22 mai 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

28 septembre 1969

Élection en République fédérale d'Allemagne d'un gouvernement dirigé par Willy Brandt

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Willy Brandt, chancelier de la république fédérale d'Allemagne de 1969 à 1974
The Nobel Foundation

Avec 46,1% des votes exprimés, les chrétiens-démocrates (CDU-CSU) obtiennent 242 sièges au Bundestag et arrivent en tête des formations représentées aux élections législatives. L'appui des libéraux (FDP) aux sociaux-démocrates (SPD) de Willy Brandt permet cependant à ces derniers de former le gouvernement, une première depuis la création de la République fédérale d'Allemagne (RFA).

Les législatives de septembre 1969 mettent un terme au gouvernement de « grande coalition » de Kurt Kiesinger au sein duquel siégeaient chrétiens-démocrates et sociaux-démocrates. Malgré une baisse de popularité, le CDU-CSU arrive encore en tête des partis. Mais l'appui des libéraux de Walter Scheel fait pencher la balance en faveur des sociaux-démocrates de Willy Brandt qui ont terminé deuxième au scrutin avec 42,7% des intentions de vote et 224 députés. Ex-vice chancelier et ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Kiesinger (1966-1969), Brandt devient donc le premier chancelier social-démocrate de l'histoire de la RFA. Le 21 octobre, il est élu par 251 voix contre 235, avec cinq abstentions. Favorable à une ouverture diplomatique, mais pas à une reconnaissance de la République démocratique d'Allemagne (RDA), il fait entrer dans son cabinet trois libéraux, dont le chef Walter Scheel qui occupe les fonctions de vice-chancelier et de ministre des Affaires étrangères.

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Joseph Rovan, « Deux Allemagnes socialistes ? »

«...L'électeur-type du nouvel électorat social-démocrate vit dans les régions actives, exerce les professions nouvelles, ouvertes au renouvellement, il a fait de meilleures études et il est jeune. Grâce à lui, le parti social-démocrate rénové est apparu et peut apparaître encore davantage comme le parti de la modernité, face à une C.D.U./C.S.U. usée par la durée de son règne, sclérosée par ses succès mêmes, car à force de correspondre aux exigences de la situation allemande et des mentalités allemandes de la grande période de la reconstruction qui fut aussi, aux deux sens du terme, une période de restauration, la C.D.U. ne s'est pas aperçue, n'a pas voulu ou pu s'apercevoir que la société allemande changeait, que les aspirations, les mentalités n'étaient plus celles d'il y a vingt, voire même d'il y a dix ans, que la reconstruction avait si bien réussi qu'elle était maintenant définitivement achevée. Un autre âge commence. Sans lui faire encore pleinement confiance, la majorité des électeurs a estimé que le S.P.D. était mieux préparé pour affronter cet âge nouveau. C'est le passage de l'électorat allemand de la continuité à l'ouverture, passage lent et prudent car les Allemands se souviennent de leur point de départ, et s'en souviendront encore longtemps, encore pendant deux décennies au moins en ce qui concerne les classes d'âge arrivées à la direction des affaires. »

Esprit (France), novembre 1969, p. 724-725.

Georges Henein, « Les nouveaux Allemands »

«...Ce début de règne est la fin d'un monopole. Les gentilshommes de la démocratie-chrétienne, avec leurs tempes argentées et leurs manières de cour, n'iront plus à travers le monde baiser la main des dames en murmurant des compliments fanés. Pendant vingt ans, ils ont géré le patrimoine allemand en tuteurs diligents, mais qui n'imaginent pas que leur pupille puisse grandir et leur mandat prendre fin. Jusqu'au bout, M. Kurt Georg Kiesinger n'y a pas cru, il a dû, mardi, faire effort sur lui-même pour sourire à son successeur, en lui passant ses pouvoirs. (...) La véritable opposition, celle que redoute M. Brandt, ne viendra pas des chrétiens-démocrates en proie au complexe de l'échec. Pour l'instant, elle est anonyme, n'a pas de nom, pas de visage. Elle se situe dans les usines et sur les chantiers. Pour tenir, M. Brandt a besoin d'une trêve syndicale d'au moins deux ans. Délai pendant lequel, pour apaiser les alliés libéraux, il ne sera parlé ni de cogestion ni de participation. La hiérarchie syndicale est d'accord, mais craint d'être coupée de la base. « Je marche sur des oeufs », nous a dit un dirigeant. »

L'Express (France), 27 octobre au 2 novembre 1969, p. 20 et 23.

Joseph Kraft, « Priorité aux problèmes intérieurs »

«...Peu importe la nature exacte du gouvernement de coalition qui émergera des discussions de coulisse qui sont présentement en cours. Peu importe la solution que l'on apportera à la présente crise du mark. Une leçon principale se dégage de l'élection : l'Allemagne a perdu son élan, elle semble devoir être dominée pendant un avenir indéfini par le souci de ses problèmes intérieurs. On pourrait résumer l'élection en disant qu'elle mit en scène un électorat dompté suivant des leaders médiocres autour de questions ennuyeuses. Une perspective se dessine maintenant en Allemagne : c'est celle d'une évolution sans douleur qui portera ce pays à s'intéresser moins qu'hier aux grandes questions relatives à la guerre froide et à la paix, et à se tourner davantage vers des préoccupations intérieures susceptibles de favoriser l'établissement de liens plus étroits avec des voisins de taille moyenne. (...) Opportunistes et fauteurs de troubles ont été rejetés par les électeurs. Le Parti démocrate libre ou FDP a toujours joué le rôle de balancier entre les deux formations principales. Cette fois, il a perdu du terrain sur sa gauche au profit des chrétiens démocrates, devenant ainsi le grand perdant de cette élection. »

Le Devoir (Québec, Canada), 2 octobre 1969, p. 5.

S.A., « Germans for more of the same »

«...one thing seemed eminently clear : the SPD campaign « team » that stumped the hustings of West Germany all summer long was a far cry from the disorganized and underfinanced campaign operation of past elections. This time, the SPD was able to display a galaxy of Social Democratic government ministers as proof that it was every bit as qualified as the CDU to run the country. Not the least of these SPD campaigners was West German Economic Minister Karl Schiller, 58, a diminutive professor of economics who had played a major role in pulling the country out of the economic recession that led straight to the downfall of CDU Chancellor Ludwig Erhard in 1966. But no one personified the SPD's new image of confidence and capacity for leadership quite so well as the party's standard-bearer, Foreign Minister Willy Brandt, 55. Although he insisted on returning to Bonn each night to put in a few hours' work at his desk in the Foreign Ministry, Brandt crisscrossed the country, delivering an average of five carefully polished speeches a day. (...) By contrast, the campaign of incumbent Chancellor Kurt Georg Kiesinger seemed to leave many people vaguely disappointed. »

Newsweek (États-Unis), 6 octobre 1969, p. 83.

Gouvernance et gouvernement [ 28 septembre 1969 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Allemagne
ÉlevéGustav HeinemannKurt Georg Kiesinger

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1964 - 1974



septembre
1965
Élection en République fédérale d'Allemagne d'un gouvernement dirigé par Ludwig Erhard

septembre
1965
[Résultats] Élections législatives

décembre
1966
Élection de Kurt Kiesinger au poste de chancelier de la République fédérale d'Allemagne

septembre
1969
Élection en République fédérale d'Allemagne d'un gouvernement dirigé par Willy Brandt

septembre
1969
[Résultats] Élections législatives

septembre
1971
Signature d'un traité quadripartite sur la situation de Berlin

septembre
1972
Attentats terroristes pendant la tenue des Jeux olympiques de Munich

novembre
1972
Élection en République fédérale d'Allemagne d'un gouvernement dirigé par Willy Brandt

novembre
1972
[Résultats] Élections législatives

décembre
1972
Signature d'un Traité fondamental entre les deux Allemagnes

septembre
1973
Admission à l'Organisation des Nations unies (ONU)

mai
1974
Démission du chancelier de la République fédérale d'Allemagne, Willy Brandt


Dans l'actualité


février
2019
L'Allemagne ouvre la porte au cannabis

octobre
2018
Allemagne : puissance économique n'est pas synonyme de puissance militaire

avril
2018
L'Allemagne de Merkel : Wir Schaffen Das

mars
2018
Grève historique en Allemagne

février
2018
Fin des négociations pour une coalition : le nouveau gouvernement allemand enfin formé

janvier
2018
Nord Stream 2 : une véritable saga autour d'un projet de pipeline en Europe

janvier
2018
Vers une étrange répétition de l'histoire ?

décembre
2017
Le plan Merkel : gage de prospérité pour l'Afrique?

novembre
2017
Le vieillissement démographique en Allemagne : une réalité alarmante

octobre
2017
Le B.R.I.C.S parmi les grandes puissances du G20 à Hambourg


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016