20 août 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

15 septembre 1957

Élection en République fédérale d'Allemagne d'un gouvernement dirigé par Konrad Adenauer

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Konrad Adenauer
Konrad Adenauer

Les premières élections législatives tenues depuis l'adoption de la Loi électorale du 7 mai 1956 permettent aux chrétiens-démocrates (CDU-CSU) de faire élire 270 candidats avec 50,2% des votes exprimés. Ils détiendront à eux seuls la majorité au Bundestag, une première depuis la création de la République fédérale d'Allemagne (RFA), en 1949.

Avec l'appui des 17 élus du Parti allemand (DP), le gouvernement que dirige le chancelier Konrad Adenauer, maintenant âgé de 81 ans, possède une majorité de 77 sièges au Bundestag. Les libéraux (FDP), qui ont choisi de ne pas s'allier aux chrétiens-démocrates pour cette élection, subissent pour leur part un recul avec 7,7% des voix et seulement 41 élus. On ne retrouve donc aucun de leurs membres dans le cabinet que forme Adenauer le 18 octobre et au sein duquel siègent des habitués comme le ministre de l'Économie, Ludwig Erhard, et le ministre de l'Intérieur, Gerhard Schröder. Les sociaux-démocrates (SPD) d'Erich Ollenhauer effectuent des gains mais, avec 31,8% du vote et 169 élus, ils restent nettement à court des chrétiens-démocrates. Interdit depuis le 17 août 1956, le Parti communiste ne présente pas de candidats à ces législatives. Il n'avait d'ailleurs fait élire aucun député lors des élections de 1953.

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Joseph Rovan, « L'éternité provisoire du Chancelier Adenauer »

«...On pourrait discuter entre spécialistes pour savoir si l'extraordinaire poussée de bien-être matériel dont bénéficient outre-Rhin, inégalement certes mais sans que cette inégalité paraisse trop révoltante aux intéressés, toutes les couches de la population, est due à l'action politique du gouvernement. Les électeurs, eux, ont jugé plus simplement que ce gouvernement n'a pas su, pu ou vouloir en briser l'élan bénéfique. Le slogan électoral le plus puissant de la C.D.U. aura sans doute été le fameux « Keine Experimente », pas d'expérimentation. En donnant 50,2% de leurs votes au Chancelier les Allemands, réputés ingrats, ont voulu exprimer leur gratitude à un homme qui symbolise pour eux ce moment rare dans l'histoire d'un peuple, et surtout d'un peuple tel que l'allemand, où l'immense majorité de la nation se dit (non sans se souvenir d'expériences récentes ayant abouti aux constatations contraires) : « Nous n'avons jamais été aussi heureux. » »

Esprit (France), novembre 1957, p. 592.

S.A., « Un peuple content de son chef »

«...La popularité personnelle du chancelier avait paru subir une éclipse, et les bruits d'une « succession » à l'intérieur du parti chrétien démocrate avaient couru de nouveau. Mais, avec un retour d'énergie que l'on n'attendait guère d'un homme âgé de quatre-vingt-un ans, le chancelier administrait une fois de plus la preuve de sa légendaire combativité. Parcourant dans son train spécial tout le territoire fédéral, il se contenait d'opposer aux critiques ou aux promesses de l'opposition social-démocrate et libérale les résultats acquis. Misant à fond sur l'immense besoin de sécurité d'un peuple soumis depuis 1914 aux vicissitudes les plus tragiques, il adjurait ses auditeurs de ne pas jeter de nouveau sur le tapis cette prospérité et cette dignité nouvelles au pays devenu dix ans après la défaite la plus catastrophiques de son histoire l'allié des puissants États-Unis d'Amérique et de ses anciens vainqueurs occidentaux. L'argument a porté. »

Le Monde (France), 17 septembre 1957, p. 1.

S.A., « Le résultat électoral allemand réjouit les pays occidentaux »

«...Le peuple allemand vient de donner un exemple de discipline et de logique. Tout d'abord, il a accompli, dans une proportion de 90 pour cent, le geste de la votation : ensuite, il a réélu le chancelier Conrad Adenauer, à qui il doit tant, pour gouverner l'Allemagne occidentale pendant les prochaines années. (...) Le peuple allemand a manifesté de la logique en votant pour M. Adenauer parce que c'est sous son administration que leur pays s'est relevé économiquement, qu'il est redevenu prospère, que le niveau de vie s'est grandement amélioré pour toutes les familles. Dans le domaine politique, l'Allemagne a réussi à redorer son blason, à reconquérir son rang dans le concert des nations, à faire partie de l'Organisation du traité de l'Atlantique-Nord, à renouer des relations diplomatiques et commerciales avec la plupart des pays. La victoire d'hier réjouit tous les pays libres. Il est entendu que M. Adenauer poursuivra le même politique de collaboration avec l'Ouest et même qu'il n'en aura que plus de poids pour l'appuyer. C'est là un grand réconfort pour les puissances occidentales. »

La Presse (Québec, Canada), 16 septembre 1957, p. 4.

S.A., « A Trumph for the West »

«...the election results, which not only wiped out all representation for all radical elements of the Left and Right but also for all but two of the minor parties, have further emphasized the trend toward a two-party system with its promise of governmental stability. This trend, however, puts increased responsibility on the Socialists as the main opposition party. This party was able to wean votes from the minor parties and prides itself on being strong enough to prevent constitutional changes requiring a two-thirds majority. But though it has tried to broaden its popular support, its attempt to put the North Atlantic Alliance on the auction block in return for German reunification and its largely negative opposition to Chancellor Adenauer's policies have prevented it from breaking through into the middle classes and have only led it to a dead end. It may be hoped that the election defeat, which ended its previous high hopes for victory, will now prompt a revision of its views and policies that will make it a responsible and constructive opposition which the West can trust against the day when it may come to power. »

New York Times (États-Unis), 17 septembre 1957, p. 34.

Gouvernance et gouvernement [ 15 septembre 1957 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Allemagne
ÉlevéTheodor HeussKonrad Adenauer

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1952 - 1962



mai
1952
Signature à Bonn d'une entente sur le statut de la République fédérale d'Allemagne

juin
1953
Soulèvements à Berlin-Est et en République démocratique allemande

septembre
1953
Élection en République fédérale d'Allemagne d'un gouvernement dirigé par Konrad Adenauer

septembre
1953
[Résultats] Élections législatives

septembre
1955
Visite du chancelier allemand Konrad Adenauer à Moscou

septembre
1957
Élection en République fédérale d'Allemagne d'un gouvernement dirigé par Konrad Adenauer

septembre
1957
[Résultats] Élections législatives

août
1961
Érection du Mur de Berlin

septembre
1961
Élection en République fédérale d'Allemagne d'un gouvernement dirigé par Konrad Adenauer

septembre
1961
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


février
2019
L'Allemagne ouvre la porte au cannabis

octobre
2018
Allemagne : puissance économique n'est pas synonyme de puissance militaire

avril
2018
L'Allemagne de Merkel : Wir Schaffen Das

mars
2018
Grève historique en Allemagne

février
2018
Fin des négociations pour une coalition : le nouveau gouvernement allemand enfin formé

janvier
2018
Nord Stream 2 : une véritable saga autour d'un projet de pipeline en Europe

janvier
2018
Vers une étrange répétition de l'histoire ?

décembre
2017
Le plan Merkel : gage de prospérité pour l'Afrique?

novembre
2017
Le vieillissement démographique en Allemagne : une réalité alarmante

octobre
2017
Le B.R.I.C.S parmi les grandes puissances du G20 à Hambourg


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019