019
Perquisition de l'opposition en France : Jean-Luc Mélenchon dénonce furieusement un abus de pouvoir

février
2019
Un climat politique orageux en France

octobre
2018
Donner du sang, oui, mais pas pour toute la France...

septembre
2018
Le président français devant le Congrès américain : séduction ou critique ?

janvier
2018
Le populisme sous la loupe du Forum mondial de la démocratie de Strasbourg

octobre
2017
Des élections désastreuses pour le Parti socialiste en France

juillet
2017
Nostalgie ou changement sans dérangement

février
2017
Présidentielle française: entre espoir et dépit

février
2017
Des États-Unis à la France, Donald Trump ne laisse personne indifférent

février
2017
Benoît Hamon : une victoire inattendue aux primaires de la gauche


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016